Vous apprendrez de cet article: qu'est-ce qu'un microstroke, en quoi cela diffère-t-il d'un accident vasculaire cérébral important, comment le prévenir, identifier les premiers signes à temps et commencer le traitement nécessaire.

Un microstroke est un terme plutôt conditionnel, appelé violation aiguë de la circulation cérébrale, dans lequel des parties du cerveau souffrent de manque d'oxygène et meurent ou deviennent nécrotiques. Le principe de tout accident vasculaire cérébral ou circulation sanguine cérébrale est simple: il existe un blocage ou un spasme de vaisseaux qui alimentent le tissu cérébral, les cellules cérébrales meurent et une personne perd les fonctions dont la partie décédée du cerveau était responsable (parole, audition, vision, mouvement musculaire contrôlé).

La principale différence entre un micro-accident vasculaire cérébral se voit déjà dans le terme lui-même - "micro" ou petit. Avec ce type de troubles circulatoires cérébraux, les petites artères qui alimentent les tissus cérébraux sont touchées, ce qui explique pourquoi une quantité beaucoup plus petite de tissu cérébral est détruite par rapport à un accident vasculaire cérébral étendu.

Les conséquences de telles lésions microscopiques sont bien moindres, une personne peut presque totalement restaurer la fonction perdue de la parole, de l'audition ou du mouvement, mais cela nécessite d'excellentes réserves corporelles et un travail persistant sur soi-même.

Le principal aspect insidieux des micro-AVC réside dans le tableau clinique effacé - les premiers signes d'un micro-AVC se manifestent plus tard et plus lentement, ce qui retarde considérablement le début des mesures diagnostiques et thérapeutiques. Et plus on commence le traitement spécialisé des troubles circulatoires cérébraux, plus mauvais sont les résultats et les prévisions.

Habituellement, un neurologue s'occupe du diagnostic et du traitement de tout accident vasculaire cérébral. Cependant, le premier médecin auquel s'adressera un patient souffrant de microstroke peut être un médecin de n'importe quelle spécialité, en fonction de la nature des plaintes du patient - maux de tête, déficience visuelle, interruptions du travail du cœur, etc.

Causes de microstroke

Comme nous l'avons déjà mentionné, la cause principale de tout type d'accident vasculaire cérébral est l'un ou l'autre des obstacles à la circulation du sang qui transporte les nutriments et l'oxygène vers les cellules du cerveau. Classiquement, les causes de tels obstacles peuvent être divisées en trois groupes:

  1. Spasme des vaisseaux sanguins. Cette image est le plus souvent observée chez les personnes dont la pression artérielle est constamment élevée - l'hypertension artérielle. Cependant, un accident vasculaire cérébral peut également se produire chez une personne en parfaite santé, avec une pression toujours normale due au stress, à la prise de certains médicaments, à la déshydratation, au choc, etc. Une forte augmentation de la pression chez ces patients peut provoquer une microstroke et d’autres types de troubles circulatoires cérébraux.
  2. Fermeture des navires. La violation de la lumière du vaisseau entrave le flux sanguin - il se produit une privation d'oxygène des tissus. Une occlusion de vaisseau peut survenir avec une plaque d'athérosclérose ou de cholestérol, un caillot de sang, une bulle de gaz ou, moins fréquemment, un dépistage bactérien, une métastase ou un corps étranger.
  3. La rupture du navire d'alimentation. Les AVC formés de cette manière sont appelés hémorragiques. Le sang qui a coulé du vaisseau n’atteint pas seulement la "destination", mais imprègne également les tissus environnants, aggravant ainsi la défaite. La cause de la rupture du vaisseau peut être une poussée de pression, une athérosclérose des vaisseaux sanguins, une blessure à la tête, une violation du flux veineux sortant de la tête, par exemple une tentative d’asphyxie.

