L'arachnoïdite est une pathologie basée sur les lésions méningées et la formation d'adhérences et de kystes entre les membranes arachnoïdiennes et molles, ainsi que sur les ventricules cérébraux, ce qui rend difficile la circulation du liquide céphalo-rachidien et irrite le cerveau. L'arachnoïdite cérébrale est une maladie rare du système nerveux. Le processus pathologique peut se développer à la suite d'une réaction auto-immune, lorsque des anticorps dirigés contre les membranes du cerveau se forment dans le corps. C'est ce qu'on appelle la vraie arachnoïdite. Dans d'autres cas, la maladie se manifeste par des effets résiduels après des neuroinfections différées, des blessures à la tête.

Types d'arachnoïdite

  • vrai
  • traumatique;
  • post-grippe;
  • toxique;
  • rhumatismale;
  • tonsilogenic.

Selon l'évolution de la maladie:

Selon la localisation du processus pathologique:

  • arachnoïdite convexitale (avec atteinte du gyrus frontal, pariétal, temporal ou central);
  • arachnoïdite basale (base du cerveau);
  • arachnoïdite de l'angle cérébro-cérébelleux;
  • arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure.

Ci-dessous, nous examinons de plus près ces types d'arachnoïdite, car la localisation des kystes et des adhérences affecte de manière significative les manifestations cliniques de la maladie.

Clinique

Les symptômes pathologiques de l'arachnoïdite peuvent être divisés en focale et cérébrale. Ces derniers sont présents chez tous les patients atteints d’arachnoïdite à divers degrés de gravité. C'est un mal de tête, des vertiges, une lourdeur dans la tête, des nausées. Faiblesse typique, diminution de la performance, troubles du sommeil, diminution de la mémoire et de l’attention. Les patients sont irritables et émotionnellement instables. Souvent, lors d’une arachnoïdite, les plexus vasculaires cérébraux sont impliqués dans le processus pathologique et une chorioépendimite se développe. Il s’agit d’un complexe symptomatique provoqué par une violation de la production, de la circulation et du débit du liquide céphalo-rachidien et qui se manifeste par une hypertension du LCR. Dans ce cas, le mal de tête est accompagné de lumière et de pharynx, a une nature cambrée, est plus prononcé la nuit et le matin, augmente avec la marche et pendant la conduite. Les symptômes focaux dépendent de la localisation prédominante du processus.

Arachnoïdite convexe

Dans cette maladie, les méninges situées dans la région des hémisphères cérébraux sont atteintes. L'arachnoïdite convexe est caractérisée par la présence de crises généralisées, d'épilepsie jacksonienne, de symptômes autonomes, de syndrome asthénique.

Arachnoïdite basale

La défaite du chiasma optique chez les patients a révélé un rétrécissement du champ visuel, une réduction asymétrique de l’acuité visuelle, des troubles du mouvement des yeux (vision double, difficulté à déplacer l’œil vers le haut ou le côté, objets brouillés, etc.), des troubles du sommeil. L'arachnoïdite basale de la région interpédonculaire se manifeste par une altération de la fonction des nerfs oculomoteurs, dans certains cas d'autres nerfs crâniens. Avec une arachnoïdite avec une lésion de la citerne latérale, les patients s'inquiètent d'un mal de tête irradiant vers les globes oculaires, la région de l'oreille. Plus tard apparaissent les vertiges systémiques, les acouphènes, la perte d'audition, le nystagmus (mouvements oculaires rapides et involontaires). Dans le même temps, le nerf auditif, facial et du trijumeau est impliqué dans le processus pathologique.

Arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure

Ce type d'arachnoïdite se caractérise par un mal de tête dans la région occipitale, des nausées, des symptômes méningés, des troubles mentaux. Dans le fundus, on détermine des disques stagnants des nerfs optiques avec des signes de leur atrophie.

Arachnoïdite angle le plus pomeranuvial

La maladie se caractérise par des maux de tête persistants et des vertiges. En marchant, le patient titube et tombe d'un côté à l'autre. Nystagmus, des troubles pyramidaux (parésie, paralysie, réflexes pathologiques) peuvent apparaître. Les nerfs crâniens sont parfois affectés (auditif, trijumeau, abducent, facial).

Avec l'arachnoïdite diffuse, le syndrome d'hypertension du liquide céphalorachidien est dominant.

Diagnostics

Identifier et confirmer l'arachnoïdite n'est pas une tâche facile. Cela prend en compte les plaintes des patients, l'historique de la maladie, les données d'un examen neurologique et un examen complémentaire. Examinons plus en détail les méthodes d’examen des patients atteints d’arachnoïdite.

  1. Pneumoencéphalographie (pour évaluer l'état des membranes et des ventricules du cerveau, ainsi que la pression du liquide céphalo-rachidien).
  2. Ponction lombaire et analyse du liquide céphalorachidien.
  3. Roentgenography du crâne (révèle les signes d'une hypertension intracrânienne existant de longue date).
  4. Imagerie par résonance calculée et magnétique (exclure les autres maladies, révéler des signes indirects d'adhésion: asymétrie des ventricules cérébraux, atrophie, hydrocéphalie, etc.).
  5. Électroencéphalographie (permet de suspecter la maladie sur la base d'un ensemble de symptômes indirects).
  6. Échoencéphalographie (aide à identifier les processus volumiques dans le tissu cérébral, à mesurer la pression intracrânienne, à évaluer le degré d'hydrocéphalie).
  7. Scintigraphie cérébrale (visualisation des structures cérébrales par injection de radio-isotopes).
  8. Examen de l'oculiste avec une ophtalmoscopie (vous permet d'identifier les changements pathologiques dans le fond d'œil).

Lors du diagnostic, le médecin doit établir un diagnostic différentiel avec une tumeur au cerveau, des lésions parasitaires du tissu cérébral, une neurosarcoïdose, les effets d’une lésion cérébrale, etc.

Traitement

Les mesures thérapeutiques visent à supprimer l'infection, à normaliser la pression intracrânienne, à améliorer la circulation sanguine et le métabolisme du tissu cérébral. Les patients sont hospitalisés dans un hôpital neurologique. Ils doivent pouvoir se reposer, être bien nourris et dormir. Pour obtenir de bons résultats, le traitement doit être long et complexe.

Les principaux médicaments utilisés pour traiter l'arachnoïdite:

  • antibiotiques (céphalosporines, macrolides);
  • antihistaminiques (tavegil, suprastine, cétirizine);
  • résorbable (lidaza, pyrogène);
  • l'iode (iodure de potassium, biiohinol);
  • les corticostéroïdes (prednisone);
  • les diurétiques (diacarbe, mannitol, furosémide);
  • anticonvulsivant (seduxen);
  • métabolique (cérébrolysine, acide glutamique);
  • sédatifs et tranquillisants.

Si, après le traitement médicamenteux, l'amélioration ne se produit pas, les symptômes focaux continuent à augmenter et la pression intracrânienne augmente, alors la chirurgie est effectuée. Il peut être utilisé pour la séparation des adhérences, l'élimination des kystes, l'amélioration de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien, etc.

