L’hypertension est aujourd’hui l’une des maladies les plus courantes. Presque toutes les premières personnes qui en souffrent après 40 à 50 ans en souffrent aussi bien des hommes que des femmes.

De plus, il est dangereux pour la santé de la maladie elle-même (maux de tête constants, vertiges, nausées, faiblesse et autres symptômes), ainsi que pour les complications qu’il peut causer (accident vasculaire cérébral, crise cardiaque, séparation de l’anévrysme sacculaire). Et si, dans le premier cas, toutes ces manifestations ne sont rien d’autre que des troubles de l’état général, dans le second, la probabilité de décès est élevée en l’absence d’assistance médicale en temps voulu.

En fonction de l'intensité des manifestations, il est habituel de classer l'hypertension artérielle en degrés et en stades - une telle approche a une signification clinique importante, car elle détermine la tactique de prise en charge du patient.

Le concept d'hypertension artérielle

L'hypertension artérielle (l'abréviation de cette pathologie est AH) est l'augmentation systématique du niveau de pression artérielle à 140/90 et plus. Comme indiqué ci-dessus, cette maladie est un danger pour la vie humaine en premier lieu par diverses complications. Leur cause pathogénique peut être soit une augmentation de la pression artérielle, soit des lésions aux artères de différents calibres qui acheminent le sang du cœur vers tous les organes et tissus périphériques du corps humain.

Dans ce cas, la pression idéale (moyenne) pour une personne en bonne santé est de 120/80 mm Hg. Dans certains cas, le taux est légèrement inférieur BP - 100/70 - 100/60 mm Hg. ou augmenté - mais pas plus que 139/100 - 110 mm Hg.

Les indicateurs de pression artérielle supérieure et inférieure correspondent à: réduction du myocarde du coeur - pression systolique, relaxation des parois - pression diastolique (indice inférieur). La principale cause de l'hypertension est un rétrécissement de la lumière de petits vaisseaux (on l'appelle aussi le lit hémato-microcirculatoire), ce qui entraîne une obstruction du flux sanguin. Le mécanisme physiopathologique de ce phénomène s’explique facilement de la manière suivante: comme la pression du sang sur les parois des vaisseaux sanguins augmente plusieurs fois, le nombre de pression artérielle augmente, ce qui découle du fait que le cœur a besoin de plus d’efforts pour pousser le sang dans le sang..

Classification

Il est habituel de choisir plusieurs options de classification, mais les principales sont la classification par origine et le nombre de pression artérielle. Compte tenu de la séparation de cette pathologie par origine, il est nécessaire de distinguer l'hypertension primaire (idiopathique), autrement appelée hypertension, des formes secondaires (dites symptomatiques). Si la première variante de la nosologie survient sans raison apparente, la seconde est elle-même un symptôme d'autres maladies et représente environ 10% du nombre total d'hypertension. Dans la plupart des cas, il existe une augmentation de la pression artérielle en présence de troubles rénaux, cardiaques, endocriniens, neurologiques et également à la suite de l'administration systématique de certains médicaments (dans ce cas, il est d'usage de parler des causes iatrogènes de la maladie).

Faites attention au fait qu'il existe un concept de risque d'hypertension - dans ce cas, nous entendons moins la gravité du tableau clinique à l'heure actuelle que le risque de survenue de certaines complications à l'avenir.

Étendue de la maladie

Les médecins en exercice utilisent le plus souvent la classification établie par l’OMS et la Société internationale de traitement de l’hypertension (abrégé MOAG) en 1999. Pour l'OMS, la GB est classée en fonction du degré d'augmentation de la pression artérielle et de l'atteinte des organes cibles:

  • Le premier - de 140-159 GARDEN et de 90-99 papa.
  • La seconde - de 160 à 179 GARDEN et de 100-109 papa.
  • La troisième - à partir de 180 et plus du JARDIN et de 110 et plus à la DBP.

En ce qui concerne le stade - la classification est basée uniquement sur les caractéristiques des dommages aux organes cibles. Si, au premier stade, elles ne sont pas du tout observées, au deuxième stade, des désordres organiques et fonctionnels des organes cibles (hypertrophie ventriculaire gauche, angiopathie, rétinopathie) sont observés et au troisième stade, des catastrophes cardiovasculaires se sont produites (ONMK, infarctus du myocarde, stratification du sacculat). anévrismes, etc.).

Il arrive également que le même degré d'hypertension artérielle soit observé chez la même personne - ceci est dû à des sauts de tension artérielle, et il est tout à fait compréhensible, bien que extrêmement indésirable, car ces sauts de santé sont finalement pires que des crises hypertensives simples et une augmentation constante de la pression artérielle.

La phase GB ne peut que progresser, ce qui est associé à la défaite des organes cibles.

En fonction du stade et du degré d'hypertension artérielle, le nombre et la posologie des médicaments qui seront attribués au patient (c'est-à-dire le nombre de représentants de différents groupes pharmacologiques) sont déterminés.

Premier degré

L'hypertension artérielle d'un degré s'appelle différemment la forme bénigne de cette nosologie. L'indicateur du GARDEN varie de 140 à 159 et le fond est de 90 à 99 mm Hg. En même temps, toute anomalie dans le travail du cœur apparaît spasmodiquement, mais toutes les convulsions manifestantes, dans la plupart des cas, passent sans conséquences. Les temps d’exacerbation alternent avec la rémission clinique de la maladie - dans ce cas, les chiffres de pression du patient sont normaux.

Les symptômes typiques sont:

  1. Le mal de tête douloureux, progressant avec le stress physique et psycho-émotionnel.
  2. Vertiges, et jusqu'à un faible.
  3. Douleurs ou douleurs de piqûre dans la poitrine gauche, irradiant à l'épaule et au bras.
  4. Tachycardie
  5. L'insomnie.
  6. Acouphènes.
  7. Points noirs émergents devant les yeux.

Deuxième degré

C'est une manifestation hypertensive sous forme modérée. À ce stade, le temps nécessaire pour augmenter la pression artérielle est observé sur une période plus longue et, sans prendre d'anti-hypertenseurs, il ne revient presque jamais à la normale.

En ce qui concerne les manifestations, les symptômes suivants seront caractéristiques:

  1. Fatigue persistante, sévère et chronique.
  2. Sensation de pulsation dans la tête.
  3. Insuffisance cardiovasculaire.
  4. Le rétrécissement de la lumière des vaisseaux hémato-microcirculatoires.
  5. Hyperémie artérielle de la peau du visage et du cou.

En plus de tout cela, l'attaque hypertensive développée peut être accompagnée de troubles dyspeptiques, d'une dyspnée inspiratoire ou expiratoire et d'un larmoiement. Il y a des situations où ce genre de condition dure plusieurs heures. En l'absence de soins d'urgence opportuns et correctement dispensés, le risque de complications graves d'une crise hypertensive, tel qu'un infarctus du myocarde et un œdème pulmonaire ou cérébral, est élevé.

Chez les patients hypertendus ayant subi une ophtalmoscopie, une artère rétinienne modifiée pathologiquement est déterminée. Cela indique que dans les plus brefs délais, il sera possible d'attendre des problèmes de vision.

Troisième degré

Les symptômes les plus caractéristiques et significatifs sur le plan clinique de l'hypertension de grade 3 sont les suivants:

  • Arythmie (jusqu’à la fibrillation auriculaire).
  • Violation de la démarche et coordination des mouvements.
  • Détérioration significative de l’acuité visuelle à la perte de parcelles du côté de la lésion.
  • Parésie et paralysie en violation de la circulation cérébrale.
  • Crises hypertensives prolongées accompagnées de troubles prononcés de la parole, de la conscience et de cardialgies graves.

