Vous apprendrez de cet article: l'évolution de la maladie, ses symptômes. Complications possibles, pronostic, traitement de la pathologie.

Coup de tige - mort (mort, destruction) des cellules nerveuses de la partie la plus importante du cerveau - son tronc - à la suite de troubles aigus de la circulation cérébrale.

Comme pour tout autre accident vasculaire cérébral, le tissu détruit perd sa fonction. Mais avec le processus de localisation dans le coffre, la vie est une menace immédiate. Dans cette zone se trouvent les centres nerveux qui régulent les fonctions les plus importantes du maintien de l'activité vitale du corps - respiratoire et cardiovasculaire (vasomoteur).

Par conséquent, les troubles circulatoires dans le tronc provoquent des troubles invalidants persistants (paralysie complète des membres, du visage et même l'acte d'ingestion) ou entraînent la mort quelques heures après le début de la maladie. Ces caractéristiques distinctives de l’accident vasculaire cérébral permettaient de la distinguer des autres attaques localisées.

Il est possible de survivre quelques-uns (environ 20%), sous réserve d'un traitement précoce (dans les 3 premières heures) pour des soins médicaux. Le pronostic de récupération complète ne dépasse pas 2–3%. Les neuropathologistes (neurologues) sont engagés dans le traitement avec des spécialistes en réanimation.

Quelles sont les caractéristiques de la pathologie

L'accident vasculaire cérébral est dû au fait que les vaisseaux qui acheminent le sang vers cette partie du cerveau ne sont pas en mesure de lui fournir des nutriments et de l'oxygène. Lorsque cela se produit, la mort cellulaire dont la fonction ne pourra prendre en charge les neurones restants.

Le tronc cérébral est une zone spéciale non seulement pour le système nerveux, mais également pour l’organisme dans son ensemble, car il contient les principaux centres nécessaires à sa viabilité.

Une brève excursion dans l'anatomie

Le tronc est la partie la plus ancienne du cerveau. En raison de son importance, il occupe la place la plus profonde dans le crâne - à sa base (en bas). À travers elle, toutes les informations des organes sensoriels passent dans le cortex cérébral et toutes les impulsions motrices émanent du cortex vers la moelle épinière, lorsque le tronc y passe directement. Les sections anatomiques du tronc et les fonctions dont elles sont responsables sont décrites dans le tableau.

Fonctions du tronc cérébral. Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Accident vasculaire cérébral

Les raisons de l’accident vasculaire cérébral: thrombose, embolie, hypertension artérielle, anévrisme, traumatisme grave, entraînant la formation d’hématomes, obstruction des vaisseaux sanguins. Si la circulation sanguine du tronc cérébral est perturbée, un accident vasculaire cérébral est diagnostiqué. Ce site important est un lien qui transmet les signaux du cerveau aux organes du corps entier.

La tige est la partie la plus ancienne du cerveau, elle affecte le travail des deux hémisphères en fournissant un effet de contrôle et de régulation. Les noyaux de ce département sont le maillon final d'arcs réflexes simples et complexes, ils régulent la déglutition, la respiration et sont responsables du fonctionnement du cœur et de la thermorégulation du corps.

Dans les cas graves, il devient la cause de la cessation de l'alimentation de cette partie du cerveau, de son atrophie et de l'impossibilité du travail de tous les organes internes.

Mécanisme d'occurrence

Selon le mécanisme de l’accident vasculaire cérébral, on distingue les formes hémorragique et ischémique. La première est due à la rupture de l'artère alimentant le cerveau, elle provoque une hémorragie. La cause en est l'hypertension ou la pathologie vasculaire congénitale, exprimée dans leur amincissement. Le second type, ischémique, est caractérisé par un blocage du vaisseau, provoqué par une obstruction du vaisseau due à la pénétration d'une plaque d'athérosclérose ou d'un thrombus dans la lumière.

Non seulement le mécanisme d'occurrence, mais aussi le flux: l'accident vasculaire cérébral hémorragique vient instantanément, et l'accident vasculaire cérébral ischémique progressivement, ses symptômes augmentent.

Les médecins effectuant le traitement utilisent différentes méthodes pour différents types d'accident vasculaire cérébral. Ce qui est plus facile ischémique, peut nuire à la forme hémorragique de la maladie.

Les symptômes

L'accident vasculaire cérébral hémorragique a des symptômes aigus. L'ischémie, se développant progressivement de quelques heures à quelques jours, se manifeste par un engourdissement du visage ou d'une partie du corps, des picotements, des douleurs oculaires, une déficience visuelle, une perte d'équilibre. Les symptômes les plus prononcés des deux types sont la paralysie.

Si un AVC ischémique se développe, ces manifestations doivent alerter la famille et le patient lui-même:

  • pâleur soudaine, rougeur de tout ou partie du visage;
  • essoufflement et rapide, parfois avec respiration sifflante;
  • altération de la clarté de la parole;
  • des vertiges;
  • transpiration;
  • diminution et tension du pouls;
  • augmentation de la température;
  • augmenter la pression artérielle.

Prévisions

L’accident vasculaire cérébral est mortel dans les deux tiers des cas. Un pronostic plus favorable est possible chez les patients jeunes et dans les cas où le patient se trouve rapidement à la clinique, spécialisée dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux. Le personnel de cette institution comprend des neurologues et des neurochirurgiens, ainsi que des équipements spéciaux: tomographe et autres appareils. Idéalement, la tomodensitométrie est réalisée au cours de la première heure de la maladie.

Un bon pronostic donne au patient une préservation de conscience, la capacité à évaluer ce qui se passe lui permet de prendre part à la rééducation.

Diagnostics

La tomodensitométrie élimine l'hémorragie. Cette procédure dure plusieurs secondes, le patient a le temps de retenir son souffle et le résultat est déjà prêt. Si l'hémorragie est exclue, une imagerie par résonance magnétique est réalisée. Cela prend jusqu’à une demi-heure, mais ce type de recherche fournit beaucoup plus d’informations.

Si le temps le permet, une échographie des vaisseaux, une angiographie. Les informations obtenues permettent au médecin de prescrire un traitement adéquat.

Traitement

Dans les accidents hémorragiques, le traitement principal est la chirurgie. La craniotomie ouverte est réalisée pour éliminer un hématome. Une méthode moins invasive est l’introduction par le trou foré de thrombolytique, qui favorise la résorption de l’hématome. Le second type d'opérations est contre-indiqué dans les pathologies vasculaires, les anévrismes. C'est idéal pour l'hypertension.

L'intervalle de temps alloué pour prévenir les terribles conséquences d'un AVC ischémique est de plusieurs heures. Pendant ce temps, il est nécessaire de rétablir la circulation sanguine dans les artères souffrant d'embolie. La thrombolyse systémique survivra à la maladie avec des pertes minimes. Pour l’administration intraveineuse de médicaments, plusieurs conditions doivent être remplies:

  • temps minimum écoulé depuis le début de la maladie;
  • manque d'opérations peu de temps avant un accident vasculaire cérébral.

Les conséquences

Qu'advient-il du cerveau après un accident vasculaire cérébral?