Physiothérapie

Le traitement avec des facteurs physiques complète le médicament et est prescrit pour améliorer la liquorodynamique cérébrale, la microcirculation et le métabolisme du tissu nerveux, ainsi que pour rétablir le fonctionnement normal du système nerveux.

Les principales méthodes physiques utilisées pour traiter l'arachnoïdite:

  • électrophorèse médicale de neurostimulateurs, de vasodilatateurs et de stimulants métaboliques;
  • thérapie magnétique à basse fréquence (améliore les processus métaboliques, stimule les processus neuroendocriniens);
  • thérapie UHF de faible intensité (réduit la pression intracrânienne en augmentant le débit sanguin rénal et l'effet diurétique, normalise le système nerveux);
  • traitement UHF transcérébral (augmente la circulation sanguine et lymphatique, les processus métaboliques, réduit l'inflammation);
  • bains de chlorure de sodium (ont un effet diurétique du fait de la réduction de la réabsorption des ions sodium de l’urine primaire, normalisent l’activité du système sympatho-surrénalien);
  • bains frais (augmentation du débit sanguin dans les organes et les tissus, filtration glomérulaire et diurèse);
  • aérothérapie (augmente la réactivité non spécifique du corps, améliore l'état psycho-émotionnel, active le métabolisme);
  • tallacetherapy (améliore la microcirculation, le trophisme et le métabolisme des tissus);
  • peloidotherapy (augmente le métabolisme, améliore le fonctionnement du système nerveux autonome).

Prévention

  1. Prévention des infections virales.
  2. Traitement en temps opportun des maladies infectieuses.
  3. Soins et prise en charge adéquats des patients souffrant de blessures à la tête.
  4. Diagnostic précoce et traitement rationnel des maladies inflammatoires des méninges.

Conclusion

L'arachnoïdite cérébrale est une pathologie difficile à reconnaître et à traiter. En général, le pronostic à vie est favorable. Cependant, le rétablissement complet se produit rarement. Cette pathologie conduit souvent à un handicap et parfois à une possibilité de libre-service. C'est pourquoi, si vous soupçonnez une arachnoïdite, consultez un médecin dès que possible. Cela contribuera à réduire les risques, à accélérer la récupération et à améliorer le pronostic vital et vital.

Le spécialiste de la clinique de médecin de Moscou parle de l'arachnoïdite:

Arachnoïdite

L'arachnoïdite est une lésion inflammatoire auto-immune de la membrane arachnoïdienne du cerveau, qui entraîne la formation d'adhérences et de kystes. Cliniquement, l’arachnoïdite se manifeste par des syndromes hypertensifs, asthéniques ou neurasthéniques, ainsi que par des symptômes focaux (lésion des nerfs crâniens, troubles pyramidaux, troubles cérébelleux), en fonction de la localisation prédominante du processus. Le diagnostic de l’arachnoïdite est basé sur l’anamnèse, l’évaluation de l’état neurologique et mental du patient, l’écho EG, l’EEG, la ponction lombaire, les examens ophtalmologiques et otolaryngologiques, l’IRM et la tomodensitométrie du cerveau, la cystographie par tomodensitométrie. Arachnoïdite traitée principalement un traitement médicamenteux complexe comprenant des médicaments anti-inflammatoires, déshydratants, anti-allergiques, anti-épileptiques, résorbables et neuroprotecteurs.

Arachnoïdite

Aujourd'hui, la neurologie fait la distinction entre la véritable arachnoïdite, qui a une genèse auto-immune, et les affections résiduelles causées par des modifications fibrotiques de la membrane arachnoïdienne après une lésion cérébrale traumatique ou une neuro-infection (neurosyphilis, brucellose, botulisme, tuberculose, etc.). Dans le premier cas, l'arachnoïdite est de nature diffuse et diffère de façon progressive ou intermittente. Dans le second cas, elle présente souvent un caractère local et ne s'accompagne pas d'une progression du flux. Parmi les lésions organiques du système nerveux central, l'arachnoïdite véritable représente jusqu'à 5% des cas. Le plus souvent, l'arachnoïdite survient chez les enfants et les jeunes de moins de 40 ans. Les hommes tombent deux fois plus malades que les femmes.

Causes de l'arachnoïdite

Chez environ 55 à 60% des patients, l'arachnoïdite est associée à une maladie infectieuse antérieure. Il s'agit le plus souvent d'infections virales: grippe, méningite et méningo-encéphalite virales, varicelle, infection au cytomégalovirus, rougeole, etc., ainsi que de foyers purulents chroniques dans la région du crâne: parodontite, sinusite, amygdalite, otite moyenne, mastoïdite. Dans 30% des cas, l'arachnoïdite est le résultat d'une lésion cérébrale traumatique, le plus souvent d'une hémorragie méningée ou d'une contusion du cerveau, bien que la probabilité d'une arachnoïdite ne dépende pas de la gravité des dommages. L'arachnoïdite n'a pas d'étiologie clairement définie dans 10-15% des cas.

Les facteurs prédisposant au développement de l'arachnoïdite sont la fatigue chronique, diverses intoxications (y compris l'alcoolisme), des travaux physiques pénibles dans des conditions climatiques défavorables, des infections virales respiratoires aiguës fréquentes, des blessures répétées, quel que soit leur emplacement.

Pathogenèse de l'arachnoïdite

L'arachnoïde se situe entre la dure-mère et la pie-mère. Il n'est pas collé avec eux, mais s'adapte étroitement à la pie-mère à des endroits où celle-ci recouvre la surface convexe des circonvolutions du cerveau. Contrairement à la pie-mère, l'arachnoïde ne pénètre pas dans le gyrus et sous cette zone se forment des espaces sous-arachnoïdiens remplis de liquide céphalo-rachidien. Ces espaces communiquent entre eux et avec la cavité du ventricule intraveineux. Le liquide céphalo-rachidien s'écoule de la cavité crânienne depuis les espaces sous-arachnoïdiens par la granulation de la membrane arachnoïdienne, ainsi que le long des lacunes perineurales et périvasculaires.

Sous l'influence de divers agents étioformes dans le corps, des anticorps commencent à être produits contre sa propre membrane d'araignée, provoquant son inflammation auto-immune, l'arachnoïdite. L'arachnoïdite s'accompagne d'un épaississement et d'un trouble de la membrane arachnoïdienne, de la formation d'adhérences du tissu conjonctif et d'extensions kystiques. Les adhérences, dont la formation est caractérisée par une arachnoïdite, conduisent à l’oblitération de ces voies de sortie du liquide céphalo-rachidien avec le développement de crises d’hydrocéphalie et d’hypertension-alcoolique, provoquant la survenue de symptômes cérébraux. Symptômes focaux associés à une arachnoïdite associés à des effets irritants et à une implication dans les adhérences des structures cérébrales sous-jacentes.