Groupes à risque pour le développement de la maladie

La médecine moderne a clairement identifié les patients dont la santé et le mode de vie augmentent considérablement le risque de développer des troubles circulatoires cérébraux:

  • Les personnes atteintes de maladies du système cardiovasculaire, en particulier celles qui souffrent de troubles du rythme cardiaque et d’hypertension artérielle.
  • Athérosclérose des vaisseaux sanguins - dépôt de sels de cholestérol sur la paroi interne des vaisseaux sanguins - formation de plaques.
  • Troubles de la coagulation du sang héréditaires et acquis - syndrome des antiphospholipides, polycythémie, anomalie du facteur de Leiden, etc.
  • L'obésité et l'utilisation de grandes quantités d'aliments gras et sucrés.
  • Le diabète.
  • Fumer et prendre de l'alcool à fortes doses.
  • Réception des contraceptifs oraux combinés par les femmes.
  • La période de ménopause chez les femmes, en particulier dans le contexte du syndrome de la ménopause sévère.
  • AVC et crises cardiaques dans le passé.
  • Prédisposition héréditaire et antécédents familiaux.
  • Mode de vie sédentaire - en particulier les patients alités.
  • Fatigue chronique, stress, détresse émotionnelle.

Symptômes de microstroke

Dans cette section, nous essaierons de décrire le plus tôt possible les premiers signes d’une manifestation de microstroke afin que le lecteur puisse assumer le développement de la maladie en lui-même ou en autrui.

Il serait immédiatement souhaitable de noter que, dans une microstroke, les symptômes dépendent directement de la localisation du foyer et du calibre du vaisseau affecté qui l’alimente. En termes simples, plus le vaisseau est petit, moins les premiers symptômes de la maladie sont fiables.

  • Mal de tête sévère. Un tel mal de tête se produit ou augmente assez rapidement, n'est pas éliminé par les pilules conventionnelles et ne passe pas après le sommeil ou le repos.
  • Engourdissement du visage, des membres, de la langue. En présence d'un accident vasculaire cérébral, il est souvent visible que le patient a un coin de la bouche, une lèvre se bloque et l'œil se ferme.
  • Dysfonctionnements des analyseurs sensibles - audition, odeur et vue. Le patient peut se plaindre du scintillement des «cercles» ou des «mouches», du flou des structures, des taches blanches et sombres, des acouphènes, de la déformation ou de la perte de l'odorat.
  • Troubles de la parole - la langue du patient s'emmêle, la parole devient floue. Malheureusement, ces patients sont souvent appelés «ivrognes». Ils commencent donc à recevoir de l'aide beaucoup plus tard.
  • Engourdissement ou "échec" complet des bras ou des jambes. Pour les accidents vasculaires cérébraux mineurs, un engourdissement des doigts et des mains, une faiblesse musculaire, des tremblements et une démarche instable sont plus caractéristiques.
  • Des symptômes courants tels que l'anxiété, la transpiration, les palpitations, l'essoufflement, les vertiges, la panique et la peur peuvent être ajoutés à ces symptômes typiques.

Ces symptômes peuvent être présents dans une égale mesure, ou quelqu'un va se démarquer. Dans tous les cas, un mal de tête qui n’est pas soulagé par les médicaments conventionnels, un engourdissement et un rejet des membres ou de la langue, en particulier en raison de l’hypertension artérielle, sont une raison suffisante pour consulter immédiatement un neurologue.

Il est important de comprendre qu'il est difficile de définir des concepts. Ces symptômes ont le droit d’être qualifiés de microstroke s’il est possible d’avoir des symptômes neurologiques similaires pendant une journée ou plus. Tout ce qui dure jusqu'à 24 heures est attribué aux désordres transitoires aigus de la circulation cérébrale, ou TIA, une attaque ischémique transitoire. En fait, la ligne de démarcation entre tous ces concepts est très mince et repose plutôt sur des conséquences à long terme - en d’autres termes, l’un ou l’autre des symptômes neurologiques persistera au bout de 24 heures.

Diagnostics

Le «gold standard» de toute violation de la circulation cérébrale est l'imagerie par résonance magnétique, ou IRM, du cerveau. Dans l'image, vous pouvez examiner en détail toutes les structures du cerveau et voir les plus petites - jusqu'à une fraction de millimètre - les lésions. À l'aide de l'IRM, il est également possible de suivre la dynamique de régression ou de «résorption» des foyers pathologiques.

