Perturbation de l'activité motrice - l'un des phénomènes les plus courants avec des dommages à la circulation cérébrale. La paralysie et la parésie après un AVC se produisent dans la partie opposée du corps à celle où le flux sanguin s'est détérioré. Si un engourdissement des extrémités ou du visage est observé dans la moitié gauche, les spécialistes peuvent pré-diagnostiquer une insuffisance de la circulation sanguine dans l'hémisphère droit et inversement.

Causes de la paralysie

L'immobilité résulte de la fermeture de la lumière du vaisseau ou de sa rupture. L'occlusion se produit lorsqu'un caillot sanguin interrompt le flux de sang vers les zones du cerveau ou pénètre dans l'artère. L’hypertension, un anévrisme ou une lésion cérébrale traumatique sont les causes des problèmes d’intégrité artérielle.

La paralysie après un AVC peut être observée chez les personnes souffrant d’hypertension, d’hypercholestérolémie, d’obésité ou d’athérosclérose. Le groupe à risque comprend les personnes qui souffrent de toxicomanie et sont soumises à de fréquentes situations stressantes.

Paralysie après un accident vasculaire cérébral: principaux symptômes

  • Faiblesse ou engourdissement des membres d'un côté du corps.
  • Trouble de la coordination des mouvements, incapacité à se tenir debout ou à marcher droit.
  • Crampes dans les membres.
  • Fatigue, trouble du sommeil, dépression.
  • Manque de parole ou phrases incohérentes.

Lors d’un accident vasculaire cérébral, les symptômes peuvent être différents selon les lésions. Le résultat favorable du traitement dépendra dans une large mesure des soins médicaux fournis en temps voulu. Si un accident vasculaire cérébral est précédé de symptômes stagnants et que la violation elle-même ne survient pas soudainement, alors les prédictions peuvent être les meilleures, à condition que toutes les recommandations du médecin soient suivies. Même en cas de perte de conscience, mais en revenant à la réalité après quelques heures, on peut parler de la restauration probable de toutes les fonctions.

Si le patient après un accident vasculaire cérébral ne reprend pas conscience pendant plusieurs jours, un traitement prolongé et une rééducation avec paralysie totale ou partielle sont possibles. Avec un accident vasculaire cérébral, la mort est probable et le pronostic est le plus défavorable.

Au début, il peut y avoir une légère perte de sensibilité des membres d’un côté du corps. Très souvent, un accident vasculaire cérébral commence par de petites manifestations, auxquelles les patients ne prêtent pas suffisamment attention. Si un tel état est précédé par une forte augmentation de pression, un mal de tête grave, un comportement inadéquat et incontrôlable, il est sans danger de diagnostiquer un coup de cerveau, dont les conséquences peuvent être très différentes.

Paralysie du côté droit après un accident vasculaire cérébral

Se produit en violation du flux sanguin dans l'hémisphère gauche de la matière grise. Les symptômes sont plus expressifs et plus faciles à remarquer:

  • l'incapacité de répéter une phrase simple, une incompréhension du discours inversé;
  • mouvements involontaires et réflexes de membres paralysés;
  • parésie ou paralysie des nerfs de la face, des membres avec risque de paralysie complète;
  • comportement inapproprié, sautes d'humeur, isolement ou dépression.

Avec un accident vasculaire cérébral de ce type, les chances de guérison du patient sont très élevées. En règle générale, les conséquences sont beaucoup moins fréquentes et les patients guérissent rapidement.

Paralysie du côté gauche après un accident vasculaire cérébral

Les troubles du flux sanguin dans l'hémisphère droit du cerveau sont plus graves, étendus, leurs conséquences sont assez graves. Lorsqu'un accident vasculaire cérébral est observé dans ce cas:

  • immobilité des membres du côté gauche du corps ou parésie du côté gauche du visage;
  • engourdissement du côté gauche du corps ou diminution sensible de la sensibilité;
  • détérioration des organes de la vision.

Avec un coup de ce type, l'empêchement de la parole ne se manifeste pratiquement pas. C’est la principale cause de diagnostic tardif et d’apparition de conséquences néfastes et irréversibles associées à une perte auditive complète et à une paralysie complète.

Accident vasculaire cérébral

En raison d'une violation du passage des influx nerveux, une contraction involontaire et incontrôlée des muscles des membres supérieurs peut être observée. La parésie ou l'immobilité totale n'est pas le verdict final, et il est tout à fait possible de rétablir l'activité de la main. Les médecins prescrivent le massage des muscles et des articulations, effectué par un spécialiste. Aux premiers stades de la récupération, il est conseillé de modifier plus souvent la position du membre affecté.

Pour obtenir des informations plus complètes sur les conséquences d'un accident vasculaire cérébral, pour comprendre à quelle vitesse le visage et le corps se rétablissent et ce qu'il faut faire pour réhabiliter et supprimer efficacement la paralysie et la parésie, contactez un centre de traitement des AVC dans votre ville.

Paralysie après un AVC

La paralysie après un accident vasculaire cérébral est l'événement le plus fréquent. Ce n'est pas une phrase, mais une épreuve, à la fois pour le patient et pour ses proches parents. En règle générale, la paralysie affecte la partie du corps du patient qui est opposée à la partie endommagée du cerveau. Ainsi, si l'hémisphère droit est endommagé, le côté gauche du corps sera paralysé, et inversement. Ce fait est logique.

La paralysie complète d'un côté du corps, y compris des muscles du visage et de la langue, est appelée «hémiplégie» en médecine et l'affaiblissement des muscles (paralysie partielle) est appelé une hémiparésie.

Code CIM-10

Causes de l'AVC après l'AVC

La paralysie après un AVC survient à la suite d'une perturbation du processus de sortie du sang dans la partie du cerveau à la suite d'une rupture ou d'un blocage de l'artère. La rupture de l'artère cérébrale peut résulter de:

  • anévrisme cérébral;
  • l'hypertension;
  • lésion cérébrale traumatique grave.

L'occlusion vasculaire (sténose) peut être le cas:

  • thrombose, lorsqu'un caillot de sang brisé ferme le vaisseau, bloquant l'accès de l'oxygène aux tissus cérébraux;
  • embolie, lorsqu'un thrombus détaché avec du sang coule dans les artères du cerveau.

Il est nécessaire d'identifier les principaux facteurs de risque contribuant au développement de l'AVC, à savoir:

  • chiffres d'hypertension artérielle;
  • cholestérol sanguin élevé;
  • l'obésité;
  • l'athérosclérose;
  • condition stressante;
  • la présence de mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);

Il est très important d'éliminer au maximum les raisons susmentionnées, car elles provoquent dans la plupart des cas le développement d'un accident vasculaire cérébral.

Symptômes de l'AVC après l'AVC

Le danger d'un accident vasculaire cérébral est averti par les symptômes suivants:

  • mal de tête soudain, vertiges;
  • faiblesse grave qui peut se manifester sur un côté du corps. Essayez de lever les deux mains au-dessus de votre tête, et si une main commence à tomber involontairement, alors vous avez un accident vasculaire cérébral;
  • des nausées et des vomissements;
  • engourdissement des bras, des jambes, des muscles faciaux;
  • hypertension artérielle, pouls;
  • mauvaise vue, perte de l'audition;
  • perte de coordination des mouvements, marche, vertiges;
  • manque de pensée logique et de discours;
  • convulsions possibles des membres du côté opposé du foyer;
  • perte de conscience;
  • sensation de fatigue, mauvais sommeil, dépression.