Classification de l'arachnoïdite

En pratique clinique, l'arachnoïdite est classée par localisation. L'arachnoïdite cérébrale et spinale est distinguée. Le premier est à son tour subdivisé en convexital, basilaire et arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, bien qu'avec un caractère diffus du processus, une telle séparation ne soit pas toujours possible. Selon les caractéristiques de la pathogenèse et des changements morphologiques, l'arachnoïdite est divisée en adhésive, adhésive-kystique et kystique.

Symptômes de l'arachnoïdite

Le tableau clinique de l’arachnoïdite se développe après une longue période de temps sous l’effet du facteur qui l’a provoquée. Cette période est due aux processus auto-immuns et peut varier en fonction de la cause de l'arachnoïdite. Ainsi, après avoir souffert de la grippe, l'arachnoïdite se manifeste après 3 à 12 mois et après une blessure à la tête en moyenne 1 à 2 ans. Dans les cas typiques, l'arachnoïdite se caractérise par un début graduel et discret avec l'apparition et l'apparition des symptômes caractéristiques de l'asthénie ou de la neurasthénie: fatigue accrue, faiblesse, troubles du sommeil, irritabilité et augmentation de la labilité émotionnelle. Dans ce contexte, l'apparition de crises d'épilepsie. Au fil du temps, des symptômes cérébraux et locaux (focaux) accompagnant l'arachnoïdite commencent à apparaître.

Symptômes cérébraux de l'arachnoïdite

Les symptômes cérébraux sont causés par une violation de la dynamique de la liqueur et, dans la plupart des cas, le syndrome d'hypertension de la PPC se manifeste. Dans 80% des cas, les patients atteints d’arachnoïdite se plaignent de céphalées explosives assez intenses, plus prononcées le matin et aggravées par la toux, des efforts et un effort physique. Avec une augmentation de la pression intracrânienne, la douleur est également associée à un mouvement des globes oculaires, une pression sur les yeux, des nausées et des vomissements. L'arachnoïdite s'accompagne souvent d'acouphènes, d'une diminution de l'audition et du vertige non systématique, ce qui nécessite l'exclusion des affections de l'oreille (névrite cochléaire, otite moyenne chronique, otite adhésive, labyrinthite) chez un patient. Une excitabilité sensorielle excessive (faible tolérance aux sons durs, au bruit, à la lumière vive), à ​​des troubles de l'autonomie et à des crises végétatives typiques de la dystonie végétative-vasculaire peut survenir.

L'arachnoïdite s'accompagne souvent d'une forte aggravation périodique des troubles liquorodynamiques, qui se manifeste cliniquement par une crise liquorodynamique - une attaque soudaine de maux de tête intense avec nausée, vertiges et vomissements. Ces crises peuvent survenir jusqu'à 1 à 2 fois par mois (arachnoïdite avec crises rares), 3 à 4 fois par mois (arachnoïdite avec crises de fréquence moyenne) et plus de 4 fois par mois (arachnoïdite avec crises fréquentes). Selon la gravité des symptômes, les crises liquorodynamiques sont divisées en légères, modérées et graves. Une crise liquorodynamique sévère peut durer jusqu'à 2 jours, accompagnée d'une faiblesse générale et de vomissements répétés.

Symptômes focaux de l'arachnoïdite

Les symptômes focaux de l'arachnoïdite peuvent être différents selon son emplacement préférentiel.

L'arachnoïdite convexe peut se manifester par une perturbation légère et modérée de l'activité motrice et de la sensibilité d'un ou des deux membres du côté opposé. Dans 35% des cas, l'arachnoïdite de cette localisation s'accompagne de crises d'épilepsie. Il y a habituellement un polymorphisme des épiphrisques. En plus des crises primaires et secondaires généralisées, psychomotrices simples et complexes. Après une attaque, un déficit neurologique temporaire peut survenir.

L'arachnoïdite basilaire peut être commune ou localisée principalement dans la région opto-chiasmatique, la fosse crânienne antérieure ou moyenne. Sa clinique est principalement due à une lésion localisée sur la base des paires de nerfs crâniens I, III et IV du cerveau. Des signes d'insuffisance pyramidale peuvent apparaître. L'arachnoïdite de la fosse crânienne antérieure se manifeste souvent par une altération de la mémoire et de l'attention, une diminution des performances mentales. L'arachnoïdite optico-chiasmatique se caractérise par une diminution progressive de l'acuité visuelle et un rétrécissement des champs visuels. Ces changements sont souvent de nature bilatérale. L'arachnoïdite optico-chiasmatique peut être accompagnée d'une lésion de l'hypophyse située dans cette zone et conduire à l'apparition d'un syndrome métabolique endocrinien, semblable aux manifestations d'un adénome hypophysaire.

L'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure a souvent une évolution sévère, semblable aux tumeurs cérébrales de cette localisation. L'arachnoïdite de l'angle mosto-cérébelleux commence généralement à se manifester par une lésion du nerf acoustique. Cependant, il est possible de commencer par la névralgie du trijumeau. Puis apparaissent les symptômes de névrite centrale du nerf facial. Avec l'arachnoïdite d'une grande citerne, le syndrome d'hypertension alcoolique prononcé avec de graves crises de PPC se manifeste. Caractérisé par des troubles cérébelleux: coordination altérée, nystagmus et ataxie cérébelleuse. L'arachnoïdite dans la région d'une grande citerne peut être compliquée par le développement d'une hydrocéphalie occlusive et la formation d'un kyste de syringomyélite.

Diagnostic de l'arachnoïdite

Un véritable neurologue spécialisé dans l’arachnoïdite ne peut établir qu’après un examen approfondi du patient et une comparaison des données anamnestiques, des résultats d’un examen neurologique et d’études instrumentales. Au cours des antécédents, une attention particulière est portée au développement progressif des symptômes de la maladie et à leur caractère évolutif, à des infections récentes ou à des blessures à la tête. L'étude du statut neurologique vous permet d'identifier les violations des nerfs crâniens, de déterminer le déficit neurologique focal, les troubles psycho-émotionnels et ménagers.

La radiographie du crâne dans le diagnostic de l'arachnoïdite est une courte étude informative. Il ne peut révéler que les signes d'une hypertension intracrânienne existante de longue date: dépressions numériques, ostéoporose de l'arrière de la selle turque. La présence d'hydrocéphalie peut être jugée selon Echo EG. Avec l’aide de l’EEG, les patients atteints d’arachnoïdite convexitale manifestent une irritation focale et une activité épileptique.

Les patients chez qui on soupçonne une arachnoïdite doivent être examinés par un ophtalmologiste. Chez la moitié des patients atteints d'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, au cours de l'ophtalmoscopie, une stagnation de la tête du nerf optique est observée. L'arachnoïdite optico-chiasmatique est caractérisée par un rétrécissement concentrique ou bitemporal des champs visuels détectés à la périmétrie, ainsi que par la présence de bovins centraux.