Trouble de la parole

Dans un tiers des patients, les accidents vasculaires cérébraux provoquent des troubles de la parole: discours inarticulé, calme et confus. Une telle violation corrige le traitement avec la participation d'un orthophoniste.

Trouble de la déglutition

Cette caractéristique caractérise le plus clairement le coup de tige. Les symptômes de dysfonctionnement de la déglutition (dysphagie) représentent plus de la moitié des patients. Pour le rétablissement partiel ou complet, le pronostic est incertain. Il existe des techniques pour soulager cette condition - apprendre au patient à avaler des aliments mous et frottés.

Déficience motrice d'un membre

Les effets communs de la maladie sont des mouvements spontanés et non coordonnés des bras et des jambes. Pour rétablir les mouvements dans les deux premiers mois, une perspective positive, la dynamique tardive ralentit. Des améliorations graduelles sont observées tout au long de l’année, puis plus tard - un rétablissement survient rarement.

Manque de coordination

Vertiges - compagnon fréquent des accidents vasculaires cérébraux, il passe rapidement au cours du traitement. La prévision d'une élimination complète de lui est incertaine.

Insuffisance respiratoire

L'incapacité à respirer par vous-même est le résultat d'une lésion du cerveau de la tige. Le traitement a un pronostic défavorable, le patient est complètement dépendant de l'appareil de respiration artificielle. Si le centre respiratoire n'est pas complètement détruit, les patients peuvent respirer par eux-mêmes pendant l'éveil, mais dans un rêve, des arrêts de respiration à court terme sont possibles.

Instabilité hémodynamique

Un pronostic défavorable est une diminution de la fréquence cardiaque, il parle de la gravité de l’état du patient et de la possibilité de décès.

Thermorégulation instable

La gravité des effets d'un AVC est une violation de la thermorégulation. Le premier jour après le début de la maladie, la température corporelle augmente fortement et est difficile à corriger. Les effets indésirables entraînent une baisse significative de la température, ce qui peut être un précurseur de la mort des cellules cérébrales.

Déficience visuelle

L’accident ischémique, qui touche la tige, est caractérisé par une altération des mouvements oculaires. Un ou les deux globes oculaires peuvent commencer un mouvement spontané dans différentes directions, avec l’incapacité de fixer le regard sur le sujet.

La thérapie et la rééducation jusqu’à la récupération incluent le maintien des fonctions corporelles, l’élimination du stress émotionnel et physique, la suppression des poches et la restauration de la circulation sanguine. Plus le patient est jeune, plus vite il est entre les mains de médecins qualifiés, plus le pronostic est favorable, moins les conséquences sont destructrices.

Nous vous conseillons de lire également un article sur le type de régime alimentaire nécessaire après un AVC.

Accident vasculaire cérébral: types (ischémique, hémorragique), causes, symptômes, traitement, pronostic

L'accident vasculaire cérébral est considéré comme l'une des formes les plus graves de lésion cérébrale sur fond de violation aiguë du flux sanguin. Ce n’est pas une coïncidence, car c’est dans le coffre que se concentrent les principaux centres de soutien nerveux et vitaux.

Parmi les patients ayant un AVC du tronc cérébral, les personnes âgées ayant des conditions préalables à une circulation sanguine déficiente prévalent - hypertension, athérosclérose, pathologie de la coagulation du sang, cœur prédisposant à la thromboembolie.

Le tronc cérébral est la zone la plus importante servant de lien entre le système nerveux central, la moelle épinière et les organes internes. Il contrôle le travail du cœur, du système respiratoire, maintient la température corporelle, l'activité physique, régule le tonus musculaire, les réactions autonomes, l'équilibre, la fonction sexuelle, participe aux organes de la vue et de l'ouïe, assure la mastication, l'avalement, contient des fibres des papilles gustatives. Il est difficile de nommer la fonction de notre corps, ce qui coûterait sans la participation du tronc cérébral.

structure du tronc cérébral

Les structures de la tige sont les plus anciennes et comprennent les pons, la médulla et le mésencéphale, parfois aussi le cervelet. Dans cette partie du cerveau se trouvent les noyaux des nerfs crâniens, les voies conductrices motrices et les nerfs sensitifs. Ce service est situé sous les hémisphères, son accès est extrêmement difficile et, avec l’œdème du tronc, il commence rapidement à se déplacer et à se pincer, ce qui est fatal pour le patient.

Causes et types d'accident vasculaire cérébral

Les causes de l'accident vasculaire cérébral ne diffèrent pas de celles d'autres localisations de troubles du flux sanguin dans le système nerveux central:

  • Hypertension artérielle, qui provoque des modifications irréversibles des artères et des artérioles du cerveau, les parois des vaisseaux sanguins deviennent fragiles et peuvent tôt ou tard se rompre avec une hémorragie;
  • L'athérosclérose, qui est observée chez la majorité absolue des personnes âgées, conduit à l'apparition de plaques graisseuses dans les artères qui alimentent le cerveau. Il en résulte une rupture de plaque, une thrombose, un blocage des vaisseaux et une nécrose du médulla.
  • Les anévrismes et les malformations vasculaires sont à l'origine des accidents vasculaires cérébraux chez les jeunes patients sans comorbidité ou associés à celui-ci.

Le diabète et d’autres troubles métaboliques, les rhumatismes, les malformations cardiaques valvulaires et les troubles de la coagulation du sang, notamment lors de la prise de médicaments anticoagulants, habituellement prescrits aux patients cardiologiques, contribuent au développement de l’accident vasculaire cérébral du tronc.

Selon le type de lésion, un AVC du tronc cérébral est ischémique et hémorragique. Dans le premier cas, un foyer de nécrose (infarctus) est formé, dans le second cas, l'écoulement de sang dans le tissu cérébral se produit lors de la rupture d'un vaisseau sanguin. L’accident ischémique cérébral progresse plus favorablement et, avec le gonflement hémorragique et l’hypertension intracrânienne, augmentant rapidement, le taux de mortalité est donc beaucoup plus élevé dans le cas des hématomes.

Vidéo: bases sur les types d'accident vasculaire cérébral - ischémique et hémorragique

Manifestations de lésions du tronc cérébral

L'accident vasculaire cérébral s'accompagne de lésions des voies, des noyaux des nerfs crâniens, et s'accompagne donc de symptômes riches et de troubles graves des organes internes. Les signes de la maladie se manifestent de manière aiguë, à commencer par une douleur intense dans la région occipitale, une altération de la conscience, une paralysie, des vertiges, une tachycardie ou une bradycardie, des fluctuations brusques de la température corporelle.

Symptômes cérébraux associés à une augmentation de la pression intracrânienne, il comprend des nausées et des vomissements, des maux de tête, des troubles de la conscience, allant jusqu’à un état comateux. Ensuite, rejoignez les symptômes de dommages aux noyaux des nerfs crâniens, symptômes neurologiques focaux.