En raison de la localisation, de l'étendue des troubles circulatoires, les symptômes de la maladie peuvent être exprimés de différentes manières. Dans la pratique médicale, il existe une forme favorable d’attaque cérébrale lorsque la conscience du patient revient immédiatement ou après quelques heures. Après le traitement de patients avec un tel pronostic, presque toutes les violations des fonctions cérébrales sont restaurées. Forme progressive ou accident vasculaire cérébral grave, à la suite de laquelle la conscience revient au patient après trois jours ou plus. Dans ce cas, l'évolution de la maladie s'accompagne de symptômes supplémentaires, un second accident vasculaire cérébral est possible et, dans 70% des cas, une paralysie totale ou partielle après un accident vasculaire cérébral se produit immédiatement. Un accident vasculaire cérébral soudain peut être fatal.

Paralysie du côté gauche après un accident vasculaire cérébral

En cas de paralysie après un accident vasculaire cérébral du côté gauche du corps, des processus pathologiques se déroulant du côté droit opposé du cerveau sont observés. Le cortex cérébral contient des centres qui limitent la fonction de contrôle du corps humain. Extérieurement, les deux hémisphères du cerveau sont symétriques l'un par rapport à l'autre. Cependant, la plupart des centres ne sont situés que dans un seul hémisphère. Le centre du cerveau, "responsable" de la fonction de libre circulation, est situé dans le gyrus central de sa partie pariétale et est symétrique. Ainsi, le côté droit de l'hémisphère cérébral contrôle les mouvements sur le côté gauche du corps, tandis que le côté gauche contrôle les mouvements du côté droit. Voici le centre responsable du mouvement des pieds, des muscles, des jambes, des cuisses et des expressions faciales.

Il existe un tel facteur qu'un accident vasculaire cérébral avec une paralysie du côté gauche du corps se produit assez longuement, laissant derrière lui de graves conséquences. En médecine, il existe trois règles "hemi". C'est:

  • hémiplégie ou paralysie du bras gauche, de la jambe, parfois du côté gauche des muscles du visage;
  • L'hémistesion est une violation de la sensibilité du côté gauche de tout l'organisme.
  • hémianopsie - lésions du système visuel du corps.

En règle générale, en cas de paralysie du côté gauche, le patient ne présente pas de trouble de la parole. C'est pour cette raison que la maladie est diagnostiquée trop tard et entraîne des conséquences irréversibles. Il s'agit d'une défaillance complète du membre gauche, d'une perte auditive, d'une paralysie de l'œil gauche. La paralysie du côté gauche se produit beaucoup plus souvent que la paralysie du côté droit. Selon les statistiques médicales, ils représentent 60% de la proportion totale d'accidents vasculaires cérébraux. La paralysie après un AVC du côté gauche est beaucoup plus difficile à soigner. Par conséquent, un diagnostic correct et des premiers soins en temps opportun peuvent prévenir les conséquences graves de la maladie.

Paralysie du côté droit après un accident vasculaire cérébral

L'apparition d'une lésion de vaisseaux cérébraux (hémorragie) dans l'hémisphère gauche entraîne une paralysie du côté droit ou du côté droit. Les symptômes d'une lésion du côté droit sont exprimés très clairement, il est beaucoup plus facile de les reconnaître que du côté gauche.

Les patients présentent les signes et symptômes suivants:

  • aphasie motrice - perte partielle ou totale de la parole, mauvaise prononciation, incompréhension de la parole des autres. Ce symptôme est un signe clair d'un coup droit du côté droit;
  • on observe une synkinésie (mouvements involontaires des membres paralysés du niveau réflexe);
  • violation de la pensée logique, de la mémoire, de l'impossibilité de lire et d'écrire;
  • paralysie du nerf facial, des membres et même paralysie complète de tout le corps;
  • atrophie des fibres musculaires (manque d'activité motrice), mauvaise coordination des mouvements;
  • violation de l'état psychologique. Il y a un comportement inadéquat, des sautes d'humeur, une dépression excessive, un isolement, de l'anxiété ou une dépression.

Détection de la maladie dans sa phase initiale, les premiers soins opportuns donnent une chance pour un processus de guérison favorable.

Les médecins pensent que la paralysie après un AVC du côté droit a moins d’effets et est plus facilement tolérée par les patients. Beaucoup de patients reprennent une vie bien remplie après un traitement et une rééducation réussis. Ceci est démontré par les statistiques scientifiques et médicales.

Paralysie de la main après un AVC

La paralysie après un AVC perturbe le fonctionnement normal de la main. Il y a spasticité des muscles, c'est-à-dire leur contraction réfléchissante, résultant d'une violation de l'influx nerveux.

Restaurer le travail de la main est bien réel. Il est nécessaire d'effectuer tous les rendez-vous et les recommandations du médecin. Par exemple:

  • Changer la position de la main aussi souvent que possible;
  • Effectuer une série d'exercices visant à réchauffer les muscles et les articulations;
  • Masser les muscles de la main avec un léger coup dans une direction;

Une attention particulière doit être portée à la température ambiante. Il devrait être confortable, avec une priorité claire de fraîcheur. Surveillez votre respiration, tous les exercices visant à la spasticité musculaire devraient être exhalés.

Premiers signes

Les premiers signes de la maladie dépendent directement de la partie du cerveau à risque. Si des violations se sont produites dans la partie gauche du corps, les premiers signes peuvent être trouvés sur le côté droit du corps. Les tout premiers signes classiques sont:

  • nausée, souvent accompagnée de vomissements;
  • mal de tête soudain;
  • forte chute de pression;
  • engourdissement et perte de sensation des doigts, des mains, des pieds;
  • perte de conscience;
  • comportement inapproprié du patient.

Lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent, le patient doit être immédiatement traité. Un repos complet, de l'air frais, un contrôle de la pression artérielle sont nécessaires et, en cas d'augmentation, des médicaments tels que le furosémide, le corinfar, le capot, ainsi que 2-3 comprimés de glycine, de phénazépam ou de Relanium sont utilisés. Après l'arrivée de l'ambulance, le médecin prescrira le traitement principal.

Parfois, il est très difficile de reconnaître les premiers signes de la maladie. Par exemple, si nous sommes à l'autre bout de la ligne, nous parlons au téléphone avec un être cher et nous entendons des plaintes de malaise. À ce stade, vous devez déterminer s’il existe des premiers signes d’un accident vasculaire cérébral? La seule raison qui peut être reconnue immédiatement est un trouble de la parole. Vous devez poser les questions suivantes:

  • Vous sentez-vous la force dans vos bras et vos jambes?
  • Y a-t-il un engourdissement des membres?
  • l’état de la vue, il peut se détériorer brusquement ou une double vision peut apparaître.
  • Y a-t-il des maux de tête ou des vertiges?

Si de tels signes apparaissent, appelez immédiatement une ambulance afin d'éviter toute paralysie après un AVC!

Complications et conséquences

  • paralysie après un accident vasculaire cérébral, qui peut en souffrir les muscles du visage, des bras, des jambes et d’un côté du corps. Dans certains cas, il peut y avoir une paralysie complète du corps;
  • incoordination, perte d'équilibre;
  • dysphagie ou difficulté à avaler observée chez 50% des patients;
  • aphasie sensorielle, problèmes de prononciation, de compréhension des mots, de lecture et d'écriture;
  • déficience visuelle, qui se manifeste par des images fantômes ou, au contraire, par la perte de vision de la moitié du sujet. Par exemple, quand un patient voit de la nourriture sur seulement la moitié de l’assiette;
  • fatigue chronique, manque de sommeil;
  • perte de capacités mentales, mauvaise mémoire, incapacité à former une pensée, à comprendre des choses élémentaires, difficulté à se concentrer;
  • perte de certaines compétences, complexité de la perception, incapacité à analyser les événements. Par exemple, le patient n'est pas en mesure de déterminer l'heure en regardant l'heure;
  • sautes d'humeur, émotions incontrôlables;
  • le contrôle de la miction est affaibli; c'est la conséquence la plus courante après un AVC chez la plupart des patients;
  • force ou faiblesse des sensations, par exemple augmentation ou diminution de la sensibilité aux odeurs, au goût, à la couleur, etc.