Les troubles auditifs et le bruit dans les oreilles sont une raison pour consulter un oto-rhino-laryngologiste. Le type et le degré de perte auditive sont établis à l'aide d'une audiométrie à seuil. Pour déterminer le niveau d'endommagement de l'analyseur auditif, l'électrocochléographie, l'étude des potentiels évoqués auditifs, l'impédancemétrie acoustique sont réalisés.

La tomodensitométrie et l'IRM du cerveau révèlent les modifications morphologiques associées à l'arachnoïdite (adhérences, présence de kystes, modifications atrophiques), déterminent la nature et l'étendue de l'hydrocéphalie, éliminent les processus volumétriques (hématome, tumeur, abcès du cerveau). Les modifications de la forme des espaces sous-arachnoïdiens peuvent être détectées au cours de la cysternographie par tomodensitométrie.

La ponction lombaire fournit des informations précises sur la taille de la pression intracrânienne. L’étude du liquide céphalo-rachidien avec arachnoïdite active révèle généralement une augmentation des protéines à 0,6 g / l et du nombre de cellules, ainsi qu’une augmentation du contenu en neurotransmetteurs (par exemple, la sérotonine). Il aide à différencier l'arachnoïdite des autres maladies cérébrales.

Traitement de l'arachnoïdite

Le traitement de l'arachnoïdite est généralement effectué à l'hôpital. Cela dépend de l'étiologie et du degré d'activité de la maladie. Schéma traitement médical des patients ayant arachnoiditis peuvent inclure des glucocorticostéroïdes de thérapie anti-inflammatoires (méthylprednisolone, prednisolone), les agents résorbables (hyaluronidase yodvismutat pirogenal quinine), antiépileptiques (carbamazépine, levetiracetam, etc.), les agents Déshydratation (en fonction du degré d'augmentation pression intracrânienne - mannitol, acétazolamide, furosémide), neuroprotecteurs et métabolites (piracétam, meldonium, ginkgo biloba, hydrolysat de cerveau) Nyi, etc.), les médicaments anti-allergiques (clemastine, loratadine, mebhydrolin, hifenadina), (antidépresseurs, psychotropes, tranquillisants sédatifs). Le point obligatoire dans le traitement de l'arachnoïdite est la réhabilitation des foyers d'infection purulente existante (otite, sinusite, etc.).

Une arachnoïdite opto-chaosale sévère ou une arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure en cas de perte progressive de la vue ou d'hydrocéphalie occlusive est une indication du traitement chirurgical. L'opération peut consister en la restauration de la perméabilité des voies principales du liquide céphalo-rachidien, l'élimination des kystes ou la séparation des adhérences conduisant à la compression des structures cérébrales adjacentes. Afin de réduire l'hydrocéphalie lors d'une arachnoïdite, il est possible de recourir à des opérations de dérivation visant à créer d'autres moyens de s'écouler du liquide céphalo-rachidien: dérivation cystopéritonéale, ventriculopéritonéale ou lombo-péritonéale.

Arachnoïdite: causes, formes, signes, traitement, pronostic

L'arachnoïdite est une inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau ou de la moelle épinière en présence d'une infection virale ou bactérienne, d'un processus auto-immun ou allergique plus fréquent chez les jeunes.

La maladie a été décrite pour la première fois à la fin du 19ème siècle, mais les discussions se poursuivent à ce jour. De nombreuses personnes souffrant de maux de tête chroniques et de signes de syndrome hypertensif sont traitées à plusieurs reprises dans des hôpitaux neurologiques, mais le traitement non pathogénétique n'apporte pas le résultat souhaité, n'améliorant que brièvement l'état du patient.

Pendant ce temps, l'arachnoïdite peut causer une invalidité et, dans les cas graves, les patients doivent devenir un groupe d'invalidité. Le problème d'une approche compétente dans cette maladie reste donc extrêmement important.

Le cerveau est entouré de trois coquilles: dure, molle et arachnoïde. La toile d'araignée est sous le solide et recouvre le cerveau à l'extérieur, reliant la choroïde, dont les éléments pénètrent entre les circonvolutions. Étant donné que la membrane arachnoïdienne est étroitement liée au tissu mou et ne dispose pas de son propre apport sanguin, le concept d’arachnoïdite est aujourd’hui critiqué et l’inflammation de la membrane arachnoïdienne est considérée dans le cadre de la méningite.

Jusqu'à récemment, de nombreuses études étaient dispersées, basées sur les observations de nombreux patients, l'analyse de divers changements dans les méninges, les données d'examens supplémentaires, mais la clarté est apparue avec l'utilisation de techniques de neuroimagerie.

Aujourd’hui, la plupart des experts sont unanimes sur le fait que l’arachnoïdite est basée sur une inflammation combinée des membranes arachnoïdiennes et molles du cerveau, le développement d’adhésions et de kystes accompagnés d’une violation du mouvement du liquide céphalo-rachidien, d’un syndrome de l’hypertension artérielle, de lésions des structures nerveuses du cerveau, de nerfs crâniens ou de racines épineuses.

Dans le cas de maladies auto-immunes, la production isolée d'anticorps contre les éléments de la membrane arachnoïdienne est possible, puis le processus inflammatoire peut être limité à une membrane et parler d'une véritable arachnoïdite. L'inflammation après avoir subi des blessures ou des infections s'appelle des états résiduels.

Parmi les patients atteints d’arachnoïdite, les jeunes (jusqu’à 40 ans), les enfants prédominent, les pathologistes peuvent se développer chez des personnes affaiblies souffrant d’alcoolisme et de troubles métaboliques. La prévalence de la pathologie est élevée chez les hommes chez qui l’arachnoïdite est diagnostiquée jusqu’à deux fois plus souvent que chez les femmes.

Pourquoi l'arachnoïdite se développe-t-elle?

Comme on le sait, la plupart des processus inflammatoires sont dus à la présence de microbes, mais il existe également des causes «internes», lorsque le corps contribue lui-même à endommager ses propres tissus. Dans certains cas, le rôle principal est joué par les réactions allergiques.

Les causes de l'arachnoïdite peuvent être:

  • Maladies virales - grippe, varicelle, cytomégalovirus, rougeole;
  • Méningite transférée, méningoencéphalite;
  • Pathologie des organes ORL - otite, amygdalite, sinusite.
  • Lésions cranio-cérébrales déplacées - contusion cérébrale, hémorragies sous la membrane arachnoïdienne;
  • Nouveaux excroissances dans le crâne, abcès.

On sait que l'arachnoïdite affecte souvent des patients affaiblis, des personnes travaillant dans des conditions climatiques difficiles, où l'hypothermie peut être un facteur provoquant l'inflammation. L'intoxication par l'arsenic, le plomb, l'alcool, la fatigue prolongée, les carences en vitamines peuvent également constituer un fond prédisposant.

Plus de la moitié des cas d'arachnoïdite sont associés à des infections virales, lorsque la maladie se généralise avec l'implication de la muqueuse du cerveau.