L’accident vasculaire cérébral ischémique se manifeste par divers syndromes en alternance et par des signes d’atteinte des noyaux des nerfs crâniens du côté où la nécrose s’est produite. Dans le même temps peut être observé:

  1. Parésie et paralysie musculaire dans la partie affectée du tronc;
  2. Déviation de la langue dans le sens de la défaite;
  3. Paralysie de la partie opposée du corps avec préservation du travail des muscles faciaux;
  4. Nystagmus, déséquilibre;
  5. Paralysie du palais mou avec difficulté à respirer, déglutition;
  6. L'omission du siècle du côté du trait;
  7. Paralysie des muscles faciaux du côté affecté et hémiplégie de la moitié opposée du corps.

Ce n'est qu'une petite partie des syndromes accompagnant une crise cardiaque. Avec de petits foyers (jusqu'à un centimètre et demi), des troubles isolés de la sensibilité, des mouvements, une paralysie centrale avec une pathologie de l'équilibre, des troubles de la main (dysarthrie), des troubles isolés des muscles du visage et de la langue avec trouble de la parole sont possibles.

Dans les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, les symptômes s'aggravent rapidement. Outre les troubles moteurs et sensoriels, l'hypertension intracrânienne se manifeste clairement, la conscience est perturbée et le coma hautement probable.

Les signes d'hémorragie dans le tronc peuvent être:

  • Hémiplégie et hémiparésie - paralysie des muscles du corps;
  • Vision brouillée, regard paresseux;
  • Trouble de la parole;
  • Diminution ou manque de sensibilité du côté opposé;
  • Dépression de la conscience, coma;
  • Nausée, vertiges;
  • La fièvre;
  • Violation de la respiration, fréquence cardiaque.

Un accident vasculaire cérébral survient généralement soudainement, des parents, des collègues ou des piétons peuvent devenir des témoins dans la rue. Si un membre de votre famille souffre d'hypertension ou d'athérosclérose, un certain nombre de symptômes doivent en avertir les proches. Ainsi, difficulté soudaine et incohérence de la parole, faiblesse, mal de tête, impossibilité de bouger, transpiration, sautes de température corporelle, battement de coeur devraient être la raison de l'appel immédiat de la brigade d'ambulances. La vie d’une personne peut dépendre de la rapidité avec laquelle les personnes s’orientent et si le patient va à l’hôpital dans les premières heures, les chances de sauver des vies seront beaucoup plus grandes.

Parfois, de petits foyers de nécrose dans le tronc cérébral, en particulier ceux associés à une thromboembolie, se produisent sans changement radical de la condition. La faiblesse grandit progressivement, des vertiges apparaissent, la démarche devient incertaine, la patiente a une vision double, l'ouïe et la vue diminuent, et la prise de nourriture est difficile en raison du haut-le-cœur. Ces symptômes ne peuvent pas non plus être ignorés.

L’accident vasculaire cérébral est considéré comme la pathologie la plus difficile et ses conséquences sont donc très graves. Si, au cours de la période aiguë, il est possible de sauver la vie et de stabiliser l’état du patient, de le sortir du coma, de normaliser la pression et la respiration, des obstacles importants se posent au stade de la réadaptation.

Après un accident vasculaire cérébral, la parésie et la paralysie sont généralement irréversibles, le patient ne peut ni marcher ni même s'asseoir, la parole et la déglutition sont perturbées. Il y a des difficultés à manger et le patient a besoin d'une nutrition parentérale ou d'un régime alimentaire spécial comprenant des aliments liquides et en purée.

Le contact avec un patient victime d'un accident vasculaire cérébral est difficile en raison d'un trouble de l'élocution, tandis que l'intellect et la conscience de ce qui se passe peuvent être maintenus. S'il est possible de rétablir au moins partiellement la parole, un aphasiologue, qui connaît les techniques et les exercices spéciaux, viendra à la rescousse.

Après une crise cardiaque ou un hématome dans le tronc cérébral, les patients restent handicapés et nécessitent une participation et une assistance constantes pour se nourrir et se laver. La charge des soins incombe aux membres de la famille, qui doivent connaître les règles d'alimentation et de traitement des patients gravement malades.

Les complications de l’accident vasculaire cérébral ne sont pas rares et peuvent entraîner la mort. La cause la plus courante de décès est l’enflure du tronc cérébral avec pincement sous la membrane solide du cerveau ou dans le foramen occipital, des troubles non corrigés du cœur et de la respiration, ainsi que le statut épileptique sont possibles.

Des infections des voies urinaires, une pneumonie, une thrombose veineuse de la jambe, des plaies de pression se produisent plus tard, ce qui est facilité non seulement par le déficit neurologique, mais également par la position allongée forcée du patient. Non exclu la septicémie, l'infarctus du myocarde, des saignements dans l'estomac ou les intestins. Les patients atteints d'accidents vasculaires cérébraux plus légers qui tentent de se déplacer courent un risque élevé de chutes et de fractures, qui peuvent également être fatales.

Les proches des patients ayant subi un AVC du tronc cérébral dans la période aiguë veulent savoir quelles sont les chances de guérison. Malheureusement, dans certains cas, les médecins ne peuvent au moins espérer en eux-mêmes, car avec cette localisation de la lésion, il s'agit avant tout de sauver des vies, et s'il est possible de stabiliser la maladie, la grande majorité des patients reste profondément handicapée.

L'incapacité à corriger la pression artérielle, la température corporelle élevée et non décroissante, l'état comateux sont des signes pronostiques défavorables, au cours desquels la probabilité de décès au cours des premiers jours et des premières semaines suivant l'apparition de la maladie est élevée.

Traitement de la tige

L'accident vasculaire cérébral est une maladie grave pouvant mettre la vie en danger et qui nécessite des mesures correctives immédiates. Le pronostic de la maladie dépend de la rapidité avec laquelle le traitement est démarré. Sans exception, les patients devraient être hospitalisés dans des services spécialisés, même si dans certaines régions ce chiffre est extrêmement faible: environ 30% des patients se rendent à l’hôpital à temps.

Le meilleur moment pour commencer le traitement est considéré comme étant dans les 3 à 6 heures suivant l'apparition de la maladie, alors que même dans les grandes villes ayant un accès élevé aux soins médicaux, le traitement est souvent commencé 10 heures ou plus plus tard. La thrombolyse est réalisée pour des patients individuels, et la tomodensitométrie et l'IRM 24 heures sur 24 sont plus susceptibles d'être fantasmagoriques que réelles. À cet égard, les prévisions restent décevantes.

Le patient ayant subi un AVC devrait passer la première semaine dans l'unité de soins intensifs sous la surveillance constante de spécialistes. Lorsque la période la plus aiguë est terminée, le transfert à la chambre de rééducation précoce est possible.

La nature de la thérapie a des caractéristiques dans le type de lésion ischémique ou hémorragique, mais il existe quelques modèles généraux et approches. Le traitement de base vise à maintenir la pression artérielle, la température corporelle, la fonction pulmonaire et cardiaque et les constantes sanguines.

Pour maintenir le travail des poumons sont nécessaires:

  1. Assainissement des voies respiratoires supérieures, intubation trachéale, ventilation artificielle des poumons;
  2. Oxygénothérapie à faible saturation.