Des complications

Selon les statistiques médicales, la paralysie après un AVC est presque toujours accompagnée d'un handicap, qui peut être temporaire ou durer toute la vie. Tout dépend de la partie du cerveau qui a souffert et du temps pendant lequel il n'y a pas eu de circulation sanguine dans le cerveau. Habituellement, les complications peuvent être assez graves, et ceci est facilité par la faible activité du corps au cours du processus de la maladie. La condition la plus importante pour le patient est un état de repos et un minimum de mouvement, ce qui peut entraîner:

  • Les escarres se forment sur les zones du corps qui sont étroitement en contact avec le lit du patient. C'est un symptôme très dangereux qui peut ensuite se transformer en mort tissulaire. Dans ce cas, l'opération est inévitable. Pour éviter cela, il est nécessaire aussi souvent que possible de tourner doucement le patient en supprimant tous les plis possibles sur la literie. Le linge de lit doit être propre et sec. Si, néanmoins, les escarres commencent à apparaître, placez le patient sur un matelas en lin rempli de mil. Vous pouvez utiliser un matelas bourré de foin frais. Cette procédure contribuera à améliorer la circulation de l'air et à éviter les escarres.
  • Le développement de la pneumonie. C’est la complication la plus dangereuse qui se produise à l’origine du fluide stagnant dans les poumons du patient. Les expectorations dans les bronches qui en résultent passent dans les poumons, entraînant une inflammation des poumons. Pour éviter cela, il est nécessaire de planter soigneusement le patient et, si cela n’est pas possible, au moins le soulever. Il doit toujours y avoir de l’air frais dans la salle.
  • Thrombose Complication mortellement dangereuse, à la suite de laquelle les vaisseaux sédentaires dans les membres sont obstrués par des caillots sanguins. Dans le cas où il est interdit au patient de bouger, vous devez faire un léger massage des membres.
  • Perte de sensation Le patient ne réagit pas aux stimuli externes, tels que le froid, la chaleur, des fourmillements, etc. Les sensations ne sont localisées que dans une partie du corps. En conséquence, le patient ne peut pas servir indépendamment, c'est-à-dire manger, boire, bouger. La procédure de récupération de tels patients doit obligatoirement être convenue avec le médecin et être effectuée strictement sous le contrôle d'infirmières.
  • Violation de la pensée logique et de la psyché. Ceci est un phénomène assez commun qui se produit dans le contexte des troubles circulatoires du cerveau. En conséquence, les fonctions de la parole, de l'intelligence et de la logique sont réduites. L'état émotionnel du patient, les explosions d'agression et le comportement inadéquat du patient sont perturbés.

Les proches parents qui ont assumé la responsabilité de la vie du patient auront besoin de beaucoup de force, d’énergie et de patience. Seulement dans leur pouvoir de réduire au minimum toutes les complications et de mettre au plus tôt un être cher sur ses pieds.

Diagnostic d'un AVC après un AVC

Le diagnostic de la paralysie après un accident vasculaire cérébral doit nécessairement inclure les points suivants:

  • récupération des principaux symptômes de la maladie, cause et moment de son apparition;
  • examen complet avec ordinateur et imagerie par résonance magnétique;
  • vérification de la présence de réflexes sur les bras, les jambes, les muscles du visage, le système musculo-squelettique;

Les diagnostics devraient être rapides. Au cours de l'examen du patient, le médecin doit déterminer quelle partie du cerveau a été touchée, s'il y a eu blessure à la tête, exclure complètement d'autres maladies possibles, telles qu'une tumeur au cerveau, une réaction au médicament, etc. Il est important d'identifier le fait d'hémorragie cérébrale et la gravité de la maladie. Parfois, il est nécessaire de vérifier la présence de petits cristaux de thrombus dans les vaisseaux sanguins de l’œil. Pour cette utilisation ophtalmoscope.

Il est difficile de diagnostiquer la paralysie après un accident vasculaire cérébral si une personne est inconsciente. Il peut y avoir divers symptômes et causes similaires à d’autres maladies apparentées. Par conséquent, pour établir le diagnostic correct, il est nécessaire de faire appel à un spécialiste expérimenté, idéalement - il s’agit d’un médecin - d’un neuropathologiste.

Des analyses

Un test sanguin montre toutes les informations sur la coagulation sanguine, les taux de sucre et les indicateurs chimiques de base. Ceci est une information importante pour les patients après une paralysie après un AVC. Du test sanguin dépendra de ce que sera le traitement ultérieur et la réhabilitation. Par conséquent, les patients sont encouragés à faire

  • analyse biochimique du sang, qui montrera le contenu en bilirubine, glucose, urée, créatinine, électrolytes, électrolytes.
  • un test sanguin pour l'étude du système de coagulation (coagulogramme), qui montrera le contenu de fibrinogène.
  • analyse d'urine sans échec

Diagnostics instrumentaux

Un point important au stade du diagnostic est le diagnostic instrumental, avec lequel vous pouvez non seulement déterminer la nature et l'étendue de la lésion, mais également déterminer la cause de la maladie.

La méthode la plus courante de diagnostic instrumental est

  • La tomodensitométrie, avec laquelle vous pouvez déterminer le type d’AVC, permet d’identifier la présence et la taille de l’hémorragie.
  • angiographie de vaisseaux, un complément obligatoire à la tomographie par ordinateur. La méthode aux rayons X révèle l'état pathologique des vaisseaux, leur rétrécissement ou leur blocage, le degré et la place de l'anévrisme (expansion). Cette méthode de recherche présente un inconvénient: son caractère invasif, car lors de l'examen, un cathéter contenant un agent de contraste est inséré dans l'artère de la cuisse, après quoi une étude est réalisée. L'angiographie n'est utilisée que dans des cas extrêmes lorsqu'il est nécessaire de préciser la source du saignement. Souvent, cette méthode est utilisée avant la chirurgie.
  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) vous permet de visualiser une image couche par couche des tissus et des structures cérébrales et d'identifier les violations, les tumeurs et les hémorragies. Par rapport aux diagnostics informatiques, l'IRM fournit des informations plus précises, car ce type d'examen crée une image 3D du cerveau.
  • Une échographie aidera à détecter la présence de caillots sanguins et le rétrécissement des artères.

Pourquoi paralyser la jambe après un accident vasculaire cérébral

Paralysie des membres à la suite d'un AVC

L'accident vasculaire cérébral est une lésion de structures individuelles ou de tissus cérébraux. En conséquence, des changements fonctionnels se produisent dans cet organe, qui affectent davantage les processus du corps contrôlés par le système nerveux. Un accident vasculaire cérébral peut être ischémique ou hémorragique. Dans le premier cas, nous parlons de restreindre le flux sanguin d'une certaine genèse, ce qui entraîne une diminution de la respiration des tissus et devient conditionnellement la cause du développement de modifications nécrotiques à l'avenir. Dans le second cas, il s'agit d'une hémorragie dans le tissu cérébral. Une telle violation de l'hémodynamique des structures d'activité nerveuse supérieure peut être le résultat d'une exposition à un certain nombre de raisons.

Lorsqu'une telle hémorragie survient lors d'un AVC hémorragique, les conséquences peuvent être très variées. Ils dépendent de la localisation de la lésion et des fonctions de la structure anatomique qui en a souffert. Plus l'hémorragie est forte, plus la structure fonctionnera mal. Il arrive souvent que l’intensité de la région du cerveau ne diminue pas, mais disparaisse. Dans de telles situations, des mesures de réadaptation à grande échelle et à long terme sont mises en œuvre pour restaurer ces fonctions.