Environ un tiers est associé à des lésions du cerveau ou de la moelle épinière - arachnoïdite post-traumatique. Les plus importants sont la contusion cérébrale et l'hémorragie sous les membranes. Le risque augmente avec les lésions répétées du système nerveux.

La pathologie des voies respiratoires supérieures joue un rôle important dans la genèse de l'arachnoïdite. Ce n'est pas une coïncidence, car les structures de l'oreille, des sinus paranasaux et des amygdales du pharynx sont très souvent enflammées chez les personnes de tous âges, et la proximité du cerveau et de ses membranes crée des conditions préalables pour que l'infection pénètre dans la cavité du crâne. Une amygdalite, une otite et une pathologie parodontale de longue date non traitées peuvent provoquer une arachnoïdite.

Malgré les possibilités suffisantes en matière de diagnostic, il est encore fréquent que la cause de l'arachnoïdite reste inconnue et ces patients représentent environ 10 à 15% des cas. Si, après un examen minutieux, il n’est pas possible de trouver la cause de l’inflammation dans les membranes du cerveau, le processus est alors appelé idiopathique.

Comment se développe l'arachnoïdite et quelles sont ses formes

Il a donc été établi que la membrane arachnoïdienne ne peut être endommagée de manière isolée. En raison de son ajustement serré à la choroïde, cette dernière est d'une manière ou d'une autre impliquée dans l'inflammation, et nous parlons généralement d'arachnoméningite (méningite). Il existe différents types de cette maladie:

  1. Vraie arachnoïdite;
  2. Processus inflammatoire résiduel.

À propos de la vraie arachnoïdite dire quand la cause - autoimmunisation, allergies. L'inflammation se produit avec la formation d'anticorps dirigés contre les structures de l'enveloppe, la réaction inflammatoire productive augmente, les membranes s'épaississent, deviennent troubles, des adhérences se forment entre elles, empêchant la circulation normale du liquide céphalo-rachidien. Généralement, le processus est répandu, impliquant éventuellement la couche cellulaire supérieure du cortex cérébral, les plexus vasculaires, la muqueuse épendymaire des ventricules cérébraux.

On pense que la véritable arachnoïdite est une pathologie extrêmement rare, ne survenant que dans 3 à 5% des cas de lésion des méninges. Une fréquence plus élevée dans les diagnostics est généralement le résultat d'un surdiagnostic.

L'arachnoïdite résiduelle faisant suite à une neuroinfection ou à un traumatisme, son composant principal sera les adhérences de l'espace inter-coques, la formation d'adhérences denses et, par conséquent, les kystes remplis de liquide céphalo-rachidien.

L'arachnoïdite cérébrale est isolée localement au moment de l'inflammation dans le cerveau et de l'arachnoïdite de la moelle épinière, également dotée de membranes molles et arachnoïdiennes. L'arachnoïdite cérébrale donne toute la gamme des symptômes cérébraux, et la colonne vertébrale produit des signes de lésions des racines motrices et sensorielles.

arachnoïdite spinale

Le changement prédominant dans l’espace sous-arachnoïdien prédétermine la sélection:

  • Kystique;
  • Adhésif;
  • Arachnoïdite mixte.

Le processus kystique s'accompagne de la formation de cavités (kystes) dues à la croissance fibreuse entre les membranes. Les kystes sont remplis d'alcool. Avec l’arachnoïdite adhérente, un épanchement inflammatoire fibrineux entraîne l’apparition d’adhérences lâches qui empêchent la circulation du liquide céphalo-rachidien. Dans certains cas, une combinaison de composants adhésifs et kystiques se produit, ils parlent alors d'arachnoïdite mixte.

Selon la localisation dominante, l'arachnoïdite est:

  1. Diffuse;
  2. Limité
  3. Basal;
  4. Convexital;
  5. Fosse crânienne postérieure.

Les arachnoïdites limitées sont extrêmement rares car, en tant que telles, les parois de la paroi du cerveau n'ont pas et l'inflammation devient commune. Si en même temps prévalent les symptômes de l'endommagement local des structures du cerveau, alors parlons d'une arachnoïdite limitée de la localisation spécifique.

L'arachnoïdite convexe prédomine dans la partie des membranes qui recouvre le cerveau à l'extérieur. Elle se déroule plus facilement que la base, se développant dans la région de la base du cerveau et impliquant les nerfs crâniens, la table cérébrale, le cervelet et le chiasma optique.

Manifestations de l'arachnoïdite

Les signes d'arachnoïdite n'apparaissent pas aigus. La maladie se développe après une période assez longue: de plusieurs mois à un an après l'ARVI, jusqu'à deux ans pour les lésions crâniennes. Le flux est continuellement progressif, avec alternance de phases d'exacerbation et de rémission.

En commençant subaiguement, la pathologie prend un caractère chronique. Le début peut manifester des symptômes d’asténisation et le patient se plaindra d’une faiblesse, d’une fatigue intense, de maux de tête, d’un faible niveau émotionnel et d’une irritabilité. Lorsque le processus inflammatoire augmente, des symptômes cérébraux et focaux apparaissent.

Comme avec l'arachnoïdite, des adhérences et des adhérences apparaissent entre les membranes du cerveau, il est impossible d'éviter les violations de la liquorodynamique. Le liquide céphalo-rachidien s'accumule dans les kystes, dans l'espace sous-arachnoïdien, entraînant l'expansion des cavités cérébrales et leur obstruction. La violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien est parfois associée à un ralentissement de la recapture du liquide en excès. Parallèlement à l'augmentation du volume du liquide céphalo-rachidien, la pression à l'intérieur du crâne augmente, de sorte que le syndrome hypertensif peut être considéré comme l'une des principales manifestations de l'arachnoïdite.

Symptômes cérébraux associés au syndrome d'hydrocéphalie-hypertensive, accompagnant inévitablement le processus d'adhésion, lorsque la sortie et la réabsorption du liquide céphalo-rachidien sont perturbées, ce qui s'accompagne de:

  • Maux de tête sévères surtout tôt le matin;
  • Nausées et vomissements;
  • Douleur dans les yeux.

Parmi les symptômes figurent souvent les acouphènes, les vertiges, les phénomènes végétatifs sous forme de transpiration, la cyanose du bout des doigts, la soif, une sensibilité excessive à la lumière, des sons forts sont possibles.

Les fluctuations périodiques de la pression intracrânienne se traduisent par des crises liquidodynamiques, lorsqu'une hypertension artérielle soudaine entraîne une intense douleur à la tête accompagnée de nausées et de vomissements. Cette condition peut être répétée une fois par mois avec une forme sévère et durer jusqu'à deux jours.

Les symptômes neurologiques focaux sont causés par l’implication de structures cérébrales et se différencient par la localisation différente de l’inflammation. Les manifestations les plus fréquentes sont les convulsions, qui peuvent être généralisées.