Mais l'IRM est une méthode de recherche rare, inaccessible et extrêmement coûteuse, et il est extrêmement difficile et peu pratique de la réaliser d'urgence pour tout patient souffrant de maux de tête. C'est pourquoi il existe un certain nombre de tests indicatifs, dont les résultats peuvent être utilisés pour évaluer la nécessité de cette méthode de recherche pour un patient particulier:

  1. Examen d'un neurologue lors de tests neurologiques spécifiques pour évaluer la stabilité du patient, l'état de ses muscles, ses réflexes, ses pupilles.
  2. Mesurer la pression et le taux de cholestérol - plus ces chiffres sont élevés, plus le risque d'accident vasculaire cérébral est élevé.
  3. Détermination de la coagulation sanguine - en présence de certaines tendances à une coagulation sanguine accrue - hypercoagulation - le risque de formation de caillots sanguins dans les vaisseaux cérébraux est plus élevé.

Premier diagnostic d'accident vasculaire cérébral à domicile

J'aimerais accorder une attention particulière au diagnostic pré-médical des lésions cérébrales ischémiques. Les premiers signes d'un microstroke n'apparaissent pas toujours dans un établissement médical, cela se produit souvent au travail, dans la rue ou dans le cercle de famille. Il est important de savoir quels tests indicatifs peuvent être effectués avant de consulter un médecin.

  • Sourire Si vous demandez au patient de sourire, l'asymétrie de la bouche sera perceptible - un coin sera plus bas.
  • Discours - Vous devez demander au patient de prononcer quelques phrases simples - par exemple, un proverbe ou un dicton. La parole sera plus lente et plus floue.
  • Mouvement. Il est nécessaire de demander au patient de lever ses bras ou ses jambes. S'il y a violation de la circulation cérébrale, l'un des membres sera à la traîne ou n'obéira pas au propriétaire.

D'une simplicité apparente, ces tests sont très efficaces et ont permis de sauver la vie et la santé de nombreuses personnes.

Méthodes de traitement

Idéalement, les tout premiers signes de troubles de la circulation cérébrale sont déjà devenus un prétexte pour initier un traitement, mais cela arrive très rarement. En présence de symptômes de microstroke flous, le traitement commence rarement avant le lendemain de son apparition.

Les principaux médicaments pour le traitement des troubles de la circulation cérébrale sont:

  • Les médicaments thrombolytiques - ce groupe de médicaments bat les caillots sanguins du cœur - dissolvent un caillot sanguin et rétablissent le flux sanguin dans le vaisseau (streptokinase, urokinase, alteplase et autres). Mais l'effet du traitement thrombolytique ne peut être obtenu que dans les 72 heures suivant le début de la thrombose, mais dans le cas d'accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, ces médicaments vont tuer le patient. Il est important de savoir clairement quel type d’AVC vous devez combattre.
  • Anticoagulants - groupe de médicaments visant à prévenir la coagulation du sang et la formation de caillots sanguins - l'héparine et ses analogues de faible poids moléculaire (fragmin, fraxiparine et autres).
  • Désagrégation - signifie que prévenir le "démantèlement" des cellules sanguines: aspirine, clopidogrel, dipyridamole, etc.
  • Les diurétiques, en particulier le mannitol, éliminent sélectivement le gonflement du tissu cérébral, évitant ainsi des complications plus graves, à savoir l’insertion du tissu cérébral gonflé dans le foramen occipital.
  • Antihypertenseurs - utilisation comme "estrenny", et traitement constant et spécialement sélectionné pendant la période de récupération.
  • Neuroprotecteurs - un vaste groupe de médicaments et de vitamines destinés à soutenir les cellules du cerveau pendant la phase de récupération - complexe antioxydant, vitamines B, magnésium, nootropiques, etc.

Types de médicaments, leurs combinaisons et les traitements prescrits uniquement par un médecin.

Au stade de la récupération, les mesures de réadaptation sont extrêmement importantes - exercices de physiothérapie, procédures à l’eau, physiothérapie, exercices avec orthophoniste et thérapeute en réadaptation, régimes thérapeutiques, traitement en sanatorium. Plus le patient est persistant et travailleur, plus tôt les fonctions cérébrales perdues lui seront rendues et la parole, l'ouïe, la vue et la force musculaire seront rétablies.

Il est très important de suivre un traitement prescrit par un médecin, de prendre des médicaments pour la pression, des agents antiplaquettaires. Il est nécessaire de suivre un régime, de renoncer à l'alcool et au tabac, de faire du sport, de dormir suffisamment et de marcher beaucoup.