Souvent, en raison de pressions élevées, les maladies cardiovasculaires se caractérisent non seulement par des lésions organiques des structures tissulaires, mais également par le développement de véritables catastrophes cardiovasculaires, qui entraînent très souvent une invalidité et à un point tel qu’une personne devient incapable de se servir elle-même.

Les étapes

Les cardiologues distinguent trois stades de l'hypertension qui, comme mentionné ci-dessus, caractérisent la gravité des dommages aux organes. Alors, voici cette classification:

  • Stade I L'augmentation de la pression artérielle est insignifiante et inconstante, le fonctionnement du système cardiovasculaire n'est pas perturbé. À ce stade, les plaintes des patients sont généralement absentes.
  • Étape II Le TAS et le DBP augmentent régulièrement et, sans prendre de médicaments antihypertenseurs, ils ne tombent pas. Il y a hypertrophie du ventricule gauche. Dans certaines situations, une vasoconstriction rétinienne locale ou généralisée se produit.
  • Étape III. Il existe de nombreux signes de dommages à la structure histologique des organes, à savoir: CH, AMI, ou d'autres formes d'IHD, CRF, mais le plus défavorable en termes de pronostic est l'AHMC.

Première étape

La grande majorité des patients au stade 1 de la GB (selon la CIM 10, cette maladie est appelée I 25.1), il n’ya aucun symptôme cliniquement significatif. Parfois, on se plaint de maux de tête récurrents, de troubles du sommeil, de cardialgies à court terme.

À ce stade, il est temps de commencer à traiter le GB sans utiliser de drogues synthétiques, mais uniquement à l’aide de remèdes à base de plantes, de médicaments traditionnels et du passage à un mode de vie sain. Dans les pays développés, ce groupe d'hypertension est composé d'un plus grand nombre de personnes âgées de plus de 50 ans, mais le plus intéressant est qu'en raison de la correction optimale de l'état et du niveau de pression artérielle, il est possible de conserver des valeurs stables pour cet indicateur.

Deuxième étape

Un état pathologique est considéré comme une maladie de gravité modérée et se manifeste dans le contexte d'athérosclérose des vaisseaux coronaires avec de graves crises cardiaques. La pathologie est considérée comme un terrain fertile pour le développement de crises hypertensives compliquées et simples. En fonction du lieu exact de la défaite, il est habituel de distinguer les types de crise suivants:

  1. Oedémateux, dans lequel les paupières gonflent et il y a une somnolence accrue;
  2. Neuro-végétatif, accompagné de nombreux troubles autonomes;
  3. Convulsif, dans lequel il y a un tremblement des muscles.

Si les patients hypertendus de stade 1 doivent faire de l’exercice modéré, il convient dans ce cas de respecter la restriction maximale recommandée en matière sportive. La maladie en l'absence d'un traitement adéquat est souvent compliquée par un gonflement des tissus mous, une IAM, un accident vasculaire cérébral et en l'absence d'hospitalisation rapide chez un patient présentant une crise hypertensive complexe, la mort peut survenir.

La maladie est particulièrement dangereuse s’il ya des facteurs de risque - augmentation du poids corporel (obésité alimentaire), tabagisme, alcoolisme, effort physique important.

Troisième étape

Ce stade de l'hypertension correspond à une augmentation significative et régulière du nombre de pression artérielle: JARDIN - jusqu'à 180 mm. Hg st. et au-dessus, DBP - jusqu'à 110 mm. Hg st. et au dessus. Au stade 3 de l'hypertension chez tous les patients, il existe une lésion des organes et systèmes internes. Il existe des troubles circulatoires fréquents du cerveau (conséquence - AVC), du coronaire (conséquence - AMI) et du rein, avec une probabilité élevée de développer une défaillance de plusieurs organes.

Après avoir subi une IAM ou un AVC, ainsi que la progression de l'insuffisance cardiaque, la tension artérielle peut diminuer, en particulier - l'indicateur de la coronaropathie. C'est ce qu'on appelle l'hypertension artérielle «décapitée». Chez les personnes atteintes de maladie hypertensive, il y a de fréquentes crises d'angine de poitrine, de troubles du rythme cardiaque de types divers (principalement supraventriculaires), de graves maux de tête, de graves vertiges, des troubles du sommeil, des troubles de la mémoire et de la vision. Lors des examens instrumentaux et de laboratoire dans un hôpital cardiologique, il est possible de trouver des preuves de lésions importantes des organes internes. La conductivité de l'influx nerveux vers le myocarde se détériore, ce qui explique pourquoi la capacité contractile du muscle cardiaque est sérieusement affectée. En outre, les résultats de l'ophtalmoscopie indiquent un rétrécissement significatif des artères rétiniennes, des modifications de la tête du nerf optique, une constriction des veines oculaires.

Avec la mise en œuvre de certains schémas thérapeutiques (incluant les nitrates), il existe un syndrome de «vol qualifié», dans lequel l'irrigation sanguine du myocarde est perturbée en raison de l'affaiblissement du PN (en d'autres termes, l'effet est opposé à celui recherché).

Principaux risques

Le risque de manifestation de crise hypertensive ou de progression de la nosologie elle-même est formé d'un certain nombre de facteurs, dont les principaux sont les suivants:

  1. Histoire héréditaire.
  2. Âge Le groupe à risque comprend les hommes de plus de 55 ans et les femmes de plus de 65 ans. Grossesse - le développement de groupes du crime organisé - la gestose - constitue un danger particulier.
  3. Le stress.
  4. Réception de contraceptifs oraux et de certains compléments alimentaires.
  5. Consommation systématique de nicotine et d'alcool, ainsi que d'autres substances toxiques.
  6. Obturation athéroscléreuse des vaisseaux sanguins par des plaques. Le taux de cholestérol total dans le sang ne doit pas dépasser 6,5 mmol / l.
  7. Diverses pathologies somatiques de nature endocrinienne et neurologique.

Un tableau spécial des risques a été établi, analysant ce qui permet de déterminer dans quelle mesure un patient est exposé aux facteurs déclencheurs et dans quelle mesure ils peuvent le menacer en termes de développement d’une crise hypertensive.

Diagnostics

À n'importe quel stade de l'hypertension, à n'importe quel degré, la mise en œuvre de l'algorithme de diagnostic est réalisée en mesurant le niveau de pression artérielle, après quoi le médecin procède à un examen physique du patient, puis supprime l'électrocardiogramme. Si tous les indicateurs sont normaux, le travail se termine à ce stade. Afin d'éviter la progression de la gravité de la maladie, il suffit de se présenter 1 à 2 fois par an pour un rendez-vous avec votre médecin.

Si le traitement du patient était engagé dans la phase active de la maladie ou si son fardeau est déjà présent, certaines irrégularités sont détectées lors de l’examen initial. Pour obtenir une image plus fiable, il est nécessaire de procéder à un examen plus approfondi, qui comprendra:

  • Analyses cliniques générales (OAK, OAM).
  • Analyses biochimiques du sang et de l'urine (un complexe rénal-hépatique est déterminé obligatoirement.
  • Échographie du coeur et des reins, échocardiographie.
  • Vaisseaux sanguins Doppler.