Le besoin d'intubation trachéale en cas d'accident vasculaire cérébral est associé à une altération du réflexe de déglutition et de toux, ce qui crée des conditions préalables pour le contenu de l'estomac jusqu'aux poumons (aspiration). L'oxygène du sang est contrôlé par oxymétrie de pouls et sa saturation en oxygène (saturation) ne doit pas être inférieure à 95%.

Avec des dommages au tronc cérébral, il existe un risque élevé de troubles du système cardiovasculaire, il est donc nécessaire:

Même les patients qui n'ont pas souffert d'hypertension artérielle reçoivent des antihypertenseurs pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux récurrents. En outre, lorsque la pression dépasse le nombre 180 mm Hg. Art., Le risque d'exacerbation de troubles cérébraux augmente de près de moitié et d'un mauvais pronostic - d'un quart, il est donc important de surveiller en permanence la pression.

Si la pression était élevée avant les lésions cérébrales, il est alors jugé optimal de la maintenir à un niveau de 180/100 mmHg. Art., Pour les personnes ayant une pression normale initiale - 160/90 mm Hg. st. Ces chiffres relativement élevés sont associés au fait que, lorsque la pression redevient normale, l'apport sanguin au cerveau diminue également, ce qui peut aggraver les effets négatifs de l'ischémie.

Le labétalol, le captopril, l'énalapril, le dibazol, la cloféline, le nitroprussiate de sodium sont utilisés pour corriger la pression artérielle. Dans la période aiguë, ces médicaments sont administrés par voie intraveineuse sous le contrôle du niveau de pression, et une administration orale est possible plus tard.

Certains patients, au contraire, souffrent d'hypotension, ce qui est très préjudiciable à la partie du cerveau touchée, car l'hypoxie et les dommages causés aux neurones augmentent. Pour la correction de cette affection, un traitement par perfusion avec des solutions (reopolyglukine, chlorure de sodium, albumine) est utilisé et des agents vasopresseurs sont utilisés (noradrénaline, dopamine, mezaton).

Le contrôle des constantes sanguines biochimiques est considéré comme obligatoire. Ainsi, avec une diminution du taux de sucre, du glucose est injecté, avec une augmentation de plus de 10 mmol / l - insuline. Dans l'unité de soins intensifs, le niveau de sodium et l'osmolarité du sang sont mesurés en permanence, la quantité d'urine libérée est prise en compte. Le traitement par perfusion est indiqué en réduisant le volume de sang en circulation, mais un excès de diurèse par rapport à la quantité de solutions pour perfusion est également autorisé comme mesure préventive de l'œdème cérébral.

Presque tous les patients victimes d'un accident vasculaire cérébral ont une température corporelle élevée, car le centre de thermorégulation se situe dans la partie du cerveau touchée. Pour réduire la température devrait être de 37,5 degrés, pour lesquels utiliser le paracétamol, l'ibuprofène, le naproxène. Un bon effet est également obtenu avec l'introduction de sulfate de magnésium dans la veine.

L'étape la plus importante dans le traitement d'un accident cérébrovasculaire est la prévention et le contrôle de l'œdème cérébral, qui peut entraîner le déplacement des structures médianes et leur insertion dans le foramen occipital, sous le cervelet, accompagnée d'une mortalité élevée. Pour lutter contre l'œdème cérébral, utilisez:

  1. Diurétiques osmotiques - glycérine, mannitol;
  2. Introduction de solution d'albumine;
  3. Hyperventilation pendant IVL;
  4. Myorelaxants et sédatifs (pancuronium, diazépam, propofol);
  5. Si les mesures énumérées ci-dessus ne produisent pas de résultat, un coma barbiturique, une hypothermie cérébrale est indiqué.

Dans les cas très graves, lorsqu'il est impossible de stabiliser la pression intracrânienne, des relaxants musculaires, des sédatifs sont utilisés simultanément et la respiration artificielle est établie. Si cela ne les aide pas non plus, ils effectuent une intervention chirurgicale - une hémicranotomie visant à la décompression du cerveau. Draine parfois les ventricules du cerveau - avec hydrocéphalie avec augmentation de la pression dans la cavité crânienne.

Le traitement symptomatique comprend:

  • Anticonvulsivants (diazépam, acide valproïque);
  • Tserukal, motilium avec nausée grave, vomissements;
  • Sédatifs - Relanium, halopéridol, magnésie, fentanyl.

Un traitement spécifique pour les accidents ischémiques consiste à effectuer une thrombolyse, à introduire des agents antiplaquettaires et des anticoagulants afin de rétablir le flux sanguin dans le vaisseau thrombat. Une thrombolyse intraveineuse doit être réalisée dans les trois heures suivant le blocage du vaisseau, à l'aide d'alteplase.

Le traitement antiplaquettaire consiste en la nomination d’aspirine. Dans certains cas, l’utilisation d’anticoagulants (héparine, fraxiparine, warfarine) est indiquée. Pour réduire la viscosité du sang, il est possible d’utiliser de la réopolyglucine.

Toutes ces méthodes de traitement spécifiques ont des indications et des contre-indications strictes. Par conséquent, la faisabilité de leur utilisation chez un patient particulier est déterminée individuellement.

Un traitement neuroprotecteur est nécessaire pour restaurer les structures cérébrales endommagées. À cette fin, on utilise la glycine, le piracétam, l'encéphabol, la cérébrolysine, l'émoxipine et d'autres.

L'utilisation de neuroprotecteurs (mildronate, émoxipine, semax, nimodipine, actovégine, piracétam) est un traitement spécifique pour les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques. Le retrait chirurgical d'un hématome est difficile en raison de sa localisation profonde, avec les avantages d'une intervention stéréotaxique et endoscopique, minimisant le traumatisme opératoire.

Le pronostic de l'AVC du tronc cérébral est très grave, le taux de mortalité par crise cardiaque atteint 25%, avec des hémorragies à la fin du premier mois, plus de la moitié des patients décèdent. Parmi les causes de décès, la place principale est l’œdème cérébral avec déplacement des structures de la tige et leur pincement dans le foramen occipital, sous la dure-mère. S'il est possible de sauver la vie et de stabiliser l'état du patient, il est susceptible de rester handicapé après un accident vasculaire cérébral, en raison de lésions des structures vitales, des centres nerveux et des voies d'accès.

Accident vasculaire cérébral

L'accident vasculaire cérébral aigu (ONMK), ou accident vasculaire cérébral, est une pathologie cérébrale d'urgence. Lorsque cette affection survient, des symptômes de pathologie cérébrale focale se développent en quelques minutes et persistent pendant plus de 24 heures. La nature des manifestations cliniques dépend en grande partie du processus de localisation. L’accident ischémique et hémorragique du tronc cérébral est une pathologie grave associée à une activité altérée de cette partie du cerveau.

Départements anatomiques

Anatomiquement, les zones suivantes sont distinguées dans le cerveau:

  • grands hémisphères;
  • cerveau intermédiaire;
  • cerveau moyen;
  • cerveau postérieur;
  • moelle oblongate.

Le tronc cérébral comprend toutes les divisions, à l'exception des grands hémisphères.