Pronostic de la maladie

Les effets de microstroke dépendent de l'âge du patient, de son état initial, du diamètre du vaisseau touché et du volume du tissu cérébral mort, ainsi que de la vitesse à laquelle le traitement a commencé et de la qualité de la rééducation.

Un microstroke implique souvent un rétablissement complet de la santé et de la qualité de vie des patients, mais augmente considérablement le risque de récurrence d'un épisode d'insuffisance circulatoire dans le futur. Selon les statistiques, dans environ 60% des cas après une microstroke, une attaque ischémique répétée se produit dans l'année.

C’est pourquoi la garantie de la santé et de la qualité de la vie - des mesures sévères pour prévenir la maladie, chaque épisode ultérieur se déroulant de plus en plus difficile.

Microstroke - symptômes et premiers signes, causes, conséquences, traitement et prévention

Un microstroke est une lésion cérébrale qui survient non seulement chez les personnes âgées, mais également chez les jeunes. Il n'y a rien de tel dans la médecine officielle. En d'autres termes, on peut l'appeler «trouble transitoire du flux sanguin cérébral (PNMK)».

À la suite de ce qu'on appelle le microstroke, de petits dommages (ponctuels) à la structure du cerveau se produisent. Comme ces blessures sont très légères, les troubles liés aux AVC ne sont pas préservés. Établir le fait d'hémorragie ponctuée dans le cerveau n'est possible qu'à la suite d'un examen post mortem.

Quelle est la maladie, telle qu'elle se manifeste chez l'adulte, les premiers signes et méthodes de traitement - plus loin dans l'article.

Qu'est-ce qu'un microstroke?

Une microstroke est une nécrose du tissu cérébral due à un caillot sanguin ou à un rétrécissement net (ischémique) d'un petit vaisseau. En raison d'un trouble de l'apport sanguin, des lésions ponctuelles se développent dans les tissus cérébraux. Comme le processus pathologique concerne de très petites zones de la structure, il n’ya pas de violations caractéristiques d’un AVC «classique».

Un microstroke ne peut pas être traité comme un petit accident vasculaire cérébral. Ce concept en médecine existe sous le diagnostic d'un trouble transitoire du flux sanguin cérébral (PNMK), ce qui signifie un dysfonctionnement des fonctions cérébrales de la genèse vasculaire survenu soudainement et s'accompagnant de symptômes neurologiques cérébraux ou focaux (ainsi que d'un accident cérébrovasculaire), mais qui passent indépendamment ou sous l'influence du traitement au cours des premières 24 des heures

Le mécanisme d'un microstroke est:

  1. Il y a une forte augmentation de la pression dans les vaisseaux de l'une des zones du cerveau ou dans le vaisseau obstrué par un thrombus.
  2. La circulation sanguine normale est perturbée, les cellules de la zone touchée commencent à manquer de oxygène et de nutriments.
  3. Une telle condition peut durer environ six heures si, au cours de cette période, la circulation sanguine est rétablie dans le volume précédent et que les tissus cérébraux peuvent également se rétablir.
  4. Si l'état pathologique dure plus longtemps, les cellules meurent, une nécrose se développe et la zone touchée par l'accident vasculaire cérébral devient plus grande.

Le principal aspect insidieux des micro-AVC réside dans le tableau clinique effacé - les premiers signes d'un micro-AVC se manifestent plus tard et plus lentement, ce qui retarde considérablement le début des mesures diagnostiques et thérapeutiques. Et plus on commence le traitement spécialisé des troubles circulatoires cérébraux, plus mauvais sont les résultats et les prévisions.

Les causes

La liste des phénomènes qui provoquent la survenue d'un microstroke est plutôt «standard», applicable à de nombreuses maladies du système cardiovasculaire:

  • trop manger;
  • l'obésité;
  • abus d'alcool;
  • travail sédentaire et hypodynamie constante;
  • fatigue fréquente, stress;
  • fumer;
  • activité physique excessive;
  • mauvaise écologie;
  • chirurgie cardiaque différée (par exemple, remplacement d'une valve);
  • une quantité excessive de graisses animales dans l'alimentation quotidienne;
  • conditions climatiques froides constantes (provoquant une augmentation de la pression artérielle);
  • changement brusque des conditions climatiques et météorologiques habituelles.