Traitement de l'hypertension

Le traitement complexe de la maladie est effectué:

  • Correction du mode de vie, élimination des facteurs, qui sont indiqués dans le tableau des risques.
  • Le traitement médicamenteux utilise des antihypertenseurs de première et de deuxième intention. En outre, la nomination d'agents sédentaires est montrée - l'effet sédatif est également d'une grande importance pour la normalisation des chiffres de la pression artérielle.
  • Thérapie non traditionnelle - traitement avec des médicaments à base de plantes, divers exercices de respiration, techniques, etc.

Faites attention au fait qu'un patient souffrant d'hypertension ne doit être dirigé que par son médecin traitant. Au minimum, il devrait lui prescrire le traitement approprié, et seuls des examens périodiques suffiraient.

Le patient doit absolument surveiller non seulement le niveau de pression artérielle, mais également la viabilité du fonctionnement des voies biliaires, du pancréas et des reins, car des dysfonctionnements se produisent dans les organes et systèmes internes.

Prévention

Optimisation du régime de jour (sommeil et éveil). Afin de normaliser le travail du système cardiovasculaire, il est nécessaire d'éviter de provoquer la synthèse et la libération d'hormones contra-insulaires, à savoir l'adrénaline et la noradrénaline. Pour ce faire, la durée du sommeil doit être d’au moins 7 à 8 heures par jour.

  1. Une bonne nutrition et un bon régime alimentaire. L'exclusion des aliments gras et frits, la consommation fractionnée d'aliments en petites portions, n'est pas 4 heures avant le coucher, etc.
  2. Mode de vie en mouvement. Il est nécessaire de dépenser le maximum de calories reçues pour qu'elles ne se déposent pas dans la graisse.
  3. Éviter le stress. La surmenage psychologique aide à activer le système sympatho-surrénalien.
  4. Rejet des mauvaises habitudes. Le tabagisme entraîne la destruction des vaisseaux sanguins, ce qui nuit au travail du système cardiovasculaire. L'alcool provoque l'apparition de plaques d'athérosclérose.

La seule raison pour laquelle la pression artérielle d’un enfant peut augmenter est une augmentation de la pression de la boîte intracrânienne (en d’autres termes, la pression intracrânienne). À son tour, cela se produit s'il y a une hyperproduction de liquide céphalorachidien chez un enfant, ou une autre option - un fait de violation de son écoulement sortant pour une raison ou une autre est énoncé.

Le seul moyen d'identifier ce problème à un stade précoce est de contacter à temps un neuropathologiste, qui détectera la tension excessive des fontanelles chez un enfant. Soit dit en passant, l’alcool hyperproductif est une maladie qui peut être exemptée du service militaire.

Prédictions et complications

L'hypertension est le facteur de risque dominant dans la très grande majorité des maladies cardiovasculaires, qui sont fatales en raison de la manifestation de ce syndrome dans plus de la moitié des cas de mortalité totale. Bien qu'en général, le pronostic dépend de manière significative du degré d'adéquation du traitement recommandé et de la conformité du patient aux prescriptions du médecin. De plus, il est impératif de prêter attention à la correction du mode de vie - l'élimination des facteurs de risque n'est pas moins importante dans la lutte contre l'hypertension que la pharmacothérapie.

Si une personne ignore les recommandations du médecin traitant, vous devrez faire face à des problèmes tels que l'hypertrophie du myocarde (principalement du ventricule gauche), des troubles cérébraux, un manifeste de crises hypertensives et d'autres problèmes cardiologiques, y compris l'AMI et l'ONMK.

Développement de l'hypertension 1, 2, 3 étapes

L'hypertension artérielle, en tant que pathologie chronique, a ses propres stades d'écoulement. Quels sont les stades les plus importants de l'hypertension?

Le sang oxygéné, à chaque battement de coeur, est poussé à travers les artères et envoyé aux organes. Pendant cette période, la pression artérielle augmente et après chaque deuxième coup, la pression dans les vaisseaux diminue. Un dysfonctionnement des vaisseaux sanguins et du cœur entraîne un risque de développer une hypertension.

Comme toute maladie, l’hypertension artérielle a ses propres stades de développement, qui se distinguent dans la médecine moderne par trois. Si le stade initial est traité avec succès, alors 2 et 3 degrés de la maladie peuvent devenir un problème chronique pour la vie.

Pour tout médecin, les indicateurs de pression artérielle servent de signal pour diagnostiquer et définir le stade de développement de l'hypertension.

Il est important d'identifier l'évolution de la maladie au début de la maladie afin d'éviter des complications telles qu'une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Tableau: Classification de la pression artérielle chez un adulte

Degré et stade de l'hypertension artérielle

Le terme "hypertension artérielle", "hypertension artérielle" désigne le syndrome de l'augmentation de la pression artérielle (TA) dans l'hypertension et l'hypertension artérielle symptomatique.

Il convient de souligner qu’il n’ya pratiquement aucune différence sémantique entre les termes "hypertension" et "hypertension". D'après l'étymologie, hyper - du grec. dessus, dessus - le préfixe indiquant un excès de la norme; tensio - de lat. - tension; tonos - du grec. - tension. Ainsi, les termes "hypertension" et "hypertension" signifient essentiellement la même chose - "contrainte excessive".

Historiquement (depuis l'époque de GF Lang), il est arrivé que les termes «hypertension» et, par conséquent, «hypertension artérielle» soient utilisés en Russie. Le terme «hypertension artérielle» est utilisé dans la littérature étrangère.

On entend généralement par maladie hypertensive (GB) une maladie à écoulement chronique dont la manifestation principale est le syndrome d'hypertension, non associé à la présence de processus pathologiques dans lesquels une augmentation de la pression artérielle est due à des causes évitables connues ("hypertension artérielle symptomatique"). (Recommandations VNOK, 2004).

Classification de l'hypertension artérielle

I. Stades de l'hypertension:

  • Le stade I de l'hypertension (GB) implique l'absence de changements dans les "organes cibles".
  • L'hypertension (GB) de stade II est établie en présence de modifications d'un ou de plusieurs "organes cibles".
  • La maladie cardiaque hypertensive (GB) de stade III est établie en présence de conditions cliniques associées.

Ii. Degrés d’hypertension artérielle:

Les degrés d'hypertension artérielle (pression artérielle) sont présentés dans le tableau 1. Si les valeurs de pression artérielle systolique (TA) et de pression artérielle diastolique (BP) tombent dans différentes catégories, un degré plus élevé d'hypertension artérielle (AH) est alors établi. Plus précisément, le degré d'hypertension artérielle (AH) peut être établi dans le cas d'hypertension artérielle (AH) nouvellement diagnostiquée et chez les patients ne prenant pas d'antihypertenseurs.

L'étendue, le stade, les risques de l'hypertension. À peu près le compliqué

Un patient souffrant d'hypertension artérielle ne comprend pas la différence entre les mots hypertension et hypertension artérielle. Le médecin écrit le diagnostic sur une fiche de consultation externe et indique également des chiffres. Par exemple, AG 2, risque 3. On ne sait pas non plus ce que 2 signifie et ce que signifie 3. Nous avons décidé d'éliminer le déficit de connaissances et d'expliquer en détail tout ce qui concerne les degrés et les risques de l'hypertension artérielle.

Traduire les concepts

Les médecins russophones utilisent souvent le terme hypertension, et dans les pays étrangers, le terme hypertension artérielle est plus utilisé.

Le terme hypertension a des racines grecques. Où le préfixe "hyper" signifie "sur", "au dessus" et "tonos" - tension. Autrement dit, le terme hypertension artérielle signifie une tension élevée des artères dans la version littérale.