L'arachnoïdite cérébrale s'accompagne de lésions aux surfaces convexitales des membranes, à la base du cerveau et aux formations de la fosse crânienne postérieure. Les phénomènes neurologiques focaux dans l'arachnoïdite convexitale incluent:

  • L'épipripsie;
  • Parésie et paralysie;
  • Troubles des zones sensibles;

La localisation de l'inflammation dans la zone du chiasma optique, sur la base du cerveau, se poursuit avec une déficience visuelle, jusqu'à sa perte totale, la perte de ses champs, et le processus est de nature bilatérale. Près de la glande pituitaire peut également souffrir, et la clinique présentera alors des symptômes de troubles endocriniens.

Lorsque les dommages aux parties antérieures du cerveau peuvent diminuer la mémoire et l'attention, les anomalies mentales, le syndrome convulsif, une violation de la sphère émotionnelle.

La fosse crânienne postérieure à l'arachnoïdite suggère une affection grave. Les symptômes se résument à:

  • Lésions du nerf crânien (perte d'audition, névralgie du trijumeau);
  • Symptômes cérébelleux - pathologie de l'équilibre, troubles de la motilité et de la coordination;
  • Vision altérée;
  • Syndrome d'hypertension sévère.

Espace restreint à l'arrière de la cavité crânienne, voies de circulation du fluide cérébro-spinal étroites prédisposent à une forme fermée d'hydrocéphalie, à une forte augmentation de la pression intracrânienne avec l'apparition de maux de tête sévères, de nausées et de vomissements. Le danger de cette localisation de l'inflammation est non seulement l'implication des nerfs crâniens, mais également la probabilité que les structures nerveuses se coincent dans le foramen occipital, ce qui peut coûter la vie du patient.

En plus des dommages au cerveau, une arachnoïdite de la moelle épinière est possible. L'inflammation se produit plus fréquemment dans les parties thoracique, lombaire ou sacrée, se manifestant par des symptômes radiculaires, des douleurs et des modifications de la sensibilité et des mouvements. La clinique d’arachnoïdite de la moelle épinière est très similaire à une tumeur, en comprimant les racines nerveuses. La pathologie est chronique, accompagnée de processus kystiques et adhésifs.

Principes de diagnostic et de traitement

Le traitement de l'arachnoïdite est toujours effectué à l'hôpital et peut être médical ou chirurgical. Les personnes soupçonnées d'inflammation de l'arachnoïde sont hospitalisées dans les services neurologiques où un examen approfondi est nécessaire pour établir le diagnostic, notamment:

  1. Rayon X du crâne:
  2. Écho et électroencéphalographie;
  3. Consultation d'un ophtalmologue et d'un spécialiste ORL;
  4. CT et IRM du cerveau;
  5. Ponction lombaire pour clarifier les chiffres de la pression intracrânienne, prélèvement de protéines dans le LCR, composition cellulaire.

imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau

La pharmacothérapie est conduite pendant une longue période, en tenant compte du facteur étiologique et comprend:

  • Médicaments antibactériens ou antiviraux;
  • Antihistaminiques (pipolfen, diphenhydramine, suprastine, claritine, etc.);
  • Traitement d'absorption dirigé contre les adhérences dans l'espace inter-coquille (lidz, rumalon, pyrogène);
  • Diurétiques pour le syndrome d'hypertension (mannitol, diacarbe, furosémide);
  • Traitement anticonvulsivant (carbamazépine, finlepsine);
  • Les anti-inflammatoires, - les glucocorticoïdes (en particulier, avec le caractère allergique et auto-immun de l'inflammation);
  • Traitement neuroprotecteur (mildronate, cérébrolysine, nootropil, vitamines du groupe B).

Étant donné que la maladie se prolonge, elle s'accompagne de manifestations d'asthénie et de troubles émotionnels, un certain nombre de patients doivent se voir prescrire des antidépresseurs, des sédatifs et des tranquillisants.

Dans tous les cas d'arachnoïdite, d'autres foyers d'infection bactérienne ou virale sont recherchés et traités, car ils peuvent être une source de ré-inflammation de la muqueuse du cerveau. Outre les antibiotiques, les antiviraux, les mesures de renforcement, la prise de complexes multivitaminiques, une bonne nutrition et un schéma de consommation adéquat sont également présentés.

En cas de syndrome hypertensif puissant, il n'est pas toujours possible d'éliminer les signes d'hypertension artérielle à l'intérieur du crâne à l'aide de médicaments. Les médecins doivent alors recourir à des interventions chirurgicales. Les plus courantes d'entre elles sont les opérations de dérivation qui assurent la sortie du liquide céphalo-rachidien du crâne, ainsi que les opérations de dissection des adhérences et d'élimination des kystes de liquide céphalo-rachidien, effectuées dans les services de neurochirurgie.

Le pronostic de l'arachnoïdite est favorable à la vie, mais la maladie peut entraîner une invalidité. Des crises convulsives, une vision réduite, des récidives fréquentes d'arachnoïdite peuvent rendre impossible l'exécution des tâches professionnelles habituelles du patient et constituer un motif pour établir le groupe de personnes handicapées. La cécité complète oblige le premier groupe à être assigné et le patient a besoin de soins et d'une aide extérieure au quotidien.

Si un patient souffrant d’arachnoïdite retient ses activités professionnelles, il sera alors contre-indiqué aux types de travail associés à l’ascension en hauteur, à la conduite de véhicules, à la proximité du feu et aux mécanismes de déplacement. Production exclue où, parmi les facteurs nuisibles - les vibrations, le bruit, les basses températures, les conditions climatiques extrêmes, l’action des toxines.

Pour prévenir les processus inflammatoires au niveau des membranes du cerveau, tous les foyers d’infection existants doivent être traités rapidement, en particulier à l’oreille, les sinus paranasaux et les blessures à la tête. Pour les maux de tête prolongés après une infection ou une lésion cérébrale, vous devez consulter un médecin pour un examen approfondi et l'exclusion de l'arachnoïdite.

Sosudinfo.com

L'arachnoïdite cérébrale, dont les symptômes ne sont pas spécifiques, est une maladie inflammatoire complexe de la membrane arachnoïdienne de l'organe qui se développe sur le fond d'une allergie, d'un processus auto-immun ou d'une infection virale (bactérienne). Le plus souvent, il survient chez de jeunes patients. Les formes difficiles de la maladie sont accompagnées par l'invalidité d'une personne et conduisent à l'invalidité.

Description générale

Il existe plusieurs membranes cérébrales: molle, arachnoïdienne et solide. C'est le milieu qui ne va pas dans certaines parties des circonvolutions. Sous cette coque sont formés des espaces remplis de liquide céphalo-rachidien. Car leur unification sert la cavité du quatrième ventricule.

La membrane arachnoïdienne n'est pas alimentée par les vaisseaux sanguins. Grâce à elle, le cerveau est fixé dans la cavité du crâne. Cette coquille a un haut degré de perméabilité. Si une infection apparaît dans un corps humain, un virus, le cerveau est endommagé par un traumatisme, la membrane arachnoïdienne s'enflamme et une arachnoïdite du cerveau se développe. Elle devient grosse, boueuse.