Fonction du tronc cérébral:

  • grâce à ses divisions, la formation de réflexes complexes, qui impliquent la contraction et la relaxation séquentielles de divers muscles, tels que le réflexe de déglutition;
  • le tronc cérébral établit la connexion entre la moelle épinière et les grands hémisphères à l'aide des voies nerveuses qui la traversent;
  • assure l'interaction de divers départements du système nerveux central les uns avec les autres.

La présence dans la moelle des centres de respiration et de battement de coeur indique l’importance du tronc cérébral.

Types de coups

Selon le développement de troubles pathologiques, tous les accidents vasculaires cérébraux peuvent être divisés en types:

  • accidents vasculaires cérébraux ischémiques qui se développent en liaison avec la violation du flux sanguin vers une certaine partie du cerveau en raison d'un blocage du vaisseau. Le manque de nutrition conduit à l'ischémie - manque d'oxygène. Si le sang cesse de couler ou si sa quantité est extrêmement basse, il se produit une nécrose du tissu cérébral, à savoir: sa destruction. Dans les accidents ischémiques, les symptômes cliniques se développent lentement et augmentent progressivement. C'est typique pour lui:
    • signes précédemment identifiés de troubles de la circulation sanguine dans le myocarde, par exemple, l'angine de poitrine;
    • développement d'un accident vasculaire cérébral après le sommeil, un bain chaud, au milieu d'une crise d'arythmie, d'un infarctus aigu du myocarde;
    • plus de 50 ans;
    • symptômes focaux plus brillants que cérébraux.
  • accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, ou hémorragie intracérébrale non liée à un traumatisme. Cette forme d'accident vasculaire cérébral se développe en raison de la rupture du vaisseau et de la substance sanguine dans le cerveau. Lors d’une attaque cérébrale hémorragique, des signes de pathologie apparaissent simultanément et violemment. Caractéristiques:
    • développement dans le contexte de l'hypertension artérielle prolongée;
    • Le point de départ est un stress psycho-émotionnel ou physique important;
    • la sévérité des symptômes cérébraux avant le développement des symptômes neurologiques focaux.
    • souvent une hémorragie en quelques minutes conduit au développement du coma, caractéristique de la localisation de la tige;

Si, dans le contexte de la pathologie cardiovasculaire, apparaissent des signes de lésions du système nerveux central qui ne durent pas plus de 24 heures et se terminent par un rétablissement complet des fonctions, ils parlent alors d'incapacités temporaires.

Ces violations sont de deux types:

  • accident ischémique transitoire (AIT), caractérisé par l’apparition de symptômes cérébraux focaux, tels que troubles des mouvements, déglutition, élocution.
  • crise hypertensive, accompagnée de symptômes cérébraux et qui coule dans le contexte de forte augmentation de la pression artérielle, par exemple, troubles de la conscience, maux de tête, convulsions, vomissements.
Types de coups de cerveau

Raisons

En raison du nombre important de causes d'accident vasculaire cérébral du tronc cérébral, elles peuvent être classées en deux catégories: locale et systémique.

Causes locales de l'accident vasculaire cérébral:

  • modifications structurelles des artères brachio-céphaliques ou cérébrales;
  • lésion athéroscléreuse des artères cérébrales;
  • les varices, la fibrillation auriculaire, les anévrismes de l'aorte et les maladies cardiaques, en tant que source de crises cardiaques thromboemboliques;
  • une artérite;
  • des anomalies de la structure des vaisseaux sanguins;
  • changements dans la colonne cervicale.

Causes systémiques des accidents ischémiques et hémorragiques:

  • hémodynamique altérée;
  • violation du système de coagulation;
  • leucémie sanguine.

Facteurs de risque

Des études montrent que chaque seconde hémorragie cérébrale se produit dans le contexte de l'hypertension artérielle. Par conséquent, le facteur de risque principal et le plus important d'accident vasculaire cérébral hémorragique est une pression artérielle élevée.

  • modifiables, c’est-à-dire ceux qui peuvent être affectés:
    • hypertension artérielle;
    • pathologie cardiaque;
    • fibrillation auriculaire;
    • dyslipidémie ou altération du métabolisme des graisses;
    • diabète sucré;
  • non modifiable, qui ne peut être affecté:
    • étage;
    • l'âge;
    • la race;
    • prédisposition génétique;
  • facteurs de style de vie:
    • fumer;
    • l'obésité;
    • l'hypodynamie;
    • mauvaise nutrition;
    • consommation excessive d'alcool;
    • stress aigu ou à long terme.

Les symptômes

Il y a les périodes suivantes de la maladie:

  • le plus vif - jusqu'à trois jours du début;
  • aigu - jusqu'à 28 jours;
  • période de récupération précoce - jusqu'à six mois;
  • période de récupération tardive - jusqu'à 2 ans;
  • la période de phénomènes résiduels - après une période de deux ans.

La localisation des symptômes de l'AVC dans le tronc cérébral indique une évolution grave de la maladie:

  • Les premiers changements importants peuvent être une altération de la parole, de la déglutition, de graves vertiges.
  • Les vertiges sont souvent accompagnés de nystagmus - le mouvement involontaire et fréquent des globes oculaires dans le même plan.
  • En raison de la défaite du centre de thermorégulation, il y a une augmentation ou une diminution de la température corporelle.

En relation avec la lésion du centre vasomoteur, il existe des augmentations constantes ou une pression très basse, ainsi qu'un rougissement de la peau dû à l'expansion des vaisseaux ou à une pâleur sévère due à leur rétrécissement.

Étant donné qu’une atteinte structurelle des voies nerveuses conductrices peut se produire, une déficience motrice des bras et des jambes, pouvant aller jusqu’à la paralysie de tout le corps, se produit. Également caractérisé par un manque de coordination survenu soudainement, dans un contexte de bien-être complet, par exemple une démarche précaire, une maladresse.

Si une personne subit une chute soudaine mais ne perd pas conscience, cela peut être un signe d'apparition d'une paralysie de tous les membres.

Avec le développement de troubles de la déglutition, une personne n'est pas capable d'avaler des aliments solides mais également liquides. Pour cette raison, il existe un risque d'étouffement et de développement d'une pneumonie par aspiration, en raison de la pénétration de nourriture dans les voies respiratoires.

Avec le développement de lésions cérébrales étendues, lorsque la pathologie s'étend au centre de la respiration ou du rythme cardiaque, survient un arrêt respiratoire ou une activité cardiaque, respectivement.

L’apparition de l’un des symptômes ci-dessus nécessite un examen médical d’urgence et des mesures thérapeutiques à l’hôpital. L'exception est, signée par le patient ou son parent, le refus d'hospitalisation. Ensuite, le traitement doit être effectué à la maison.

Avec le développement d'un AVC hémorragique du tronc cérébral, la période la plus dangereuse est le premier jour, en raison de la probabilité élevée de réhémorragie.

En ce qui concerne les accidents ischémiques, les spécialistes considèrent que le délai le plus dangereux est de 3, 7 et 10 jours.

Symptômes de reconnaissance de l'AVC

Traitement

Un coup du tronc cérébral est traité ainsi que des coups d'un autre endroit. Le traitement peut être divisé en base et spécifique.