La paralysie et la parésie de parties du corps humain sont assez courantes dans la période post-AVC. Se produire à la suite d'hémorragies dans différentes parties de la région occipitale du cerveau. Les paralysies des membres inférieurs sont relativement courantes et peuvent avoir des manifestations différentes, en fonction de l'ampleur de la perte de sensibilité et de la capacité de récupération ultérieure sous l'influence d'outils de rééducation. Cela peut se manifester par une perte partielle des sensations des structures superficielles et profondes ou par une incapacité totale à recevoir et à conduire les impulsions nerveuses. Dans de telles circonstances, le pied ne ressent absolument rien, les mouvements dans cette zone ne sont pas effectués.

Paralysie périphérique et centrale

La paralysie post-AVC des membres inférieurs, selon la genèse de la lésion, peut être centrale et périphérique. Dans le premier cas, l'état pathologique se manifeste par des conditions dans lesquelles les fibres musculaires sont dans un état de tension constante. Selon l'emplacement des dommages les plus importants, l'un ou l'autre groupe de fibres motrices peut être plus ou moins brisé. Cela se produit à la suite de dommages causés au premier neurone des arcs réflexes. Cette structure anatomique est située dans la matière grise du cerveau, de sorte que l'étiologie de la maladie est compréhensible. Une paralysie centrale maintient les muscles dans une hypertonie constante. En l'absence de thérapie de rééducation dans cette direction, la spasticité se développe avec le temps dans de tels endroits, jusqu'à une perte complète des capacités fonctionnelles. Par conséquent, une telle paralysie est également appelée spastique.

La paralysie périphérique est également une conséquence de la survenue de lésions cérébrales par un dysfonctionnement de son hémodynamique. Contrairement à la centrale, dans laquelle l'influx nerveux peut pénétrer dans les tissus sous une forme pathologiquement transformée (générée par la moelle épinière, pas le cerveau), avec une paralysie périphérique, les signaux envoyés à la zone touchée ne parviennent pas du tout. Cela conduit à une absence complète d'activité motrice de cette région anatomique ou à une réduction significative de son potentiel fonctionnel. Dans ce cas, la thérapie de restauration et la rééducation, qui visent à améliorer l'état général du patient, ne sont pas toujours efficaces.

Comment prévenir le développement de la paralysie

Le développement de la paralysie, qui survient à la suite d'un état post-AVC, peut être prévenu en mettant en place des moyens spécialisés de traitement de réadaptation. Immédiatement après un traumatisme sanguin du tissu cérébral, de nombreuses violations de l'activité fonctionnelle de certaines zones du corps humain se produisent généralement. Cela oblige le patient à rester au lit. La thérapie de réadaptation pendant cette période est effectuée, mais elle a plus de directions pharmacologiques. L’exercice, même de faible intensité, peut nuire à l’état général du fait que, dans de nombreux cas, les signes vitaux ne se stabilisent pas complètement.

Parlant de la façon de développer une jambe paralysée après un accident vasculaire cérébral, à partir de quelques semaines après le début de la maladie, il convient de noter qu’au cours de cette période, l’éventail des traitements curatifs s’est considérablement élargi. Le traitement médical se poursuit, mais il est souvent associé à une gymnastique passive des membres affectés. Cela fait référence à l'utilisation d'un effort physique d'intensité modérée, qui est produit en utilisant un stress mécanique externe. Comme le patient dans ces conditions est trop faible et ne peut pas effectuer de telles actions de manière indépendante, de tels exercices passifs doivent être effectués avec l’aide des proches du patient ou du personnel médical de l’institution médicale où il se trouve.

Le processus de restauration du corps et de prévention de la paralysie dans la période de récupération post-AVC nécessite une période de rééducation suffisamment longue. Dans ce cas, les patients réapprennent à marcher car souvent ces fonctions sont perdues après une blessure. La formation se déroule souvent avec l'aide d'une aide extérieure. Dans le même temps, le soutien moral et la participation au processus de récupération des proches du patient, contribuant à l'amélioration de l'état psychosomatique général du patient, sont importants.

Massage de la jambe paralysée

Le massage est un élément important du processus de réadaptation après un accident vasculaire cérébral. Son utilisation permet de prévenir ou dans une certaine mesure la paralysie des jambes ainsi que d’autres conséquences de ce type survenant après une lésion cérébrale. Les séances de la procédure ont également un effet prophylactique de l'apparition de certaines pathologies de la période post-AVC, améliorent le bien-être général, régularisent les paramètres hémodynamiques, etc.

Les massages sont recommandés non pas immédiatement après un AVC, mais après un certain temps, lorsque le corps commence à se rétablir de manière indépendante. Si nous parlons de pathologie cérébrale ischémique sans complications majeures, un traitement de réadaptation peut être effectué pendant 2 à 4 jours. Après une pathologie hémorragique, le massage est effectué au plus tôt 6-8 jours. Le nombre de séances, les caractéristiques individuelles de leur comportement sont déterminés en fonction de l'état du patient et sont nommés par le réhabilitologue.

Avant de procéder à des massages de la partie paralysée du corps, le patient doit prendre une douche puis se sécher soigneusement. Pendant la session dans la salle, vous devez surveiller le respect d'une température favorable. Cela aide à détendre le patient. Après le massage, il est recommandé de se reposer pendant environ 20-30 minutes afin que le corps retrouve sa force perdue. Après tout, à la suite d’une blessure grave, le corps est très appauvri et tout exercice physique, même de faible intensité, est perçu comme un fardeau important.

Pourquoi la douleur survient

Le symptôme le plus courant après un AVC est la douleur. Il peut avoir une localisation, une gravité et des caractéristiques différentes des manifestations morphologiques, ainsi qu'une origine centrale et périphérique. Parlant de la dernière affirmation, il fait référence à la section anatomique du système nerveux, le foyer pathologique dans lequel provoque une sensation de douleur.

La douleur dans une jambe paralysée après un accident vasculaire cérébral est généralement considérée comme parétique. Il exprime sa plus grande manifestation lorsque les structures frappées commencent les processus de régénération. D'un point de vue morphologique, de telles sensations désagréables se produisent lorsque le cerveau commence à envoyer des impulsions nerveuses aux fibres musculaires. Ces derniers, en raison de leur incapacité à fonctionner normalement, agissent selon les mécanismes pathologiquement modifiés correspondants, qui provoquent à leur tour des sensations de douleur du membre paralysé.

En général, cette douleur est un signe relativement positif, car elle indique le début du processus de réadaptation. La sensation de cette genèse peut être renforcée par divers facteurs externes, tels que les mouvements, les blessures, les troubles psychosomatiques, etc.

Des informations sur les causes de paralysie des jambes après un accident vasculaire cérébral peuvent être trouvées ici http://insult-med.com/posle/posledstviya/konechnosti/nogi

Remèdes populaires pour la paralysie

Parallèlement à la rééducation et à la pharmacothérapie, on utilise souvent diverses méthodes traditionnelles pour traiter les complications de la paralysie des jambes. Ce sont le plus souvent des substances d'origine naturelle, qui exercent leur influence par contact externe ou interne avec le corps affecté.