Le concept d'hypertension dans la deuxième partie du mot est d'origine latine. Autrement dit, le préfixe «hyper» est conservé, mais «tensio» est la version latine du mot stress. Par conséquent, il n’ya pas de différence fondamentale entre l’hypertension habituelle et l’hypertension nouvelle. En fait, ils sont synonymes.

Les médecins russophones utilisent plus souvent le terme hypertension et, dans les pays étrangers, l'hypertension s'est améliorée. Par conséquent, peu importe ce qui est écrit sur votre fiche de consultation externe, hypertension ou hypertension, cela signifie toujours une chose - un syndrome de pression artérielle systématiquement élevée, qui n’a aucune autre cause sous-jacente.

Si l'augmentation de la pression artérielle a d'autres causes provocatrices, il s'agit d'une hypertension secondaire - symptomatique, néphrogénique, endocrinienne, etc. Seulement 10% des cas sont attribués à la part d'hypertension secondaire. Les 90% restants sont une hypertension primaire (essentielle).

Le concept d'organes cibles

Le cœur est l’un des premiers organes de la «cible» qui affecte l’hypertension.

Si une personne souffre chroniquement d’augmentations systématiques de la pression artérielle, des changements indésirables commencent à se produire dans le corps. Tout d’abord, la haute pression fait souffrir des organes que les médecins appellent des cibles. C'est:

Ces organes sont les favoris de l’hypertension et c’est à eux qu’il dirige ses attaques. La classification de l'hypertension prend précisément pour base son effet sur les organes cibles.

Le degré et le stade de l'hypertension

La classification traditionnelle de l'hypertension artérielle comprenait trois stades de la maladie. Les phases 1, 3 et 3 de l’hypertension caractérisent l’évolution de la maladie dans le temps, c’est-à-dire qu’elles reflètent l’augmentation des changements négatifs qui se produisent dans le corps au fil des ans.

Depuis 1999, la classification par degrés de l'hypertension artérielle est jugée plus appropriée. Chacun des trois degrés d'hypertension implique certaines fluctuations dans les lectures numériques de la pression artérielle. La division en 3 degrés est traditionnelle et se présente comme suit:

Dans certaines classifications, le quatrième degré d'hypertension est approprié. Ses limites commencent par les indicateurs systoliques 210, diastoliques - supérieurs à 110. Si le médecin marque le 4ème degré de pathologie, il indique alors des indicateurs de pression artérielle numériques, mais pas la gravité de l'état du patient, car le grade 3 est également considéré comme grave.

Maintenant sur les stades de l'hypertension

Le premier stade de l'hypertension ne se caractérise pas par des lésions aux organes cibles. Les patients ne vont généralement pas chez le médecin, car leur état général ne souffre presque pas. Le premier stade de l'hypertension artérielle est une affection réversible. Par conséquent, vous devez être particulièrement attentif au témoignage du tonomètre. Si la flèche monte périodiquement haut, aller chez le médecin est nécessaire. Pour prévenir le développement ultérieur de l'hypertension.

La deuxième étape est caractérisée par une augmentation persistante de la pression artérielle. Le cœur commence à souffrir - le ventricule gauche augmente et "s'épaissit". Parfois, des défauts dans les vaisseaux rétiniens s'ajoutent aux modifications du cœur.

La troisième étape est la période de complications de tous les organes cibles. Les patients ont déjà une angine de poitrine, une insuffisance rénale, une encéphalopathie et d’autres pathologies. Souvent, le troisième stade de l'hypertension survient lorsqu'il existe déjà des antécédents de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, de saignement du fond d'œil, d'anévrisme et d'autres maux.

Quels sont les risques?

Mauvaises habitudes, âge, obésité - ce n'est pas une liste complète des facteurs qui augmentent de manière significative le risque d'hypertension artérielle (hypertension)

Nous comprendrons maintenant les risques notoires signalés par le médecin dans le diagnostic après la virgule. Parmi les facteurs à risque, de nombreuses circonstances sont prises en compte. Voici une liste des principaux:

  • Âge, pour les hommes de plus de 55 ans, pour les femmes de plus de 65 ans.
  • Troubles du spectre lipidique du sang - dyslipidémie.
  • Taux de glucose sanguin élevé.
  • L'obésité.
  • Le tabagisme
  • Prédisposition héréditaire à l'hypertension.

Le médecin prend en compte la présence d'un ou plusieurs facteurs pour déterminer le risque de développer des pathologies du système cardiovasculaire.

  • Lorsqu'il est associé à l'hypertension de grade 1 avec un - deux facteurs indésirables, le risque 1 est déterminé.
  • Si AG 2 est associé à 1 ou 2 facteurs, le risque de faible devient modéré et est désigné comme risque 2.
  • Le risque 3 (élevé) inclut trois facteurs défavorables et est combiné à AH 2-3 degrés.
  • Le risque 4 implique la présence de plus de trois facteurs négatifs associés à une hypertension de 3 degrés.

C’est la classification moderne de l’hypertension artérielle. Elle a été précédée par de nombreuses options. Par exemple, l’hypertension était divisée par la couleur. Oui, ne soyez pas surpris, l'hypertension était divisée en rouge et blanc. La base a été prise pour colorer la peau du patient. Dans le premier cas, on a tenu compte du teint pâle et du refroidissement des membres, dans le second cas, du teint rouge des patients hypertendus.

Le concept d'hypertension bénigne et maligne existe toujours, il est utilisé avec succès par les médecins. L’hypertension maligne est en augmentation rapide et peu susceptible d’être corrigée. La forme bénigne est une maladie sensible au traitement et en rémission stable.

L'hypertension artérielle est dangereuse par l'absence initiale de symptômes. Le patient n'est dérangé par rien, il ne voit donc aucune raison de consulter le médecin. Rappelez-vous la trahison de la maladie et la prévalence de l'hypertension. A notre époque, le tonomètre doit appartenir à n'importe quelle famille pour pouvoir détecter les premiers signes de maladie et agir à temps. Dans la relation avec l'hypertension doit être prudent et alerte. L'ennemi est assez rusé et habilement déguisé. N'oubliez pas que même dans un contexte de stress et de manque de sommeil, la pression artérielle n'augmente pas pour tout le monde. Si votre tension artérielle augmente, cela signifie que l'hypertension vous ouvre déjà la voie. Arrêtez-le au premier niveau!

Vous aimez cet article? Parlez de cet article à vos amis sur les réseaux sociaux. Ce n'est pas difficile à faire - il suffit de cliquer sur le bouton approprié ci-dessous.

Étapes, degrés, risques d'hypertension et caractéristiques des classifications

Presque tout le monde au moins une fois dans sa vie a connu une augmentation de la pression et sait combien de problèmes sont à l'origine de l'hypertension. Cependant, l'hypertension (GB) n'est pas aussi inoffensive que cela puisse paraître à première vue.

De graves fluctuations de la pression affectent négativement le corps, et la maladie d'un cours chronique, en l'absence de traitement, entraîne les conséquences les plus déplorables. Nous allons parler aujourd'hui de la manière dont chaque stade de l'hypertension diffère et des risques qu'il comporte.

Stage GB

Stade I

La pression à l'étape 1 GB ne dépasse pas 159/99 mm. Hg st. Dans un état de tension artérielle aussi élevé, cela peut durer plusieurs jours. Même le repos ordinaire, l'élimination des situations stressantes contribue à réduire considérablement ses performances. Avec les stades plus sévères, il n'est plus possible de normaliser la pression artérielle.