Thérapie de base:

  • si la conscience est altérée, il est nécessaire de vérifier la perméabilité des voies respiratoires;
  • une pression supérieure à 170/100 mmHg nécessite une diminution progressive;
  • établir un traitement intraveineux pour normaliser la composition électrolytique du sang;
  • pour empêcher le gonflement du cerveau, il est nécessaire d’assurer la position du patient sur le lit avec la tête haute;
  • administration de médicaments pour prévenir l'augmentation de la pression intracrânienne et réduire les signes de gonflement du cerveau, par exemple le mannitol;
  • en cas de convulsions, des anticonvulsivants sont administrés, par exemple, le diazépam;

Thérapie spécifique:

Ce traitement contre les accidents vasculaires cérébraux implique l’administration précoce de médicaments neuroprotecteurs, tels que la cytoflavine, la cortexine et la cérébrolysine.

Dès que possible la détection de l'AVC et le transport du patient à l'hôpital, il est possible de traiter un AVC ischémique avec thrombolyse.

Thrombose à la thrombolyse

Les chercheurs pensent que, lorsqu'un vaisseau est bloqué par un thrombus, dans les premières heures de la maladie, les cellules se trouvant à proximité du vaisseau affecté meurent. Mais la zone de dégradation nutritionnelle est plus étendue, de sorte que les cellules plus éloignées du vaisseau, mais en proie à une ischémie, peuvent récupérer si le flux sanguin reprend.

Le rétablissement du flux sanguin est dû à la dissolution d'un caillot sanguin avec des préparations spéciales. Il s’agit d’une thrombolyse ou d’un traitement thrombolytique.

Toutefois, pour cette procédure, certaines conditions sont requises, par exemple, la durée de la maladie ne dépasse pas 2 heures et le patient doit être conscient. Par conséquent, la détection la plus précoce possible de la maladie est nécessaire, puis la survie du patient augmente.

Prévisions

Un coup du tronc cérébral chez l'adulte est difficile et peut entraîner une invalidité ou la mort. Le pronostic dépend de l'étendue de la zone cérébrale touchée et de la rapidité du traitement adéquat commencé.

Invalidité - pronostic fréquent d'accident vasculaire cérébral

Est-ce que le rétablissement d'un AVC du tronc cérébral est possible? Si nous considérons la récupération, comme la restauration de toutes les fonctions du corps et le retour à l'état antérieur à l'AVC, non, vous ne pouvez pas récupérer. Et si nous considérons la récupération comme une stabilisation de l’état et une adaptation aux nouvelles conditions d’existence, c’est-à-dire un handicap, alors oui, c’est possible.

Prévention

La prévention primaire de l’accident vasculaire cérébral du tronc cérébral implique l’identification et l’élimination des effets de facteurs de risque modifiables. Pour ce faire, effectuez un dépistage des accidents vasculaires cérébraux - une série d’enquêtes visant à identifier les facteurs.

Ceux-ci comprennent:

  • détection rapide de l'hypertension artérielle et sa correction;
  • diagnostic de dyslipidémie et normalisation du métabolisme des graisses;
  • détermination de la glycémie;
  • ECG et Echo-KG;
  • échographie des artères brachio-céphaliques;
  • procédures chirurgicales pour la sténose carotidienne.

La prévention secondaire des accidents vasculaires cérébraux est la prévention du développement de divers types de complications de l’accident vasculaire cérébral:

  • prévention de la contracture, c'est-à-dire tension musculaire persistante, qui conduit au même type de membre. Cette complication est associée à une immobilité prolongée.
  • prévention de la thrombose veineuse de la jambe et de l'embolie pulmonaire à l'aide de la gymnastique passive, de la position élevée des jambes et du bandage élastique.
  • la prévention des escarres est assurée par des soins adéquats aux patients, des massages et l’utilisation de matelas anti-escarres.
  • prévention de la pneumonie stagnante.

Réhabilitation

Selon la gravité de l'état du patient, la rééducation après un AVC doit déjà être entamée dans l'unité de soins intensifs. Une autre prévision dépend de cela: le degré et la vitesse de récupération des fonctions motrices et autres fonctions du corps.

Les mesures de récupération nécessaires ne doivent pas être interrompues, c'est-à-dire que lors du transfert d'un patient dans une unité de traitement des AVC, puis d'un traitement ambulatoire, il est important de poursuivre la réadaptation:

  • La durée et l'intensité des cours de rééducation devraient être progressivement augmentées.
  • Classes que le patient peut effectuer correctement indépendamment ou avec l'aide de parents, il est conseillé d'effectuer à la maison.
  • Pour rétablir les compétences de parole, dirigez des cours avec un orthophoniste
  • Une visite chez un psychothérapeute pour stabiliser un état émotionnel.
  • Ergothérapie pour une meilleure adaptation sociale des patients.

Coup de tige: une sorte de pathologie dangereuse

En cas d'accident vasculaire cérébral, on entend une violation aiguë de la circulation cérébrale, qui se produit dans le tronc cérébral. Dans 90% des cas, le tissu ischémique est endommagé par l'encrassement du vaisseau par un thrombus ou une plaque d'athérosclérose. En conséquence, la moelle épaisse cesse de recevoir de l'oxygène et de la nourriture, les tissus commencent à mourir. Une catastrophe hémorragique est observée dans 10% des cas - elle survient dans le contexte d'une rupture du vaisseau et de la libération de sang dans son espace environnant.

Un pronostic défavorable est caractéristique de la localisation de la tige d'un accident vasculaire cérébral: dans 2/3 des cas, le décès est observé au cours des deux premiers jours. L'assistance pour cette maladie doit être rapide et professionnelle.

Caractéristiques du tronc cérébral

La partie la plus basse du cerveau qui borde la moelle épinière s'appelle le tronc d'un organe. Il est situé à la base du crâne, délimité des deux côtés par les hémisphères, à l'arrière du cervelet qui lui est adjacent. Dans leur structure, les cellules de cette zone ressemblent davantage à des cellules spinales. Leur tâche est de maintenir le bon fonctionnement des centres responsables de la respiration, de l'activité cardiaque, de l'activité physique et du tonus musculaire. La division transmet également des impulsions du cerveau à la moelle épinière et au dos.

Sections de tronc cérébral et leurs fonctions:

  • la moelle épinière est une continuation de la moelle épinière, qui contient les centres de respiration et de circulation sanguine, le noyau contrôlant la toux, les éternuements, les clignements des yeux, la déglutition, les vomissements. Quatre paires de nerfs crâniens sont originaires d’ici;
  • pont - assure la communication du cortex cérébral avec la colonne vertébrale, le cervelet, est responsable de la transmission des informations auditives. Contient le noyau de quatre paires de nerfs crâniens;
  • midbrain - contient des neurones qui régulent le tonus musculaire, le centre de contrôle du mouvement des yeux. Responsable de la capacité du corps à effectuer des actions qui sont des réflexes protecteurs. Ils se produisent inconsciemment chez l'homme, en réponse à des stimuli visuels ou auditifs.

Une perturbation de la circulation du tronc cérébral est source de mort imminente. Surtout si la source du problème est concentrée dans la moelle épinière et affecte les centres vitaux. Dans tous les autres cas, la probabilité de réduire la qualité de vie et le développement d’un handicap est également très élevée.