Les méthodes traditionnelles permettant de gérer les conséquences d'un accident vasculaire cérébral sont, par exemple, l'utilisation de:

  1. Plantes médicinales à partir desquelles font des teintures ou des compresses. Le deuxième composant du mélange est le plus souvent l'alcool médical.
  2. Le lait, parce qu'il a un effet hypotonique, c'est-à-dire empêche le développement d'une rechute d'un accident vasculaire cérébral. Environ 200 ml sont utilisés oralement tous les soirs avant le coucher.
  3. Solution à base de mumiyo, de pastilles d’herbe de marais et de rhizomes de valériane. Il est rempli d'eau tiède puis infusé dans un endroit sombre et sec. Il est utilisé trois fois par jour sous forme chauffée.
  4. Un mélange d'infusion de miel, de menthe et de champignons du thé. Après la cuisson, appliquez les cours.
  5. Traitement aux huiles essentielles. Par exemple, l'huile d'ylang-ylang ou l'huile d'arbre à thé est ajoutée au bain avec quelques gouttes pour ceux qui se trouvent dans la zone touchée.

Ce n'est pas une liste complète des outils utilisés pour la paralysie des jambes après un accident vasculaire cérébral. L'efficacité de ce traitement, ainsi que sa faisabilité à ce jour n'a pas été prouvée. Cependant, l’utilisation de telles méthodes améliore l’état général du patient, ainsi que la dynamique de développement des processus de récupération. Si les moyens de la thérapie folklorique ne sont pas combinés à la thérapie pharmacologique, ainsi qu'aux procédures de rééducation, l'efficacité de cet effet est hautement discutable.

Parésie après accident vasculaire cérébral

Récupération après un accident vasculaire cérébral. Les conséquences

Les troubles de la circulation cérébrale (accidents vasculaires cérébraux) sont l’une des causes les plus fréquentes d’invalidité et de décès parmi la population. Sur les 100 patients victimes d'un AVC, 35 à 40 personnes meurent dans les 3-4 premières semaines. Selon des chercheurs européens pour 100 000 habitants, il y aurait 600 patients avec les conséquences d'un accident vasculaire cérébral. 60% d'entre eux sont désactivés. En Russie, plus de 400 000 coups se produisent chaque année. Patients ayant survécu à un accident vasculaire cérébral. nécessité de procéder à diverses mesures de rééducation, observation par un médecin de famille ou local, une clinique de neurologie, soins des organes sociaux, soins de la part de parents et d’amis. Seuls les efforts conjugués de thérapeutes en réadaptation, de médecins de polycliniques, de travailleurs sociaux, de parents et d'amis permettront aux patients après un AVC de rétablir complètement ou partiellement les fonctions altérées, l'activité sociale (et dans la plupart des cas et la capacité de travail), de rapprocher la qualité de vie de la période précédant l'AVC.

Effets de l'AVC

1. Paralysie et parésie.

Les conséquences les plus fréquentes des accidents vasculaires cérébraux sont des troubles du mouvement, généralement une hémiparésie unilatérale. Au cours de la période de récupération, il y avait une régression significative de la parésie des membres; un an après l’accident vasculaire cérébral, ils ont été observés dans 49,7% des cas. les malades. La restauration des mouvements a lieu principalement dans les 3 à 6 mois suivant un AVC - la période la plus efficace pour la rééducation. Les compétences difficiles du ménage et du travail récupèrent généralement plus longtemps.

La principale méthode de traitement de rééducation pour l'hémiparésie post-AVC est la kinésithérapie, qui comprend la gymnastique de rattrapage, la formation à la marche et les soins personnels, le biofeedback. La thérapie physique, le massage et l'électrostimulation de l'appareil neuromusculaire sont utilisés comme méthodes supplémentaires.

2. Changements dans le tonus musculaire des membres parétiques.

Habituellement, il s'agit d'une augmentation de la tonicité du type spastique, beaucoup moins - hypotension musculaire (principalement dans la jambe). La spasticité augmente souvent la gravité des troubles du mouvement et tend à augmenter au cours des premiers mois après un accident vasculaire cérébral. conduisant souvent au développement de contractures. Cependant, une spasticité légère ou modérée au premier stade de l'extenseur du membre inférieur contribue au contraire à restaurer la fonction de marche et une hypotonie musculaire, au contraire, empêche le passage à une position verticale.

Habituellement, il s'agit d'une augmentation de la tonicité du type spastique, beaucoup moins - hypotension musculaire (principalement dans la jambe). La spasticité augmente souvent la gravité des troubles du mouvement et tend à augmenter au cours des premiers mois après un accident vasculaire cérébral. conduisant souvent au développement de contractures. Cependant, une spasticité légère ou modérée au premier stade de l'extenseur du membre inférieur contribue au contraire à restaurer la fonction de marche et une hypotonie musculaire, au contraire, empêche le passage à une position verticale.

Baclofène (Liorezal) - un dérivé de l'acide gamma-aminobutyrique. Le mécanisme d'action est l'effet inhibiteur sur le système gamma qui régule l'état du tonus musculaire. Commencez à prendre du baclofène à petites doses: 0,01 à 0,015 par jour (0,005 à 2 à 3 fois par jour), en augmentant constamment la dose tous les 2-3 jours de 0,005 à 0,015 par jour. La dose thérapeutique moyenne pour la parésie spastique post-AVC est de 0,03 à 0,06 par jour, dans certains cas de 0,075. Effets secondaires - faiblesse générale, sensation de lourdeur dans la jambe parétique.

Sirdalud (tizanidine) est un relaxant musculaire efficace qui réduit simultanément la sévérité des spasmes musculaires douloureux. Il agit sélectivement sur les voies polysynaptiques dans la moelle épinière et réduit le flux d'excitation en alpha-motoneurones. La dose initiale de 0,001-0,002 par jour (en une ou deux doses). Augmentez la dose progressivement et avec précaution. La dose quotidienne optimale, prise en 2 à 4 doses, varie considérablement - de 0,002 à 0,014. Effets secondaires - faiblesse, somnolence, baisse de la pression artérielle, parfois accompagnée de malaise. Pour réduire les effets secondaires tout en maintenant un effet thérapeutique pour un certain nombre de patients, une combinaison de deux ou trois relaxants musculaires peut être recommandée. Il convient de rappeler que s’il existe une dissociation significative entre la spasticité prononcée du bras et une spasticité légère (ou une hypotension) de la jambe, la prise de relaxants musculaires est contre-indiquée.

Outre la prise de relaxants musculaires, des effets physiques sont également utilisés pour réduire la spasticité: thérapie de position (positionnement spécial des membres), massage sélectif, gymnastique passive, techniques de relaxation thérapeutique et gymnastique spéciales, acupression et acupuncture, thermothérapie (applications de paraffine et ozokérite) ou de cryothérapie (traitement par le froid). ), procédures hydrauliques.

En cas d'hypotonie musculaire, on utilise des méthodes de massage activant, l'électrostimulation, le traitement à la prozérine (de 0,5 à 1,0 à 2,0 à 2,5 mm d'une solution sous-cutanée à 0,05%, en augmentant progressivement la dose de 0,25 chaque jour, pendant 15 jours). -25 jours).

3. Troubles trophiques post-AVC.

Les patients développent souvent divers troubles trophiques: arthropathie des articulations des membres parétiques; "syndrome douloureux" associé à la subluxation de l'articulation de l'épaule; atrophie musculaire; escarres Le développement de l'arthropathie peut entraîner la formation de contractures dans lesquelles, en raison de douleurs aiguës dans les articulations, le nombre de mouvements actifs et passifs est considérablement limité.

Le plus souvent, les patients dans les 4-5 premières semaines après un AVC ont un «syndrome de la douleur à l'épaule», dans lequel deux facteurs peuvent jouer un rôle - les troubles trophiques (arthropathie) et la perte de la tête de l'épaule de la cavité articulaire due à l'étirement du sac articulaire, qui se produit sous l'influence de la gravité du bras parétique, et également en raison de la paralysie musculaire. Une douleur à l'épaule peut apparaître dans les premiers jours après un accident vasculaire cérébral. la plus grande douleur survient pendant la rotation et l'abduction de la main. Les rayons X et les études cliniques dans ces cas peuvent détecter l’émergence de la tête de l’articulation même après plusieurs mois et années après un accident vasculaire cérébral.