Fournir un microstroke et certaines maladies:

  • Diabète sucré non compensé (avec gouttes de glucose);
  • Athérosclérose en phase de progression (réduit le diamètre de la lumière des vaisseaux);
  • Perturbation du flux sanguin cérébral, passant dans le cœur;
  • Les dommages causés aux valves cardiaques de nature infectieuse ou rhumatismale (contribuent à leur destruction);
  • Malformations cardiaques congénitales;
  • Infarctus du myocarde - la cause de l'AIT, compliquant le diagnostic;
  • Artérite (processus inflammatoire touchant les parois internes des vaisseaux sanguins);
  • La thrombose;
  • Arythmies - en cas de rythme cardiaque irrégulier, il se produit des microthrombs qui bloquent les vaisseaux cérébraux (l'arythmie réduit la pression, altère le débit sanguin cérébral);
  • Problèmes oncologiques;
  • Les maladies hypertensives avec leurs symptômes vifs éclipsent tous les signes d'un micro-AVC;
  • Apnée (arrêter de respirer pendant le sommeil pendant 10 secondes ou plus).

Facteurs de risque

Les facteurs de risque incluent les personnes avec:

  • charges nerveuses constantes dans les professions nécessitant une attention accrue;
  • lésion athéroscléreuse des vaisseaux cérébraux, des artères carotides et vertébrales;
  • maladie cardiaque, accompagnée notamment d'arythmies, de défauts valvulaires;
  • hypertension et hypertension symptomatique;
  • le diabète;
  • vascularite allergique auto-immune;
  • ostéochondrose sévère, hernie cervicale avec compression des vaisseaux;
  • tumeur en germination, petites métastases hématogènes;
  • blessures à la tête causées par une commotion cérébrale;
  • pathologie vasculaire congénitale.

Symptômes de microstroke chez les adultes

Il serait immédiatement souhaitable de noter que, dans une microstroke, les symptômes dépendent directement de la localisation du foyer et du calibre du vaisseau affecté qui l’alimente. En termes simples, plus le vaisseau est petit, moins les premiers symptômes de la maladie sont fiables.

Lors d’un micro-AVC, les symptômes ne sont pas toujours caractérisés par une spécificité. De nombreux patients leur attribuent les changements de pression atmosphérique, les changements de temps, le stress physique ou psycho-émotionnel et la fatigue chronique. Les premiers signes d'un micro-AVC sont:

  • des vertiges;
  • l'apparition de "mouche" devant les yeux;
  • maux de tête d'intensité variable;
  • faiblesse générale et malaise;
  • nausée

Les principaux symptômes incluent:

  • Engourdissement du visage et des membres;
  • Vertiges et maux de tête soudains et intenses;
  • Forte augmentation de la pression artérielle;
  • Violation de la coordination des mouvements, problèmes de marche ou de maintien de l'équilibre;
  • Hypersensibilité à la lumière vive et aux sons forts.

Il peut également y avoir des symptômes supplémentaires:

  • Faiblesse générale - un sentiment de stupidité, de faiblesse, de somnolence;
  • Peut-être, mais pas nécessairement, perte de conscience à court terme;
  • Brève déficience visuelle;
  • Problèmes d'élocution, difficulté de prononciation et de compréhension de la parole.

Un certain nombre de signes de microstroke (asymétrie, déficience visuelle, etc.) dépendront de la région du cerveau touchée. Si l'hémisphère gauche a souffert, les symptômes apparaissent du côté droit du corps. Et vice versa.

La perte de mémoire est l’un des symptômes les plus prononcés du microstroke. Cela vous permet de déterminer la gravité des lésions cérébrales. Si une personne ne subit pas un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique complet, la récupération de la mémoire survient dans les 5-6 heures.

Comment reconnaître les premiers signes d'un microstroke chez une personne?

Les premiers signes et symptômes de la microstroke varient dans une large gamme, qui dépend du diamètre et de la localisation du vaisseau artériel affecté, ainsi que du mécanisme du développement de la maladie (thrombus, embole, spasme, compression, perturbation de la circulation cérébrale, etc.).