Qu'est-ce qu'un accident vasculaire cérébral?

Les hémorragies surviennent le plus souvent dans le pont principal. Cela peut être un foyer indépendant ou des ruptures de petits vaisseaux qui accompagnent des dommages massifs à l'un des hémisphères. Dans ce dernier cas, le phénomène aggrave de manière significative les symptômes généraux d’une catastrophe neurologique. Le problème est souvent dû à une hypertension artérielle ou à des problèmes congénitaux avec les vaisseaux, entraînant un amincissement des parois des canaux.

L’accident ischémique du tronc cérébral résulte d’une violation du flux sanguin dans les vaisseaux. Il en résulte une zone de lésion dont les tissus se gonflent, pincent les centres nerveux et provoquent la stagnation du sang. Tout cela contribue à une augmentation du volume du cerveau et à une augmentation de la pression intracrânienne. La substance du cerveau est déplacée, ses parties individuelles sont violées. Les processus s'accompagnent de signes caractéristiques qui s'intensifient avec le temps.

Article détaillé sur la pathologie ischémique par référence.

Symptômes de type hémorragique accident vasculaire cérébral:

  • constriction des pupilles;
  • l'omission d'un siècle;
  • mouvement flottant des globes oculaires;
  • changements dans la fréquence et la qualité de la respiration;
  • hypertension artérielle;
  • parésie ou paralysie des membres d'un côté du corps;
  • fièvre
  • augmentation de l'humidité de la peau sur un côté du corps;
  • perte de conscience, coma.

L'hémorragie se manifeste rapidement, ses symptômes se manifestent de manière abrupte. Une lésion ischémique se développe généralement en quelques heures, ce qui permet de suspecter le problème et de réagir à temps. Elle se caractérise par une démarche incertaine, des vertiges, une vision double, une qualité réduite de la vision et de l’ouïe, des problèmes d’élocution.

Article détaillé sur la pathologie hémorragique sur le lien.

Au fur et à mesure que le tissu cérébral se développe, le tableau clinique est complété par une violation de la sensibilité d’un côté du corps, un changement de la respiration et une perturbation de la conscience. Forte probabilité de coma, ce qui aggrave considérablement le pronostic.

Séquelles d'AVC

En raison de la nature du parcours, le risque de décès dans la tige de l'ONMK est de 70% de tous les cas.

Même si le patient parvient à survivre à une période critique, la défaite des sections du tronc cérébral conduira nécessairement à une perte temporaire ou permanente de certaines fonctions du corps. Une rééducation opportune, initiée et correctement effectuée ne garantit pas un rétablissement complet, mais elle améliore considérablement le pronostic et augmente les chances des victimes de retrouver une vie bien remplie. Les complications après un AVC peuvent être différentes. Tout dépend du type d'accident vasculaire cérébral, de son emplacement, du degré de lésion tissulaire. Heureusement, aujourd'hui, même avec les graves conséquences d'une catastrophe cérébrale, on peut y faire face avec succès.

Lisez à propos des effets et des complications de l'AVC dans cet article.

Trouble de la déglutition

Chez 65% des personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral, une dysphagie est observée - une violation de la déglutition. Cette fonctionnalité n’est pas prévisible, malgré la disponibilité de techniques spéciales de récupération des compétences.

Pour nourrir les patients après une ischémie, des sondes spéciales ou une gastrostomie peuvent être utilisées. En raison de la fonction perdue ou altérée de la déglutition, le patient aura des difficultés à récupérer, ce qui affectera l'ensemble du programme de rééducation. Les experts mettent tout en œuvre pour au moins apprendre à la victime à avaler des aliments liquides, moulus ou mous.

Trouble de la parole

La défaite du tronc cérébral fait face à l'apparition de problèmes d'élocution dans 30% des cas. Le plus souvent, l'habileté n'est pas complètement perdue, mais s'accompagne de difficultés ou de défauts. En règle générale, les victimes ont une prononciation calme, peu claire ou peu précise. Chez la plupart des patients, les troubles de la parole sont réversibles. La situation est corrigée en assistant à des cours avec un orthophoniste, après quoi le patient continue de dialoguer avec un membre de la famille.

Déficience motrice d'un membre

Une diminution de la fonctionnalité des membres est toujours observée dans les accidents vasculaires cérébraux. La complication se manifeste souvent sous la forme de mouvements spontanés des bras ou des jambes. Ceci est provoqué par des problèmes de contrôle musculaire.

Au cours des trois premiers mois suivant un accident vasculaire cérébral, le patient est le plus susceptible de retrouver une activité motrice ou de l'amener à un niveau acceptable. Plus le temps passe depuis l'urgence, plus les prévisions se détériorent. Si un an s'est écoulé après un accident vasculaire cérébral, les chances d'éliminer la paralysie musculaire ou d'établir la fonction des membres sont minimes.

Pour restaurer la fonction motrice après un accident vasculaire cérébral, il est recommandé d’utiliser des simulateurs spéciaux.

Manque de coordination

En cas d'hémorragie ou d'ischémie, de graves vertiges apparaissent dans le tronc cérébral d'une personne. Il lui semble que tout tourne autour de lui et cela affecte négativement la coordination. Un symptôme désagréable est arrêté en premier lieu - cela se produit même au stade de l'aide d'urgence à la victime. En cas d'urgence difficile, il n'est pas toujours possible de s'en débarrasser complètement. Les activités de rééducation et de formation sur des plateformes instables peuvent minimiser les manifestations désagréables et développer la confiance du patient dans votre corps.

Thermorégulation instable

Cette complication est extrêmement rare. Il est caractéristique du degré d'urgence le plus grave et peut se développer dans deux scénarios. Dans le premier cas, la température du patient s'élève au dessus de 39 ° C et dure longtemps. Cela ne change pratiquement pas sous l’influence des médicaments, des méthodes physiothérapeutiques, de la médecine traditionnelle. Dans la seconde variante, le patient a une température corporelle extrêmement basse, impossible à contrôler et à réguler. Dans les deux cas, la mort des cellules cérébrales survient et les prévisions sont donc défavorables.

Déficience visuelle

Avec la défaite de la partie centrale du tronc cérébral, il y a une forte probabilité de perdre le contrôle du contrôle arbitraire des globes oculaires. Dans ce cas, un tableau clinique spécifique se développe avec l'incapacité de fixer le regard, le strabisme, les problèmes pour éviter les yeux sur le côté ou vers le haut. Souvent, ces conséquences deviennent permanentes et ne réagissent plus du tout à la mise en œuvre des mesures de réhabilitation.

Insuffisance respiratoire

Les dommages au centre respiratoire, situé dans le tronc cérébral, peuvent entraîner une perturbation de la fonction vitale. En cas d'échec total ou partiel du processus, la victime est connectée à un équipement spécial et une respiration artificielle est effectuée. Dans le contexte d'une lésion plus légère du département, il existe une lenteur involontaire dans l'exécution des mouvements respiratoires. Cela s'accompagne souvent d'apnée du sommeil - périodes de cessation soudaine et à court terme de la respiration avec rétablissement ultérieur de la fonction.