En plus des cas de lésions de l’articulation de l’épaule, une arthropathie est observée dans 15% des cas. hémiparésie post-AVC. Ils sont localisés principalement dans les articulations des doigts de la main parétique et du poignet, dans 45% des cas. étendre à d'autres articulations. Les arthropathies se développent en moyenne au cours des 2 premiers mois après un accident vasculaire cérébral. L’institut de recherche en neurologie de l’Académie des sciences médicales de Russie a mis au point un complexe pour le traitement des arthropathies post-AVC, y compris les procédures électriques analgésiques (courants diadynamiques, courants modulés de façon sinusoïdale, analgésie transcutanée, électrophorèse médicamenteuse, réflexologie d’acupuncture), ainsi que de méthodes améliorant le comportement des patients. ou ozokérothérapie, massage sous vide, hydromassage turbulent, hormones anaboliques). Le traitement est associé à des méthodes de restauration des mouvements (kinésithérapie, massage, etc.). Avec la chute de la tête de l'épaule montre portant un bandage de fixation, une stimulation électrique des muscles de l'épaule et la ceinture scapulaire. Il est recommandé de commencer le traitement immédiatement après l'apparition des premiers signes de changements trophiques au niveau des articulations (léger gonflement au niveau de l'articulation, douleur apparente lors des mouvements et pression exercée dessus, etc.). Aucun des patients qui ont subi un traitement opportun n'a pas développé de contractures.

Que faire si, après un AVC ischémique récurrent, la parésie de la jambe gauche progresse?

Bonjour Que faire si, après plusieurs AVC ischémiques, la parésie de la jambe gauche (surtout le matin) progresse?

Dans l'AVC ischémique, la parésie est due à une violation de l'influx nerveux de la région du cerveau touchée jusqu'aux membres opposés. Pour restaurer la fonction motrice, on utilise des médicaments agissant sur la région ischémique du cerveau, appartenant au groupe des nootropiques (Tsereton, Piracetam), des médicaments vasculaires (Kavinton, Sermion), des agents améliorant la conduction neuromusculaire, du groupe des inhibiteurs de la cholinestérase (Proserin, Neyromidine), Les vitamines B sont également utilisées (Neuromultivitis, Berokka).

L'une des principales mesures de rééducation est la gymnastique quotidienne. Plus la charge sur le pied est importante, plus la récupération va vite. La gymnastique peut inclure des exercices actifs en extension et en flexion des articulations des jambes, des mouvements circulaires, des exercices d'étirement avec une augmentation progressive de l'amplitude, du nombre de répétitions et de l'exercice. Dans les exercices suivants sont effectués avec une charge. En cas de faiblesse grave, la gymnastique est réalisée de manière passive, avec l'aide de parents. Pendant la période de récupération, les cours dans la piscine sont affichés, avec natation si possible. Afin de rétablir plus rapidement les membres, le massage et la physiothérapie sont prescrits: acupuncture, électromyostimulation, magnétothérapie, balnéothérapie, etc.

À mesure que vous récupérez, une douleur peut apparaître dans la jambe touchée, ce qui est un bon signe pronostique. Des médicaments antiépileptiques sont prescrits (gabapentine, finlépsine). En cas de spasticité, l'utilisation de relaxants musculaires est recommandée (Mydocalm, Sirdalud).

Les mesures de rééducation active sont très importantes pendant les 6 premiers mois après un accident vasculaire cérébral. Le membre affecté doit être impliqué le plus tôt possible dans les activités quotidiennes. Essayez de marcher plus, avec une parésie prononcée, utilisez divers moyens de rééducation, des marcheurs, des cannes. Le traitement doit être complet. Il est très important de ne pas être paresseux et de ne pas perdre espoir, le rétablissement sera certainement avec une thérapie active.

Traitement des remèdes populaires parésie

La parésie est due à la perte partielle de masse musculaire due à de graves lésions des fibres nerveuses. La parésie est divisée en fonctionnel et organique. Avec les types organiques de la maladie, il y a une probabilité de trouver la cause première de la parésie. ce qui initie des circonstances dans lesquelles l'influx nerveux n'atteint pas le muscle. La parésie fonctionnelle est caractérisée par des pathologies du processus d'excitation, du freinage, de leur équilibre et des manœuvres dans le cortex cérébral.

Les signes de parésie sont une augmentation du tonus musculaire, une augmentation des réflexes et la formation de pathologies des réflexes, ainsi que des mouvements les accompagnant.

Les raisons de l'apparition d'une maladie aussi dangereuse et douloureuse. Les conditions à l'origine de cette maladie peuvent être diverses maladies, par exemple l'apoplexie, l'encéphalite. hémorragies tumorales, migraine. sclérose en plaques, lésion des cellules de la moelle épinière, cerveau, inflammation infectieuse ou post-infectieuse, divers types de tumeurs et blessures.

Nous proposons un grand nombre de recettes et de méthodes de médecine traditionnelle.

Traitement de parésie d'argile

Pour le traitement nécessite une argile fertile purifiée sans sable et sans matières étrangères. Si vous avez acheté l'argile dans l'emballage, vous devez alors le diviser en petits morceaux et l'écraser. La poudre obtenue est tamisée à travers un tamis. Après cela, une solution de 20 grammes d'argile et de 150 ml d'eau non chaude est préparée. La solution obtenue est bue avant le petit-déjeuner pendant 15 à 20 minutes pendant 10 à 14 jours. Après ce parcours, il y a un intervalle de 10 jours entre les figures et, si vous le souhaitez, le parcours est répété. Cette boisson doit être alternée avec des infusions de plantes médicinales.

Le dosage de la boisson à partir d'argile doit être déterminé par la tolérance individuelle. Vous pouvez commencer à le boire avec une petite dose (0,5 c. À thé) et augmenter progressivement jusqu'à 2 c. À thé. pour la journée.

Également dans le traitement de la parésie utiliser le frottement de l'eau d'argile. Pour ce faire, mélangez 2 cuillères à soupe. argile avec un verre d'eau. Ensuite, il est nécessaire de prendre du coton, de bien tremper dans la solution résultante et de frotter la zone du corps touchée par la parésie. Cette procédure est répétée plusieurs fois par jour pendant 10 à 20 minutes. Pour augmenter l'effet, 2-3 gousses d'ail hachées sont ajoutées à cette eau. Les propriétés de l'argile sont miraculeuses, elle attire les scories et les toxines nocives vers elle-même, soulage de toute douleur, restaure le travail des cellules.

Que faire si, après un AVC ischémique récurrent, la parésie de la jambe gauche progresse?

Natalia:
Bonjour Que faire si, après plusieurs AVC ischémiques, la parésie de la jambe gauche (surtout le matin) progresse?

Réponse du docteur:
Bonjour Natalia
Dans l'AVC ischémique, la parésie est due à une violation de l'influx nerveux de la région du cerveau touchée jusqu'aux membres opposés. Pour restaurer la fonction motrice, on utilise des médicaments agissant sur la région ischémique du cerveau, appartenant au groupe des nootropiques (Tsereton, Piracetam), des médicaments vasculaires (Kavinton, Sermion), des agents améliorant la conduction neuromusculaire, du groupe des inhibiteurs de la cholinestérase (Proserin, Neyromidine), Les vitamines B sont également utilisées (Neuromultivitis, Berokka).