À ce stade du développement du GB, il n’ya aucun signe indiquant que les organes cibles souffrent d’hypertension artérielle; par conséquent, dans de nombreux cas, une évolution presque asymptomatique de la maladie est constatée. Parfois seulement, il y a des troubles du sommeil, des douleurs à la tête ou au cœur. Un examen clinique peut révéler une légère augmentation du tonus dans le fond des artères.

Les crises hypertensives dans la première forme de la maladie sont très rares et se produisent pour la plupart sous l’influence de circonstances extérieures, telles que les conditions climatiques ou un stress intense. Aussi souvent à la ménopause chez les femmes. Le stade de la maladie est initial, il est donc parfaitement traitable, et souvent, il y a suffisamment de changement de mode de vie, un traitement médicamenteux peut ne pas être nécessaire. Avec le début du traitement en temps voulu et la mise en œuvre consciente de chaque recommandation, le pronostic est très favorable.

La vidéo suivante décrit les étapes et les caractéristiques de l'hypertension:

Étape II

Le niveau de pression à l'étape 2 Go est dans la plage allant jusqu'à 179 mm. Hg st. (diastolique) et jusqu’à 109 mm. Hg st. (systolique). Le repos n’est pas en mesure d’apporter la normalisation de la pression artérielle. Le patient est souvent tourmenté par la douleur, l’essoufflement à l’effort, un manque de sommeil, des vertiges et une angine de poitrine.

Le groupe se caractérise par l'apparition des premiers signes des organes internes. Souvent, cette forme de destruction n’a pratiquement aucun effet sur leurs fonctions. En outre, il n'y a pas de symptôme subjectif lumineux qui dérange le patient. Le plus souvent, au stade 2 du développement de l'hypertension, sont identifiés:

  • signes caractéristiques de l'hypertrophie ventriculaire gauche;
  • la quantité de créatine dans le sang augmente;
  • le rétrécissement d'artère se produit dans la rétine;
  • protéine trouvée dans l'urine.

Les crises hypertensives ne sont pas rares au stade 2 de la GB, ce qui entraîne la menace de complications très graves pouvant aller jusqu'à un accident vasculaire cérébral. Dans ce cas, il ne sera pas possible de se passer d'une pharmacothérapie constante.

Hypertension artérielle

Étape III

Le dernier stade de GB a le cours le plus sévère et le groupe de troubles le plus étendu dans le fonctionnement de tout un groupe d'organes cibles. Les reins, les yeux, le cerveau, les vaisseaux sanguins et le cœur sont les plus touchés. La pression est caractérisée par la résistance, il est assez difficile de normaliser son niveau même avec la condition de prendre des pilules. Augmentation fréquente de la pression artérielle à 180/110 mm. Hg st. et au dessus.

Les symptômes du 3ème stade de la maladie ressemblent à bien des égards à ceux énumérés ci-dessus, mais ils sont accompagnés de signes assez dangereux par les organes affectés (par exemple, une insuffisance rénale). Souvent, la mémoire se détériore, de graves troubles du rythme cardiaque se produisent et la vision diminue.

L'hypertension a non seulement 1, 2, 3 étapes, mais également 1, 2, 3 degrés, que nous discuterons plus loin.

Degrés

Je degré

Le premier degré de gravité fait référence au plus simple, auquel on note des sauts périodiques de la pression artérielle. Il est également caractéristique pour elle que le niveau de pression puisse se stabiliser seul. La cause la plus commune de l'apparition de GB 1 degré - le stress constant.

Dans la vidéo ci-dessous, on vous expliquera les degrés d'hypertension:

Degré II

Le degré modéré d'hypertension se distingue non seulement par l'impossibilité d'autostabilisation de la pression artérielle, mais également par le fait que les périodes de pression normale sont très courtes. La principale manifestation est de graves maux de tête.

Si la maladie se développe très rapidement, nous pouvons parler de l'évolution maligne de l'hypertension. Cette forme est très dangereuse car la maladie peut se développer rapidement.

Degrés d'hypertension

III degré

Avec 3 degrés de GB, la pression reste toujours dans un état constamment élevé. Si la pression artérielle baisse, la personne est hantée par la faiblesse, ainsi que par un certain nombre d'autres symptômes des organes internes. Les changements survenus avec ce degré de la maladie sont déjà irréversibles.

En outre, la classification de l'hypertension comprend en plus des risques à 1, 2, 3 degrés et aux stades, 1, 2, 3, 4, dont nous parlerons plus loin.

Les risques

Faible, insignifiant

Les femmes âgées d'au moins 65 ans et les hommes de moins de 55 ans ayant développé une hypertension modérée de stade 1 présentent le risque de complications le plus faible. Au cours des 10 prochaines années, environ 15% seulement des personnes développent des pathologies vasculaires ou cardiaques qui se sont développées à l’arrière-plan de la maladie. Ces patients sont souvent dirigés par des thérapeutes, car le cardiologue n’a aucune idée d’un traitement sérieux.

Si un léger risque persiste, les patients ont besoin dans un avenir proche (pas plus de 6 mois) d’essayer de modifier de manière significative leur mode de vie. Pendant un certain temps, il peut être observé par un médecin avec une tendance positive. Si ce traitement n'aboutit pas et que la pression diminuée ne peut être atteinte, les médecins peuvent recommander un changement de tactique de traitement, qui impliquerait la prescription de médicaments. Cependant, les médecins insistent souvent sur le maintien d'un mode de vie sain, car une telle thérapie n'aura aucune conséquence négative.

Moyenne

Ce groupe comprend les patients hypertendus des deuxième et premier types. Le niveau de pression artérielle ne dépasse généralement pas leurs indicateurs de 179/110 mm. Hg st. Un patient dans cette catégorie peut avoir 1-2 facteurs de risque:

  1. l'hérédité
  2. fumer
  3. l'obésité
  4. faible activité physique
  5. taux élevé de cholestérol
  6. tolérance au glucose altérée.

Pour 10 ans d'observation dans 20% des cas, le développement de pathologies cardiovasculaires est possible. La modification du mode de vie habituel est nécessairement incluse dans la liste des activités de traitement. Pendant 3-6 mois, les médicaments peuvent ne pas être prescrits pour donner au patient une chance de normaliser son état par le biais de changements de la vie.

Haute

Le groupe à risque présentant une probabilité élevée de détecter des complications devrait également inclure les patients présentant une ou deux formes d'hypertension, mais s'ils présentent déjà plusieurs facteurs prédisposants décrits ci-dessus. Il est également d'usage de parler de lésions des organes cibles, de diabète sucré, de modifications des vaisseaux rétiniens, de taux élevés de créatinine et d'athérosclérose.

Les facteurs de risque peuvent être absents, mais un patient hypertendu de stade 3 appartient également à ce groupe de patients. Tous sont déjà observés par un cardiologue, car la maladie hypertensive dure surtout longtemps. La probabilité de complications atteint 30%. Le changement de mode de vie peut être utilisé comme tactique auxiliaire, mais l’essentiel du traitement est la médication. La sélection des médicaments doit être effectuée rapidement.

Nous aborderons ensuite un diagnostic sévère: hypertension de grade 3, risque 4.

Risques d'hypertension

Très grand

Les patients présentant le risque le plus élevé de complications dans le travail du cœur et des vaisseaux sanguins constituent un groupe de patients au stade 3 GB ou aux 1er et 2e degrés si ces derniers présentent un trouble des organes cibles. Ce groupe appartient à l'un des plus petits. Le traitement principal est effectué à l'hôpital. La pharmacothérapie est pratiquée activement et comprend souvent plusieurs groupes de médicaments.