Accompagné par une arachnoïdite, formation kystique. Des adhérences fixes gênent également la circulation du liquide céphalorachidien entre les vaisseaux et la coque. Les symptômes de la maladie sont communs et focaux. Souvent, ils dépendent du type de maladie.

L'arachnoïde ne souffre jamais seul, car il ne possède pas de vaisseaux sanguins. Le processus inflammatoire se déplace souvent ici d'autres parties du cerveau. L'arachnoïdite contribue à une augmentation de la pression intracrânienne, ce qui entraîne une chute du cerveau. Cela complique le diagnostic et le traitement de la pathologie.

Causes de la maladie

L'arachnoïdite cérébrale est le plus souvent déclenchée par une infection bactérienne ou virale. Cependant, la cause de son développement peut être une lésion cérébrale. En général, on peut distinguer les causes suivantes de la maladie:

  • pathologies virales: varicelle, rougeole, grippe;
  • abcès ou néoplasme dans le cerveau;
  • processus inflammatoires: méningite, encéphalite;
  • maladies des oreilles, du nez et de la gorge: sinusite, amygdalite, otite moyenne;
  • hémorragie sous l'arachnoïde;
  • une contusion ou une lésion du cerveau (et l'arachnoïdite se développe plusieurs mois plus tard, lorsque des adhérences apparaissent dans la zone touchée);
  • intoxication chronique du corps due à l'abus d'alcool, intoxication par les métaux lourds;
  • perturbation endocrinienne;
  • une forte diminution de l'immunité;
  • myélite (ses complications).

D'autres facteurs sont également susceptibles de provoquer une arachnoïdite cérébrale: surmenage permanent, conditions de travail difficiles. Dans certains cas, l'étiologie de la maladie reste incertaine.

Classification et symptômes de la maladie

Il existe plusieurs types d'arachnoïdite:

  1. Vrai. La cause de cette pathologie est un processus auto-immun ou une réaction allergique. Habituellement, cette forme d'arachnoïdite est considérée comme courante, car elle peut affecter la couche cellulaire supérieure du cortex cérébral. Cette lésion est assez rare, seulement dans 5% des cas de toutes les maladies des méninges.
  2. L'arachnoïdite résiduelle est provoquée par une blessure ou une infection du système nerveux. Le résultat de cette pathologie est l'apparition d'adhérences et de kystes remplis de liquide céphalo-rachidien.

La maladie peut être classée en fonction des modifications dominantes dans l’espace sous-arachnoïdien:

  1. Arachnoïdite kystique. Les tissus fibreux se développent entre les membranes, ce qui provoque le processus de formation de cavités remplies de liqueur.
  2. Adhésif. Dans ce cas, un épanchement se forme, à la suite duquel des adhérences lâches se développent. Ils interfèrent avec la circulation du liquide céphalo-rachidien.
  3. Mixte Il s’agit d’une combinaison de symptômes et de caractéristiques de l’évolution des deux types précédents d’arachnoïdite.

Si la localisation de la pathologie est prise comme base de la classification, alors il se produit:

  1. Diffuse (étendue). Il est diagnostiqué dans la plupart des cas, car le processus inflammatoire s'étend à presque toute la coquille et touche également les tissus adjacents. La symptomatologie est exprimée pas brillamment. Il existe des symptômes cérébraux provoqués par une violation de la circulation du liquide céphalo-rachidien.
  2. Limité Une telle arachnoïdite est rare, car la membrane arachnoïdienne n'a pas de frontières claires, donc l'inflammation en affecte la majeure partie.
  3. Convexital. L'arachnoïdite se propage à la partie des membranes située à la surface externe du cerveau. Son parcours est considéré comme plus facile. Cependant, il s'accompagne de crises d'épilepsie, de troubles de la sphère émotionnelle, de paralysie et de parésie.
  4. Le basal. Il est localisé à la base du crâne et affecte le tronc cérébral, les nerfs et le cervelet. Ici, la vision est perturbée et de deux côtés. Tout d'abord, le champ de vision de certaines couleurs (rouge et vert) change. En outre, il existe un mal de tête intense, une perturbation de la fonction des nerfs oculomoteurs. Lors de l'examen du fond d'œil, une atrophie visible du nerf optique.
  5. Fosse crânienne postérieure. Il existe une grande variété de symptômes. Avec la défaite des nerfs du crâne possible perte auditive, des dommages au nerf trijumeau. Si l'inflammation affecte le cervelet, il existe un trouble de la coordination et de la motilité des mouvements. Le patient a également un syndrome hypertensif prononcé.

Le dernier paramètre de classification est le taux de développement du processus pathologique. Ici vous pouvez sélectionner les types suivants:

  1. Pointu Si une arachnoïdite se développe très rapidement, la température du patient augmente fortement et les vomissements sont abondants. Cependant, cette forme de pathologie peut être guérie rapidement, sans conséquences graves.
  2. Subaiguë. La pathologie progresse constamment, puis dégénère, puis disparaît. Avec une arachnoïdite cérébrale, les symptômes augmentent lentement. Premièrement, l’asthénie, une faiblesse et une fatigue graves, des maux de tête modérés, des problèmes d’arrière-plan émotionnel, une irritabilité accrue apparaissent.
  3. Chronique. Au fil du temps, le processus inflammatoire progresse et, chez l'homme, des symptômes focaux et cérébraux apparaissent. Par exemple, le mal de tête s’amplifie, on note des nausées et des vomissements, les yeux commencent à faire mal. Le patient développe des acouphènes, le bout des doigts devient bleu. Il veut constamment boire, il y a une grande sensibilité à la lumière et aux sons forts.

Le patient a souvent des troubles du sommeil, de la mémoire, de l’anxiété. Il existe d'autres symptômes: sensibilité aux changements climatiques, transpiration abondante, miction excessive, perte d'odeur (totale ou partielle).

Fonctions de diagnostic

Avant de commencer le traitement de l'arachnoïdite, le patient doit être soigneusement examiné pour déterminer avec précision le type de processus pathologique. Pour cela, il est nécessaire de mener les études suivantes:

  • radiographie de la tête (permet de déterminer la pression intracrânienne, mais n'est pas considérée comme une méthode très efficace);
  • électroencéphalographie;
  • échoencéphalographie;
  • IRM ou TDM (la fiabilité de ces méthodes est très élevée car elles permettent non seulement de déterminer la présence et la localisation de kystes, mais également leur structure);
  • ponction lombaire (permet de déterminer le niveau de pression du liquide céphalo-rachidien);
  • test sanguin (révèle la présence d'une inflammation dans le corps).

Le patient devra également consulter un oto-rhino-laryngologiste et un ophtalmologiste. Le médecin traitant est obligé de recueillir des antécédents complets, qui devraient indiquer si le patient a récemment été blessé et quelles pathologies chroniques il a. Le diagnostic doit être différentiel, car les symptômes ci-dessus peuvent également causer d'autres maladies (tumeurs cérébrales).