Que devez-vous savoir sur les conséquences et les complications d'un AVC?

La pathologie dans laquelle les cellules nerveuses du cerveau meurent s'appelle un accident vasculaire cérébral. La violation est due à une obstruction de la circulation sanguine à différents degrés de gravité.

Il existe de tels types de coups:

  1. AVC ischémique (infarctus cérébral) - se produit dans 80% des cas. Fondamentalement, les plaques d'athérosclérose, la thrombose, l'insuffisance cardiaque, les embolies, etc. sont considérées comme la cause des crises cardiaques. Cette espèce présente les projections les plus favorables en termes de rétablissement.
  2. AVC hémorragique - il s’agit d’une hémorragie sur six dans le cerveau. Il se développe à la suite de dommages à la paroi du vaisseau avec sa rupture ultérieure. Le contact direct avec le sang affecte de manière agressive les cellules nerveuses du cerveau et les endommage de manière irréversible. Après un accident vasculaire cérébral, ce type de décès survient dans 1/3 des cas.
  3. L'AVC mixte est une forme rare de pathologie. Est un hybride d'AVC ischémique et hémorragique. Dans ce cas, le diagnostic est difficile. Un traitement tardif mène à la mort.

À quoi s'attendre après l'impact?

Les effets des accidents ischémiques et hémorragiques sont très similaires. Comment sont-ils? Qu'est-ce qui cause l'infarctus cérébral?

Si un AVC ischémique est survenu, les conséquences sont les suivantes:

  1. Parésie ou paralysie des bras et des jambes.
  2. Problèmes de coordination.
  3. Incompréhension entendue.
  4. Perte de contrôle moteur.
  5. L'émergence de problèmes d'élocution.
  6. Perturbation ou perte totale de sensibilité au froid, à la chaleur et à la douleur.
  7. Incapacité à percevoir correctement les informations.
  8. Mauvaise perception de la parole et difficulté à se concentrer.
  9. Problèmes de compétences élémentaires (peigner, nouer des lacets, tenir une cuillère, etc.).
  10. Faire des actions inconscientes pouvant nuire au patient et à son entourage.
  11. Comportement passif et apathie. Le patient peut refuser le traitement.
  12. Perte de coordination et impossibilité de naviguer dans l'espace. Une personne peut aller et tomber. Ou il lui semble qu'il est paralysé des bras et des jambes.
  13. Amnésie.
  14. Démence.

Les conséquences apparaissent 3 à 4 semaines après la période aiguë de la maladie. C'est pendant cette période que sont déterminés les symptômes distants, qui se forment en fonction de la localisation de la lésion.

Les conséquences pour un AVC hémorragique sont les suivantes:

  1. Forte détérioration, pouvant entraîner une issue fatale. Il se produit avec une hémorragie étendue et des dommages aux zones vitales du cerveau.
  2. Coma avec le développement ultérieur de la mort.
  3. Paralysie des bras et / ou des jambes.
  4. Après le coma, une personne tombe dans la stupeur.
  5. Problèmes d'ingestion.
  6. Parésie des jambes et / ou des bras.
  7. Perte de capacité à penser logiquement.
  8. Bouts de douleur.
  9. Sortie de l'état végétatif et handicap profond subséquent.
  10. Perte totale ou partielle de la capacité de parler et de percevoir des informations.

Un type d'accident vasculaire cérébral hémorragique est l'hémorragie sous-arachnoïdienne. Cela se produit généralement à la suite d'une blessure à la tête.

Les effets les plus courants sont:

  1. Vasospasme et développement de l'ischémie.
  2. L'hydrocéphalie.
  3. Pathologie des organes et des systèmes.
  4. Altération de la mémoire et de l'attention.
  5. Maux de tête et nausée.
  6. L'épilepsie.
  7. Lorsque l'anévrisme peut se détériorer et subir un nouveau coup.
au contenu ↑

Quelles sont les complications de la pathologie?

Les accidents vasculaires cérébraux de tout type ne passent pas sans laisser de trace. Selon la gravité et la zone de localisation, les complications après un AVC peuvent être très lourdes, modérées et légères.

Avec un AVC hémorragique - plus de 80% des patients décèdent, après un infarctus cérébral - 40% des cas sont mortels, avec un type sous-arachnoïdien - jusqu'à 60%.

État soporeux

  1. L'état psychologique du patient est déprimé.
  2. Les élèves réagissent mal à la lumière.
  3. La douleur est réduite.
  4. Perte de conscience possible.
  5. Confusion et apathie.
  6. L'homme ne va pas au contact. Fondamentalement, la cause de cette condition est un coup droit.

Coma possible en cas de stupeur non traitée.

Le diagnostic opportun de sopor est important pour la nomination d'un traitement efficace. La déficience de conscience peut être identifiée par les résultats:

  1. Mesures de la pression artérielle.
  2. Evaluation de la réaction des pupilles à la lumière.
  3. Mesures du pouls et de la fréquence respiratoire.
  4. Mesure de température.
  5. Établissement de la présence de cinétique des globes oculaires.
  6. Examen de la peau pour détecter les manifestations d'allergies, la présence de blessures et l'évaluation de l'état vasculaire.

Une électroencéphalographie supplémentaire est réalisée, ce qui permet d’évaluer le fonctionnement des neurones. Lors de la confirmation de la faute, le patient doit être hospitalisé immédiatement.

Pour éliminer rapidement les symptômes d'anxiété, une solution de glucose à 40%, de thiamine et de naloxone est injectée par voie intraveineuse. À l'avenir, l'état pathologique est traité individuellement, le médecin choisit le schéma de traitement.

Oedème cérébral

Après un accident vasculaire cérébral, une affection grave telle que l'enflure du cerveau se développe souvent. Symptômes:

  1. Douleur intense à la tête.
  2. Vomissements et nausées.
  3. Plonge dans la mémoire.
  4. Perte de conscience
  5. Instable en marchant.
  6. Faiblesse et mains tremblantes.
  7. Discours brouillé.
  8. Crampes
  9. Stupor
  10. Problèmes de respiration.

L'œdème cérébral se développe dans les 48 heures suivant un accident vasculaire cérébral. La gravité maximale des symptômes survient dans les 3-5 jours.

Le diagnostic et le traitement comportent les étapes suivantes:

  1. La tomodensitométrie (CT) est effectuée pour déterminer l'étendue de l'œdème.
  2. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est réalisée.
  3. Un test sanguin est pris.
  4. Conduction de la douleur.
  5. Un traitement individuel est prescrit.

Dans les cas graves, lorsque le spécialiste n’a pas d’autre choix, une opération est programmée. L'intervention chirurgicale peut être réalisée:

  1. Trépanation - pour éliminer un caillot sanguin et assurer l'écoulement du liquide céphalo-rachidien.
  2. Endoscopiquement, en insérant un cathéter.

Cette dernière méthode est plus moderne, mais n’est pas montrée à tous les patients. Si le médecin prescrit une intervention chirurgicale, cela signifie que les autres méthodes de traitement ne peuvent pas conduire au résultat souhaité.

Pneumonie

Les principales raisons du développement de la pneumonie chez les patients victimes d'un AVC:

  1. En cas de violation des fonctions de déglutition, les aliments peuvent pénétrer dans les voies respiratoires. Cette complication conduit à une pneumonie par aspiration.
  2. Une immobilité prolongée et une stagnation de la circulation pulmonaire entraînent une pneumonie hypostatique.
  1. L'inflammation des poumons est traitée avec des antibiotiques.
  2. Pour les problèmes de déglutition, le patient est nourri artificiellement. L'hygiène buccale est contrôlée, le mucus et les expectorations sont retirés de l'oropharynx en temps voulu. Avec un état stable du patient, après un certain temps, la sonde est retirée et lui a appris à manger de manière autonome.
  3. Pour prévenir l’effondrement des sacs respiratoires (alvéoles), il est recommandé de gonfler les ballons. La respiration est ainsi restaurée et les parois du sac respiratoire sont écartées.
au contenu ↑

Paralysie

Les troubles de la motilité dus à un accident vasculaire cérébral peuvent être de deux types: paralysie - perte complète de l'activité motrice des bras et des jambes; la parésie est une perte partielle de la capacité de faire des mouvements.