La probabilité de développer des complications est supérieure à 30%.

La vidéo suivante contient des informations utiles sur les stades et les degrés de l'hypertension:

Hypertension: causes, traitement, pronostic, stades et risques

La cardiopathie hypertensive (GB) est l’une des maladies du système cardiovasculaire les plus fréquentes. Elle touche, selon des données approximatives, un tiers des habitants de la planète. À l’âge de 60 à 65 ans, le diagnostic d’hypertension touche plus de la moitié de la population. La maladie est appelée «tueur silencieux», car ses signes peuvent être absents pendant une longue période, alors que des modifications des parois des vaisseaux sanguins commencent déjà au stade asymptomatique, augmentant de manière répétée le risque de catastrophes vasculaires.

Dans la littérature occidentale, la maladie est appelée hypertension artérielle (AH). Les spécialistes nationaux ont adopté cette formulation, même si «hypertension» et «hypertension» sont toujours utilisées.

L’attention particulière portée au problème de l’hypertension artérielle est moins due à ses manifestations cliniques qu’à des complications sous la forme de troubles vasculaires aigus au niveau du cerveau, du cœur et des reins. Leur prévention est la tâche principale du traitement visant à maintenir des chiffres normaux de la pression artérielle.

Le point important est la détermination de divers facteurs de risque, ainsi que la clarification de leur rôle dans la progression de la maladie. Le rapport entre le degré d'hypertension et les facteurs de risque existants est indiqué dans le diagnostic, ce qui simplifie l'évaluation de l'état et du pronostic du patient.

Pour la majorité des patients, les chiffres dans le diagnostic après «AG» ne disent rien, même s'il est clair que plus le degré et l'indice de risque sont élevés, plus le pronostic est sombre et plus la pathologie est grave. Dans cet article, nous essaierons de comprendre comment et pourquoi tel ou tel degré d'hypertension est mis et quel est le fondement pour déterminer le risque de complications.

Causes et facteurs de risque de l'hypertension

Les causes de l'hypertension sont nombreuses. En parlant d’hypertension primaire ou essentielle, nous entendons le cas où il n’ya pas de maladie ou de pathologie antérieure spécifique des organes internes. En d'autres termes, un tel AG apparaît de lui-même, impliquant d'autres organes dans le processus pathologique. L’hypertension primaire représente plus de 90% des cas d’augmentation chronique de la pression.

La principale cause de l'hypertension primaire est considérée comme le stress et la surcharge psycho-émotionnelle, qui contribuent à la violation des mécanismes centraux de la régulation de la pression dans le cerveau, puis aux mécanismes humoraux, aux organes cibles impliqués (reins, cœur, rétine).

L'hypertension secondaire est une manifestation d'une autre pathologie, donc la raison en est toujours connue. Il accompagne les maladies des reins, du cœur, du cerveau et du système endocrinien et leur est secondaire. Après la guérison de la maladie sous-jacente, l'hypertension disparaît également, de sorte que le risque et l'étendue dans ce cas n'a pas de sens à déterminer. La part de l'hypertension symptomatique ne représente pas plus de 10% des cas.

Les facteurs de risque de GB sont également connus de tous. Dans les cliniques, des écoles d'hypertension sont créées, dont les spécialistes renseignent le public sur les conditions défavorables conduisant à l'hypertension. Tout thérapeute ou cardiologue informera le patient des risques déjà présents dans le premier cas de surpression fixe.

Parmi les conditions prédisposant à l'hypertension, les plus importantes sont:

  1. Fumer;
  2. Excès de sel dans les aliments, utilisation excessive de liquide;
  3. Manque d'activité physique;
  4. L'abus d'alcool;
  5. Surpoids et troubles du métabolisme des graisses;
  6. Surcharge psycho-émotionnelle et physique chronique.

Si nous pouvons éliminer les facteurs énumérés ou au moins essayer de réduire leur impact sur la santé, des signes tels que le sexe, l'âge, l'hérédité ne peuvent pas être changés et nous devrons donc les supporter sans oublier le risque croissant.

Classification de l'hypertension artérielle et détermination du risque

La classification de l'hypertension comprend le stade de l'affectation, le degré de maladie et le niveau de risque d'accident vasculaire.

Le stade de la maladie dépend des manifestations cliniques. Allouer:

  • Stade préclinique, quand il n'y a pas de signes d'hypertension, et le patient n'est pas au courant d'une augmentation de la pression;
  • Hypertension de stade 1, lorsque la pression est élevée, des crises sont possibles, mais il n'y a aucun signe de lésion d'un organe cible;
  • L'étape 2 est accompagnée d'une lésion des organes cibles: le myocarde est hypertrophié, des modifications de la rétine sont perceptibles et les reins sont atteints.
  • Au stade 3, accidents vasculaires cérébraux possibles, ischémie myocardique, vision anormale, modifications des gros vaisseaux (anévrisme de l'aorte, athérosclérose).

Degré d'hypertension

Déterminer le degré de GB est important dans l'évaluation du risque et du pronostic, et se fait sur la base de chiffres de pression. Je dois dire que les valeurs normales de la pression artérielle ont également une signification clinique différente. Ainsi, le taux de jusqu'à 120/80 mm Hg. st. considérée comme optimale, la pression dans les 120-129 mm de mercure sera normale. st. systolique et 80-84 mm Hg. st. diastolique. Les chiffres de pression sont 130-139 / 85-89 mmHg. st. restez toujours dans les limites normales, mais approchez-vous de la frontière avec la pathologie; on les appelle donc «hautement normales» et on peut dire au patient qu'il a une pression normale élevée. Ces indicateurs peuvent être considérés comme une pré-pathologie, car la pression n’est que «de quelques millimètres» par rapport à la pression accrue.

A partir du moment où la pression artérielle a atteint 140/90 mm Hg. st. Vous pouvez déjà parler de la présence de la maladie. À partir de cet indicateur, on détermine le degré d'hypertension lui-même:

  • 1 degré d'hypertension (GB ou AH 1 st. Dans le diagnostic) signifie une augmentation de la pression comprise entre 140-159 / 90-99 mm Hg. st.
  • La catégorie 2 Go est suivie des numéros 160-179 / 100-109 mm Hg. st.
  • Avec une pression de 3 ° GB de 180/100 mm Hg. st. et au dessus.

Il arrive que le nombre de pressions systoliques augmente, atteignant 140 mm Hg. st. et ci-dessus, et diastolique en même temps se situe dans les valeurs normales. Dans ce cas, on parle d'une forme d'hypertension systolique isolée. Dans d'autres cas, les indicateurs de pression systolique et diastolique correspondent à différents degrés de la maladie, puis le médecin établit un diagnostic en faveur d'un degré plus élevé, peu importe, les conclusions sont tirées sur la pression systolique ou diastolique.

Le diagnostic le plus précis du degré d'hypertension est possible avec la maladie nouvellement diagnostiquée, quand aucun traitement n'a encore été effectué et que le patient n'a pris aucun médicament antihypertenseur. En cours de traitement, le nombre diminue et, au contraire, s'il est annulé, il peut augmenter considérablement, de sorte qu'il n'est plus possible d'évaluer correctement le degré.