Traitement de la tige

En cas de suspicion d'un type d'accident vasculaire cérébral, le patient doit être immédiatement hospitalisé afin de maintenir le fonctionnement des systèmes et des organes vitaux. Dans un hôpital, les rééducateurs, les neurochirurgiens et les neuropathologistes sont engagés dans la lutte pour la vie humaine. En fonction du diagnostic, le patient est envoyé en salle d'opération ou en unité de soins intensifs.

Selon les statistiques, seules 30% des personnes ayant subi un AVC survivent dans les premières heures suivant le développement d'une catastrophe cérébrale. Même dans leur cas, le pronostic de survie et de récupération n’est pas le plus favorable.

Intervention chirurgicale

Dans la plupart des cas, un accident vasculaire cérébral hémorragique entraîne la mort. S'il est encore possible d'assister la victime, il s'agit généralement d'une opération du cerveau. La craniotomie ouverte vous permet d'atteindre rapidement l'hématome, d'éliminer la source de saignement, de réduire la pression intracrânienne.

En cas de lésion cérébrale ischémique, une approche plus bénigne est utilisée - introduction de l'agent thrombolytique dans la zone à problème. La manipulation nécessite également le forage d'un trou dans le crâne, mais les risques sont beaucoup plus faibles. L’administration locale du médicament contribue à la résorption de l’hématome ou du thrombus, mais elle est interdite en cas d’anévrismes et d’autres pathologies vasculaires. Le plus souvent, la technique a eu recours à un accident vasculaire cérébral sur le fond de l'hypertension.

Traitement médicamenteux

L’accident ischémique cérébral du tronc cérébral se limite souvent à un traitement conservateur. Le patient est connecté à un respirateur, fournissez-lui la paix. Les médicaments sont prescrits pour éliminer le gonflement du cerveau, normaliser la pression artérielle, améliorer la nutrition des neurones et d'autres cellules. Pour les accidents ischémiques, on utilise des thrombolytiques ou des anticoagulants. En cas d'hémorragie, vous devrez peut-être administrer des médicaments hémostatiques. En outre, les agents de santé devraient veiller à l'insertion d'un cathéter, d'une sonde d'alimentation, d'un traitement antibactérien et symptomatique et de la prévention des complications.

Les objectifs de la manipulation et des rendez-vous médicaux:

  • maintien des fonctions corporelles de base;
  • lutter contre le gonflement du cerveau et prévenir l'inflammation des tissus;
  • rétablissement du flux sanguin dans la zone touchée;
  • normalisation de la viscosité et de la coagulation du sang;
  • maintenir le travail du cœur en réduisant la charge sur l'organe;
  • lutter avec d'autres symptômes de pathologie.

Le traitement intensif dure en moyenne 3 à 4 semaines. Le schéma thérapeutique est ajusté en fonction de la situation. Immédiatement après la fin de la période critique, il est recommandé d’évaluer l’état du patient et de commencer à restaurer les fonctions perdues.

Rééducation après un AVC

Un accident vasculaire cérébral ischémique dans 70% des cas se termine par le décès du patient. Plus de la moitié des autres personnes deviennent profondément handicapées, clouées au lit. Seulement un cinquième d'entre eux vivent après une catastrophe cérébrale depuis plus de 5 ans. Seulement 2 à 3% des victimes ont une chance de retrouver une vie normale. En cas d'accident vasculaire cérébral hémorragique, le pronostic est encore plus défavorable. Les chances d'améliorer la qualité de vie des patients sont maximisées si, dès les premiers jours de la période de récupération, une rééducation spécialisée est mise en œuvre.

Les statistiques de mortalité par accident vasculaire cérébral sont discutées plus en détail dans cet article.

Les bases du travail avec les patients post-AVC:

  • la récupération commence dans l'unité de soins intensifs ou le service neurologique. Cette opération est suivie d'une rééducation dans un sanatorium ou une clinique spécialisée sous la supervision de spécialistes;
  • les victimes d'accident vasculaire cérébral ont besoin de l'aide de parents et de leurs proches. Le médecin aidera à développer un programme qui devrait être appliqué à la maison;
  • la rééducation est impossible sans massage, physiothérapie, physiothérapie (stimulation électrique des membres paralysés);
  • le traitement symptomatique ne s'arrête pas même après la sortie de l'hôpital. Il est basé sur l'utilisation de relaxants musculaires, de sédatifs, de nootropiques et d'antihypertenseurs.

La rééducation des patients après un AVC ne se limite pas aux approches traditionnelles. Pour des résultats optimaux, des méthodes de médecine traditionnelle et de réflexologie sont utilisées. De telles approches doivent d'abord être coordonnées avec votre médecin, afin de ne pas provoquer l'effet opposé.

L'accident vasculaire cérébral est l'une des maladies les plus dangereuses du cerveau. Heureusement, il existe des moyens de réduire les risques de son développement. La prévention de la maladie vise à maintenir la santé vasculaire, à maintenir la pression artérielle et les taux de cholestérol dans la plage normale. Le refus de mauvaises habitudes, une alimentation adéquate et une activité physique douce réduiront au minimum la probabilité d'un problème.

De Plus, Lisez Les Navires

Sang épais: causes et traitement

Tout le monde sait que la prévention des pathologies du système cardiovasculaire peut prévenir de nombreuses maladies dangereuses, mais ils accordent peu d’attention à un point aussi important que celui des indicateurs de la viscosité du sang.

Maladies du système cardiovasculaire

Les maladies du système cardiovasculaire occupent la première place en termes d’incidence et de nombre de décès dans le monde. Cela contribue à de nombreuses raisons, notamment le style de vie inapproprié, les mauvaises habitudes, la malnutrition, le stress, l'hérédité et bien plus encore.

Vue d'ensemble de la nouvelle génération de pilules à haute pression

Dans tout le monde civilisé, six groupes de médicaments différents permettant d’abaisser la tension artérielle sont utilisés.Disons immédiatement qu'il n'est pas si facile de comprendre leurs caractéristiques pour une personne qui ne connaît pas bien la médecine, mais des consommateurs russes prêts à pénétrer dans les détails pharmacologiques et à étudier attentivement les instructions des médicaments pouvant faire face à cette tâche s'ils le souhaitent et s'ils sont bien servis.

Perturbation de la sortie veineuse du cerveau: une étape de l'œdème

Pour que le cerveau fonctionne normalement - sans temps d'arrêt ni surcharge - la circulation sanguine doit être ajustée à la précision du mécanisme de l'horloge.

Neutrophiles

Le sang est l’un des tissus les plus importants du corps. Il est composé de plusieurs éléments mis en forme, dont chacun remplit une combinaison de fonctions. Depuis le cours de biologie scolaire, tout le monde se souvient qu'il y a des globules rouges dans le sang et des globules blancs.

Réduire le cholestérol à l'ail et au citron

Ail et citron - le premier remède dans la lutte contre de nombreux maux. De tout temps, ils ont été utilisés pour traiter le rhume, renforcer le système immunitaire et accélérer les processus métaboliques dans le corps.