La parésie et la paralysie neurologiques sont considérées comme des complications courantes d'un accident vasculaire cérébral.

Dans ce cas, le tissu musculaire du côté sous le contrôle de l'hémisphère affecté est complètement ou partiellement affecté.

  1. Paralysie centrale - l'activité motrice du patient est totalement ou partiellement altérée. Par conséquent, le patient présente une paralysie de tout le corps ou d’une certaine moitié de celui-ci. De plus, seul un bras ou une jambe peut être paralysé.
  2. Paralysie périphérique - le tonus musculaire est réduit, il peut être complètement perdu. Il y a aussi un manque de réflexes.

Le traitement de l'AVC ischémique comprend des méthodes telles que:

  1. Exercice thérapeutique.
  2. Massage visant à la récupération.
  3. Thérapie manuelle
  4. Assistance psychologique pour s’adapter à la vie après un état différé.
  5. Physiothérapie
  6. L'acupuncture
  7. Travailler avec un orthophoniste.
  8. Traitement chirurgical et médicamenteux.

Si le rétablissement survient à la maison, le contrôle du médecin traitant est requis.

Traitement de l'AVC hémorragique:

  1. La nomination de médicaments pour restaurer la choroïde du tissu cérébral endommagé.
  2. Une intervention neurochirurgicale est recommandée si nécessaire.
  3. Exclusion de toute charge.
  4. La restauration des bras et des jambes paralysés n’est possible qu’après le traitement principal.
au contenu ↑

Coup répété

Complication grave après un accident vasculaire cérébral est une hémorragie répétée. La rechute se développe dans le contexte du manque chronique d'oxygène dans les vaisseaux cérébraux.

Les autres facteurs importants sont:

  1. Tonus des vaisseaux.
  2. Effort physique intense.
  3. Maladies du système cardiovasculaire.
  4. L'hypertension.
  5. Maladies infectieuses.

Souvent, un AVC récurrent se développe en raison de l'attitude négligente de la personne envers sa santé. Par conséquent, la prévention et un mode de vie sain constituent la clé pour réduire le risque de réhémorragie.

Inflammation du système urinaire

Après un accident vasculaire cérébral, une rétention urinaire ou une incontinence urinaire peuvent se développer et, par conséquent, un cathétérisme de la vessie est réalisé, ce qui peut conduire au développement d'un processus inflammatoire dans le système urinaire.

  1. Lors de l'installation du cathéter, les règles d'asepsie sont primordiales.
  2. La vessie doit être lavée au moins 3 fois par jour.
  3. Urine bakposev tenue périodiquement.
  4. Traiter l'inflammation avec des antibiotiques.
au contenu ↑

Perte de mémoire

Après un accident vasculaire cérébral, une amnésie se développe si l'hémorragie a affecté les lobes temporaux du cerveau, car il existe des centres de mémoire.

  1. L'homme ne se souvient pas des événements récents.
  2. Événements distants perdus.
  3. Perte totale de souvenirs.

Pour traiter un patient souffrant d'amnésie, il faut un psychiatre, avec un traitement bien choisi, la fonction ménagère est rétablie.

Un coma après un accident vasculaire cérébral est la limite entre la vie et la mort. Cette complication est rare et constitue une maladie grave chez une personne. Les principaux signes de coma:

  1. Perte de conscience
  2. Absence de réponse aux stimuli.
  3. Violation du tonus vasculaire.

Un état comateux a les degrés suivants:

  1. Si les lésions cérébrales ne sont pas importantes, la personne se réveille dans les 3 heures. Il y a parfois une perte de conscience à court terme, mais la condition est caractérisée par une stabilité modérée. En même temps, il y a une léthargie et une somnolence. Dans ce cas, la prévision est favorable.
  2. Le patient a un sommeil profond, il n’ya pas de réaction aux stimuli, la respiration est bruyante et intermittente. Si la condition est observée jusqu'à plusieurs dizaines d'heures, puis se stabilise dans le futur, il y a de fortes chances pour que les fonctions soient restaurées.
  3. Lorsqu'un patient est complètement immergé dans un sommeil profond, sa température corporelle et sa pression sanguine diminuent, et une personne a besoin d'une stimulation artificielle. L'état du patient est grave, stable, les chances de récupération et de sortie sont minimes.
  4. Au quatrième degré du coma, la majeure partie du cerveau ne peut pas être restaurée. Fondamentalement, cette condition mène à la mort.
au contenu ↑

Escarres

Les escarres se développent souvent chez les patients présentant une paralysie des bras et des jambes, car ils mènent une vie sédentaire. Le danger de la pathologie est la mort des tissus aux cartilages et aux os.

  1. Changer la position du corps du patient toutes les 2-3 heures.
  2. Traitement de la peau. Deux fois par jour, le corps est frotté avec un esprit camphre chaud.
  3. Chaque jour, il est nécessaire de procéder à une inspection du corps.
  4. Un léger massage est effectué.
  5. Le patient doit organiser une bonne nutrition.
au contenu ↑

Troubles mentaux

L'état mental après un accident vasculaire cérébral est perturbé par des dommages à la partie frontale du cerveau. Les problèmes peuvent se manifester de la manière suivante:

  1. Symptômes névrotiques.
  2. Augmentation des caprices et des larmes.
  3. Affûtage des traits de caractère moyen et grave.
  4. Anomalies mentales graves.
  5. Démence sévère post-AVC.
  6. Troubles du sommeil
  7. Irritabilité.
  8. Méfiance et anxiété.

Il est nécessaire de traiter les troubles après avoir consulté un psychiatre et un neurologue. Seul un spécialiste est en mesure de sélectionner le traitement souhaité.

De Plus, Lisez Les Navires

Maladie du rein et hypertension

L'hypertension est la maladie cardiovasculaire la plus répandue. Selon les statistiques, l'hypertension rénale est diagnostiquée chez 10% des patients, en raison de maladies de l'organe responsable de la filtration du sang et de l'élimination des liquides.

Hémangiomes chez les enfants et les adultes: types de tumeurs et méthodes de traitement

Le grand problème de la modernité et le résultat de l'emploi éternel de la population, en particulier des femmes, étaient l'apparition fréquente de bébés présentant des lésions focales de la peau de couleur rouge ou couleur vin.

Rééducation à la maison après un infarctus du myocarde: éducation physique, régime alimentaire, médicaments

Une crise cardiaque survient lorsqu'un thrombus est bloqué par une artère coronaire et entraîne le maintien de certaines zones du cœur sans oxygène.

Elargissement du ventricule gauche du coeur

Pathologie du système cardiovasculaire - augmentation du ventricule gauche du cœur, se manifestant par une expansion et un épaississement des parois du ventricule.

Gliose du cerveau

Selon la définition de la gliose cérébrale, il n’est pas une maladie indépendante, mais seulement une conséquence du processus pathologique, à la suite duquel se produisent la mort des neurones et, partant, la destruction des structures du système nerveux central.

Méthodes d'examen du système cardiovasculaire

Actuellement, les statistiques médicales donnent des chiffres décevants - près de 60% des décès surviennent lors de maladies du système cardiovasculaire. Cela est principalement dû au traitement tardif des patients par les médecins.