Le concept de risque dans le diagnostic

L'hypertension est dangereuse pour ses complications. Ce n’est pas un secret pour personne que la très grande majorité des patients décèdent ou deviennent handicapés, non pas à cause de la pression, mais à cause des violations graves qu’elle entraîne.

Hémorragies cérébrales ou nécrose ischémique, infarctus du myocarde, insuffisance rénale - les conditions les plus dangereuses provoquées par l'hypertension artérielle. À cet égard, pour chaque patient après un examen approfondi est déterminé par le risque, indiqué dans le diagnostic de numéros 1, 2, 3, 4. Ainsi, le diagnostic est basé sur le degré d'hypertension et le risque de complications vasculaires (par exemple, AG / GB 2 degrés, risque 4).

Les critères de stratification du risque pour les patients hypertendus sont les conditions externes, la présence d'autres maladies et troubles métaboliques, la participation d'organes cibles et les modifications concomitantes d'organes et de systèmes.

Les principaux facteurs de risque ayant une incidence sur les prévisions comprennent:

  1. L’âge du patient est après 55 ans pour les hommes et 65 ans pour les femmes;
  2. Fumer;
  3. Violations du métabolisme lipidique (excès de cholestérol, lipoprotéines de basse densité, diminution des fractions lipidiques de haute densité);
  4. La présence dans la famille de pathologies cardiovasculaires chez les parents de sang âgés de moins de 65 ans et de moins de 55 ans pour les hommes et les femmes;
  5. Surpoids lorsque la circonférence abdominale dépasse 102 cm chez les hommes et 88 cm chez les femmes de la moitié plus faible de l’humanité.

Ces facteurs sont considérés comme majeurs, mais de nombreux patients hypertendus souffrent de diabète, d'une altération de la tolérance au glucose, d'une vie sédentaire, de dérogations au système de coagulation sanguine sous la forme d'une augmentation de la concentration en fibrinogène. Ces facteurs sont considérés comme additionnels, augmentant également le risque de complications.

organes cibles et effets de la GB

Les dommages aux organes cibles caractérisent l’hypertension à partir du stade 2 et constituent un critère important pour déterminer le risque. Par conséquent, l’examen du patient comprend un ECG, une échographie du cœur afin de déterminer le degré d’hypertrophie de ses muscles, de son sang et de l’urine pour vérifier sa fonction rénale (créatinine, protéines).

Tout d'abord, le cœur souffre d'une pression élevée qui pousse le sang dans les vaisseaux avec une force accrue. Au fur et à mesure que les artères et les artérioles changent, lorsque leurs parois perdent de l'élasticité et que les lumens se contractent, la charge sur le cœur augmente progressivement. Une caractéristique caractéristique prise en compte dans la stratification du risque est considérée comme une hypertrophie du myocarde, qui peut être suspectée sur un ECG, à établir par échographie.

Une augmentation de la créatinine dans le sang et l'urine, l'apparition de protéines albumines dans l'urine parlent de l'implication des reins en tant qu'organe cible. Sur le fond de l'hypertension, les parois des grandes artères s'épaississent, des plaques d'athérosclérose apparaissent et peuvent être détectées par échographie (artère carotide, brachio-céphalique).

Le troisième stade de l'hypertension se produit avec une pathologie associée, c'est-à-dire associée à l'hypertension. Parmi les maladies associées au pronostic, les plus importantes sont les accidents vasculaires cérébraux, les attaques ischémiques transitoires, les crises cardiaques et l'angine de poitrine, la néphropathie sur fond de diabète, l'insuffisance rénale, la rétinopathie (lésion de la rétine) due à l'hypertension.

Le lecteur comprend donc probablement comment vous pouvez même déterminer indépendamment le degré de Go. Ce n'est pas difficile, juste assez pour mesurer la pression. Ensuite, vous pouvez réfléchir à la présence de certains facteurs de risque, prendre en compte l'âge, le sexe, les paramètres de laboratoire, les données ECG, l'échographie, etc. En général, tout ce qui est mentionné ci-dessus.

Par exemple, la pression d'un patient correspond à une hypertension de 1 degré, mais il subit en même temps un accident vasculaire cérébral, ce qui signifie que le risque sera maximal - 4, même si l'AVC est le seul problème autre que l'hypertension. Si la pression correspond au premier ou au deuxième degré et que, parmi les facteurs de risque, le tabagisme et l'âge ne peuvent être notés que dans le contexte d'une assez bonne santé, le risque sera modéré - GB 1 c. (2 items), risque 2.

Par souci de clarté, ce qui signifie indicateur de risque dans le diagnostic, vous pouvez tout mettre dans un petit tableau. En déterminant votre degré et en "comptant" les facteurs énumérés ci-dessus, vous pouvez déterminer le risque d'accidents vasculaires et de complications de l'hypertension pour un patient particulier. Le chiffre 1 signifie risque faible, 2 risque modéré, 3 risque élevé, 4 risque très élevé de complications.

Risque faible signifie que la probabilité d'accidents vasculaires n'est pas supérieure à 15%, modérée - jusqu'à 20%, risque élevé indique la survenue de complications chez un tiers des patients de ce groupe, avec un risque de complications très élevé, plus de 30% des patients sont sensibles.

Manifestations et complications de la GB

Les manifestations de l'hypertension sont déterminées par le stade de la maladie. Au cours de la période préclinique, le patient se sent bien et seules les lectures du tonomètre parlent de la maladie en développement.

Au fur et à mesure de la progression des vaisseaux sanguins et du cœur, les symptômes apparaissent sous forme de maux de tête, faiblesse, diminution des performances, vertiges périodiques, symptômes visuels se traduisant par un affaiblissement de l’acuité visuelle, des "mouches" clignotantes sous vos yeux. Tous ces signes ne sont pas exprimés avec un cours stable de pathologie, mais au moment du développement d’une crise hypertensive, la clinique devient plus lumineuse:

  • Mal de tête sévère;
  • Bruit, bourdonnements dans la tête ou les oreilles;
  • Assombrissement des yeux;
  • Douleur dans le coeur;
  • Essoufflement;
  • Hyperémie faciale;
  • Excitation et sentiment de peur.

Les crises hypertensives sont provoquées par des situations psycho-traumatiques, le surmenage, le stress, le café et l’alcool. Les patients avec un diagnostic établi doivent donc éviter de telles influences. Dans le contexte d'une crise hypertensive, la probabilité de complications, y compris mortelles, augmente fortement:

  1. Hémorragie ou infarctus cérébral;
  2. Encéphalopathie hypertensive aiguë, éventuellement avec œdème cérébral;
  3. Œdème pulmonaire;
  4. Insuffisance rénale aiguë;
  5. Crise cardiaque.

Comment mesurer la pression?

S'il existe une raison de suspecter une hypertension artérielle, la première chose à faire par le spécialiste consiste à la mesurer. Jusqu'à récemment, on pensait que les chiffres de la tension artérielle pouvaient différer selon les mains, mais, comme le montre la pratique, une différence de 10 mm Hg. st. peut survenir en raison de la pathologie des vaisseaux périphériques; par conséquent, une pression différente des mains droite et gauche doit être prudente.

Pour obtenir les chiffres les plus fiables, il est recommandé de mesurer la pression trois fois sur chaque bras avec de faibles intervalles de temps, en fixant chaque résultat obtenu. Les plus correctes chez la plupart des patients sont les plus petites valeurs obtenues, cependant, dans certains cas, la pression augmente de mesure en mesure, ce qui ne parle pas toujours en faveur de l'hypertension.