Dans certains cas, une personne peut même ne pas soupçonner avoir subi un micro-accident vasculaire cérébral, par exemple des vertiges ordinaires, des maux de tête, des engourdissements et des fourmillements dans la main pendant plusieurs secondes, une vision floue, une faiblesse musculaire peuvent être des signes d'une attaque ischémique transitoire.

Les symptômes d'accident vasculaire cérébral et de microstroke sont assez similaires, cependant, une attaque de microstroke dure de 5 minutes à un jour, plus mal exprimée.

Il est important de savoir quels tests indicatifs peuvent être effectués avant de consulter un médecin.

  • Sourire Si vous demandez au patient de sourire, l'asymétrie de la bouche sera perceptible - un coin sera plus bas.
  • Discours - Vous devez demander au patient de prononcer quelques phrases simples - par exemple, un proverbe ou un dicton. La parole sera plus lente et plus floue.
  • Mouvement. Il est nécessaire de demander au patient de lever ses bras ou ses jambes. S'il y a violation de la circulation cérébrale, l'un des membres sera à la traîne ou n'obéira pas au propriétaire.

Même si on ne retrouve que certains des symptômes de microstroke énumérés ci-dessus chez un patient, il est nécessaire d'appeler d'urgence une ambulance. Un traitement approprié au cours de la première journée augmente considérablement les chances de guérison complète.

Premiers secours

L'amélioration rapide de la microstroke ne doit pas induire en erreur les personnes présentes.

  • Essayez de planter ou de vous coucher dans une position confortable.
  • Découvrez le téléphone des parents et appelez-les.
  • Si possible, appliquez un rhume à la tête.
  • Ouvrez le collier serré, cravate, ceinture, ceinture.
  • En cas de vomissement, tournez la tête de la victime sur le côté.
  • Assurez-vous d'appeler une ambulance.

Les conséquences

Très souvent, après des troubles transitoires de la circulation cérébrale, aucune conséquence notable n’est observée. Mais certaines personnes ont les effets suivants du microstroke:

  • troubles de la mémoire
  • concentration réduite
  • distraction
  • irritabilité,
  • état dépressif
  • larmoiement ou vice versa agressivité.

Diagnostics

Une fois que vous avez examiné tous les symptômes d’un microstroke, consultez un médecin qui vous fera passer un examen afin de déterminer l’état du cœur et des vaisseaux sanguins. Ces études devraient inclure:

  • Diagnostic par résonance magnétique,
  • Tomographie
  • Angiographie.
  • Sonographie Doppler.
  • Échocardiogramme.
  • Électrocardiogramme (ECG).
  • Formule sanguine détaillée.

Lorsque les symptômes de microstroke apparaissent, appelez un médecin. N'oubliez pas que ces signes peuvent indiquer un accident vasculaire cérébral à grande focale ou un infarctus du myocarde. Le traitement principal sera dirigé vers la maladie sous-jacente. Parfois, un examen complet est nécessaire (en particulier chez les jeunes) pour déterminer exactement la cause des troubles circulatoires cérébraux à court terme.

Traitement et récupération

À son arrivée à l'hôpital, le médecin prescrit une série d'examens de laboratoire et de rayons X pour confirmer le diagnostic préliminaire. En règle générale, une microstroke est détectée sur une IRM, où les zones sombres du tissu cérébral endommagé sont clairement visibles.

Les médicaments

Traitement ultérieur:

  • agents pour améliorer la microcirculation sanguine et les processus métaboliques dans les vaisseaux (angioprotecteurs): Nimopidine, Tanakan, Bilobil;
  • médicaments vasodilatateurs: Instenon, nicotinate de xanthynol, pentoxifylline;
  • médicaments pour améliorer le métabolisme: Mexicor, Actovegin;
  • moyens pour réduire la capacité des globules rouges à former des caillots sanguins dans les vaisseaux sanguins (agents antiplaquettaires): ticlopidine, aspirine, dipyridamole;
  • médicaments pour améliorer l'activité cérébrale (nootropes): cinnarizine, vinpocétine, cérébrolysine, piracétam.
  • Les vitamines auxiliaires (quadvit, decamevit, corvitol) renforcent le système immunitaire du corps et contribuent à l'amélioration du cerveau. Ces médicaments doivent être pris périodiquement 1 à 2 à 3 fois par jour après les repas pendant 1 mois, puis vous devez prendre une courte pause de 1 à 2 semaines, puis reprendre la prise.