Traitement traditionnel

Arachnoïdite traitée dans le service neurologique de l'hôpital. Des méthodes thérapeutiques non seulement médicales mais aussi chirurgicales sont utilisées. Prendre des pilules dont le patient a besoin longtemps. Le patient est prescrit les médicaments suivants:

  1. Antibactérien: Kanamycine. Il est préférable de prendre des médicaments plus récents capables de pénétrer la barrière hémato-encéphalique. Les antibiotiques ne sont pas utilisés uniquement sous forme de comprimés. Ils peuvent être insérés dans les ganglions lymphatiques situés à l'arrière du cou.
  2. Antiviral.
  3. Antiallergique: "Dimedrol", "Claritin", "Suprastin".
  4. Moyens de résorption des adhérences: "Roumalon", "Lidaza".
  5. Diurétique: "Furosémide", "Diakarbe" - nécessaire en cas de forte augmentation de la pression intracrânienne pour réduire la quantité de liquide dans le corps.
  6. Antiépileptique: Finlepsine, Carbamazépine. Il n’est peut-être pas possible de se débarrasser complètement de cette complication, mais la qualité de vie du patient sera améliorée.
  7. Anti-inflammatoires stéroïdiens: "Dexaméthasone", "Prednisolone" - sont utilisés pour les formes aiguës d’arachnoïdite. Les traitements avec de tels médicaments sont courts.
  8. Neuroprotecteurs: Cerebrolysin, Nootropil.
  9. Antidépresseurs et tranquillisants.
  10. Médicaments vasodilatateurs: Cerebrolysin, Trental, Curantil seront l’occasion d’améliorer la circulation sanguine dans le cerveau.

Lorsque la pression intracrânienne augmente, le patient reçoit une solution de sulfate de magnésium. L'administration intraveineuse d'iodure de potassium est également utilisée. Afin d'éliminer les adhérences et d'améliorer la circulation de la liqueur, il est possible de souffler de l'air dans l'espace sous-arachnoïdien. L'utilisation d'antioxydants est également recommandée.

Avant d'utiliser des médicaments, il est nécessaire de trouver la source de l'infection. Lors du traitement de l'arachnoïdite cérébrale, il est nécessaire d'utiliser des moyens qui renforcent l'immunité du patient. Il faudra un complexe de multivitamines, ainsi qu'un menu complet.

Si le traitement conservateur n’aide pas, l’intervention chirurgicale est prescrite par le médecin traitant. Le plus souvent, ils évitent le cerveau, éliminent les adhérences et les kystes.

Caractéristiques de la thérapie populaire

Il est possible de traiter l'arachnoïdite à la maison, mais vous devez au préalable consulter votre médecin. Naturellement, les stades de développement des remèdes populaires ne fonctionneront pas. Si la pathologie n'est pas encore allée trop loin, alors de telles recettes seront utiles:

  1. Feuille de bardane Il doit être attaché à la tête et changé toutes les 24 heures. Cette plante éliminera l'excès de liquide dans le crâne.
  2. Les fleurs de la série. Après la collecte des matières premières, il doit être séché. Suivant 1 cuillère à soupe. l les plantes brassent un litre d’eau bouillante. Insister prend une demi-heure. Buvez une telle sorte de thé devrait être pendant la journée. Le deuxième jour, il ne sera pas si utile.
  3. Racines de l'agrimony. Après les avoir récupérées, rincez-les bien et séchez-les à l'air frais. Ensuite, la matière première doit être broyée dans un hachoir à viande et réduite en poudre. Prenez-le devrait être trois fois par jour avant les repas pour une demi-cuillère à café. Le traitement de la maladie dure 3 mois.

Le traitement des remèdes populaires ne donne pas un effet instantané. Il devrait être long et soigné.

Pronostic, complications et prévention de la maladie

Si le traitement de l'arachnoïdite a été choisi correctement, le pronostic pour la vie et la santé est favorable. Cependant, ce n'est pas toujours le cas. Avec un traitement inadéquat de l'arachnoïdite du cerveau ou un traitement tardif chez le médecin, la pathologie peut priver une personne de son aptitude au travail et la rendre invalide. Pour un patient, les domaines d’activité sont considérablement limités: il ne peut pas s’élever, travailler avec des mécanismes mobiles, conduire un véhicule, travailler dans des entreprises où il y a beaucoup de bruit, de toxines et de basses températures.

L'arachnoïdite peut avoir de graves conséquences:

  • perte persistante de la vision;
  • crises d'épilepsie;
  • cécité totale;

En ce qui concerne la prévention de l'arachnoïdite du cerveau, vous devez suivre toutes les recommandations des experts:

  • le temps d'éliminer tous les foyers inflammatoires et infectieux du corps;
  • lors d'épidémies de grippe ou d'ARVI, veillez à être prévenu;
  • les lésions cérébrales doivent être évitées;
  • Il est important de ne pas retarder une visite chez le médecin si la personne a mal à la tête pendant plus d'une semaine et que l'état de santé général se dégrade.
  • vous ne pouvez pas surcharger;
  • Il est important de renforcer votre propre immunité à l'aide de complexes de vitamines.
  • besoin de bien manger.

L'arachnoïdite cérébrale est une inflammation grave de la membrane arachnoïdienne, qui se propage aux tissus environnants, s'accompagne d'une détérioration du débit sanguin, d'une modification de l'état des parois vasculaires (qui deviennent perméables).

De Plus, Lisez Les Navires

Vaisseaux tête et cou: symptômes, traitement, exercices

Vaisseaux tête et cou: symptômes, traitement, exercicesLes vaisseaux du cou et de la tête remplissent une fonction importante dans le corps: chaque seconde, ils apportent de l'oxygène et des nutriments au cerveau.

LiveInternetLiveInternet

-Tags-Recherche par agenda-Nouvelles-Liens-Musique-Abonnez-vous par e-mail-Des statistiques. Quels aliments affectent la coagulation du sang?Dr. Sergey Agapkin, un présentateur de l'émission "On the Most Important", a répondu à la question:

Éclater des capillaires sur le nez: causes, méthodes de traitement

Les vaisseaux les plus minces du corps humain sont appelés capillaires. Ils sont présents dans divers organes et tissus et permettent l'échange de gaz entre les cellules et le sang.

Basophiles dans le sang d'un enfant

Même si nous considérons que les granulocytes basophiles constituent le plus petit groupe de formules pour leucocytes, leur importance pour l’organisme ne diminue pas pour autant.

Que faire si le vaisseau dans l’œil éclaté, les causes de la pathologie

Dans cet article, vous apprendrez: les raisons pour lesquelles un navire a éclaté à l’œil, ce qui peut l’affecter. Ai-je besoin d'un traitement?

Préparations pour améliorer la circulation sanguine

La circulation sanguine périphérique est un processus continu de circulation sanguine dans les petites veines et artères, les capillaires, ainsi que les artérioles et les veinules.