Le large choix et la disponibilité des appareils de mesure de pression permettent de le contrôler parmi un large éventail de personnes à domicile. Les patients hypertendus ont généralement à leur domicile un tensiomètre à la maison; ainsi, s'ils se sentent plus mal, ils mesurent immédiatement leur pression artérielle. Toutefois, il convient de noter que des fluctuations sont également possibles chez des individus parfaitement sains sans hypertension. Par conséquent, un excès ponctuel de la norme ne doit pas être considéré comme une maladie. Pour poser un diagnostic d'hypertension, la pression doit être mesurée à différents moments, dans différentes conditions et de manière répétée.

Dans le diagnostic de l'hypertension, les chiffres de la tension artérielle, les données de l'électrocardiographie et les résultats de l'auscultation cardiaque sont considérés comme fondamentaux. Lors de l'écoute, il est possible de déterminer le bruit, l'amplification des tonalités, les arythmies. L’ECG, à partir de la deuxième étape, montrera des signes de stress sur le cœur gauche.

Traitement de l'hypertension

Pour la correction de la pression élevée, des schémas thérapeutiques ont été développés, comprenant des médicaments de différents groupes et différents mécanismes d’action. Leur combinaison et leur posologie sont choisies par le médecin individuellement, en fonction du stade, de la comorbidité, de la réponse de l'hypertension à un médicament spécifique. Une fois le diagnostic de GB établi et avant le début du traitement par des médicaments, le médecin suggérera des mesures non médicamenteuses qui augmentent considérablement l'efficacité des agents pharmacologiques et permettent parfois de réduire la dose de médicaments ou d'en refuser au moins une partie.

Tout d’abord, il est recommandé de normaliser le schéma thérapeutique, d’éliminer les contraintes et d’assurer une activité locomotrice. Le régime vise à réduire la consommation de sel et de liquides, à éliminer l'alcool, le café et les boissons et substances nerveuses. Avec un poids élevé, vous devriez limiter les calories, abandonner le gras, la farine, le rôti et les épices.

Des mesures non médicamenteuses au stade initial de l'hypertension peuvent avoir un effet si positif que la nécessité de prescrire des médicaments disparaît d'elle-même. Si ces mesures ne fonctionnent pas, le médecin vous prescrit les médicaments appropriés.

Le traitement de l'hypertension n'a pas seulement pour but de réduire les indicateurs de pression artérielle, mais également d'en éliminer le plus possible la cause.

Pour le traitement de l'hypertension, les antihypertenseurs des groupes suivants sont traditionnellement utilisés:

Chaque année, une liste croissante de médicaments qui réduisent la pression et deviennent simultanément plus efficaces et plus sûrs, avec moins de réactions indésirables. Au début du traitement, un médicament est prescrit à une dose minimale, mais son efficacité peut être augmentée. Si la maladie progresse, la pression ne tient pas à des valeurs acceptables, puis un autre de l’autre groupe est ajouté au premier médicament. Les observations cliniques montrent que l'effet est meilleur avec la thérapie combinée qu'avec l'administration d'un seul médicament en quantité maximale.

Le choix du traitement est important pour réduire le risque de complications vasculaires. On remarque donc que certaines combinaisons ont un effet "protecteur" sur les organes plus prononcé, alors que d’autres permettent un meilleur contrôle de la pression. Dans de tels cas, les experts préfèrent une combinaison de médicaments qui réduisent le risque de complications, même en cas de fluctuations journalières de la pression artérielle.

Dans certains cas, il est nécessaire de prendre en compte une pathologie concomitante, qui modifie elle-même les schémas thérapeutiques de l'hypertension. Par exemple, les alphabloquants sont prescrits aux hommes atteints d'adénome de la prostate; ils ne sont pas recommandés pour une utilisation régulière afin de réduire la pression chez les autres patients.

Les plus largement utilisés sont les inhibiteurs de l'ECA, les bloqueurs des canaux calciques, qui sont prescrits aux patients jeunes et âgés, avec ou sans maladies concomitantes, les diurétiques, les sartans. Les préparations de ces groupes conviennent au traitement initial, qui peut ensuite être complété par un troisième médicament de composition différente.

Les inhibiteurs de l'ECA (captopril, lisinopril) réduisent la tension artérielle tout en protégeant les reins et le myocarde. Ils sont préférés chez les jeunes patients, les femmes prenant des contraceptifs hormonaux, dont le diabète est démontré, chez les patients plus âgés.

Les diurétiques ne sont pas moins populaires. Réduit efficacement la pression artérielle hydrochlorothiazide, chlorthalidone, torasémide, amiloride. Pour réduire les réactions secondaires, ils sont associés à des inhibiteurs de l'ECA, parfois «sous forme de comprimé» (Enap, berlipril).

Les bloqueurs bêta-adrénergiques (sotalol, propranolol, anapriline) ne constituent pas le groupe principal d'hypertension, mais sont efficaces en cas de pathologie cardiaque concomitante - insuffisance cardiaque, tachycardie, maladie coronarienne.

Les bloqueurs des canaux calciques sont souvent prescrits en association avec un inhibiteur de l'ECA, ils sont particulièrement efficaces contre l'asthme en association avec l'hypertension, car ils ne provoquent pas de bronchospasme (riodipine, nifédipine, amlodipine).

Les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (losartan, irbésartan) constituent le groupe de médicaments le plus prescrit pour l'hypertension. Ils réduisent efficacement la pression, ne causent pas de toux, comme beaucoup d'inhibiteurs de l'ECA. Mais en Amérique, ils sont particulièrement fréquents en raison d'une réduction de 40% du risque de maladie d'Alzheimer.

Dans le traitement de l'hypertension, il est important non seulement de choisir un schéma thérapeutique efficace, mais également de prendre des médicaments pendant une longue période, même pour la vie. De nombreux patients pensent que, lorsque les niveaux de pression normaux sont atteints, le traitement peut être interrompu et que les pilules sont capturées au moment de la crise. Il est connu que l'utilisation non systématique d'antihypertenseurs est encore plus nocive pour la santé que l'absence totale de traitement. Par conséquent, informer le patient de la durée du traitement est l'une des tâches importantes du médecin.

De Plus, Lisez Les Navires

Augmentation de l'ESR chez un enfant

La médecine moderne ouvre de nouvelles frontières pour un diagnostic approfondi et fiable des maladies. Il convient de noter que le test sanguin général est élémentaire, mais qu’il s’agit en même temps d’un des moyens les plus informatifs d’apprendre sur la présence de maladies.

Bêta-bloquants pour l'hypertension

L'un des groupes pharmacologiques les plus populaires et les plus efficaces dans le traitement de l'hypertension essentielle et symptomatique est traditionnellement considéré comme un bêta-bloquant.

Norme des neutrophiles en bande et segmentés dans le sang des femmes et des hommes

Le sang humain est un système complet dans lequel la proportion de différents types de cellules joue un rôle important.

Syndrome du système artériel vertébral basilaire - causes, symptômes, traitement et prévention

Démarche instable, vertiges fréquents - signal de troubles circulatoires dans les artères qui alimentent le cerveau.

Qu'est-ce qu'une augmentation de la RSE dans le sang?

La vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR) est un indicateur toujours important pour le diagnostic de l'organisme. La définition de l'ESR est activement utilisée pour le diagnostic des adultes et des enfants.

Médicaments pour le traitement des vaisseaux cérébraux: 8 médicaments en comprimés et gélules

Dans cet article, vous apprendrez quelles préparations des vaisseaux cérébraux sont utilisées en pratique clinique.