Il est nécessaire de traiter un microstroke uniquement sous la surveillance d'un médecin spécialiste. Le traitement à domicile consiste à fournir les premiers soins avant l'arrivée des spécialistes. Le patient devrait être allongé en soulevant légèrement la tête pour le calmer, car la panique ne fait qu'aggraver le déroulement de l'attaque, pour assurer l'accès à l'oxygène.

Rééducation après un microstroke

Le rétablissement du patient après un micro-AVC est préférable à la maison. Le programme complet minimum de réadaptation non pharmaceutique comprend:

  • éliminer les situations stressantes;
  • cesser de fumer et de boire de l'alcool;
  • diététique, correction nutritionnelle, lutte contre l'obésité;
  • phytothérapie;
  • thérapie physique et massage, exercice régulier;
  • procédures physiothérapeutiques, traitements thermiques et thermiques, climatothérapie;
  • autres méthodes non traditionnelles de traitement et de réadaptation (acupuncture, yoga, hydrothérapie, etc.).

Après un micro-AVC, il est strictement interdit aux patients de manger des aliments salés, gras et épicés, ce qui ne fait qu’aggraver le cours général de la maladie. La nutrition des patients doit être riche en calories et contenir une grande quantité de vitamines (potassium et magnésium) nécessaires à la normalisation du système cardiovasculaire.

Les projections de reprise après un microstroke dépendent de ses causes:

  • Si c'est à la surface (surcharge pondérale, stress), alors l'élimination des provocateurs sera la meilleure prévention des rechutes et des complications;
  • Si la cause était une maladie spécifique, un schéma est en cours d’élaboration pour son traitement.

Prévention

Les méthodes de prévention de la microstroke à tout âge incluent:

  1. Le contrôle de la tension artérielle est la plus importante des mesures préventives. La cause principale d'un micro-choc est une pression artérielle élevée ou un saut brusque.
  2. Le refus des mauvaises habitudes contribue à réduire considérablement les risques de la maladie.
  3. Une bonne nutrition, non propice à l'obésité, est également incluse dans le nombre de mesures préventives;
  4. L'exercice modéré constant aidera non seulement à rendre le corps fort et en forme, mais également à maintenir la santé des vaisseaux cérébraux;
  5. La réduction des facteurs de stress et un sommeil sain sont une autre clé du succès dans la prévention des micro-AVC.

Une microstroke est une maladie très dangereuse qui perturbe les performances du cerveau et qui provoque des symptômes désagréables et difficiles pour la vie. Il est nécessaire de traiter immédiatement la maladie présentée afin de ne pas exposer votre corps à diverses complications.

Microstroke: effets, traitement

Le terme «microstroke» a probablement été entendu par tout le monde, mais tout le monde ne sait pas exactement ce que cela signifie. Et une telle ignorance est parfois désastreuse. Parce qu'un microstroke peut avoir des conséquences graves, et le diagnostiquer en soi n'est pas si facile.

Qu'est-ce qu'un microstroke?

Dans la terminologie médicale officielle, le concept de "microstroke" est absent. Mais les médecins l'utilisent activement dans leur vocabulaire, impliquant des processus et des symptômes très spécifiques.

La réponse à la question «Qu'est-ce qu'un microstroke?» Est déjà dans le nom même de la maladie. C'est un très petit coup. De la même manière qu'au cours de cette dernière, la circulation sanguine cérébrale d'une personne est perturbée en raison du colmatage des vaisseaux sanguins. Seulement dans ce cas, de petits vaisseaux sont attaqués et les caillots sanguins se dissolvent avec le temps. Les cellules du cerveau qui sont mortes à la suite d'un manque d'oxygène par microstroke sont également restaurées. Ce qui ne se produit pas après un accident vasculaire cérébral, lorsque les gros vaisseaux sont bloqués et que les dommages au cerveau restent à vie.

Symptômes communs de microstroke

Les symptômes généraux d'un microstroke sont assez larges. Tout d'abord, c'est:

  • Douleur intense se concentrant dans une certaine partie de la tête.
  • Violation de la coordination des mouvements.
  • Faiblesse
  • Trouble de la parole.
  • Picotements dans les doigts et les orteils, leur engourdissement.
  • Somnolence.
  • Nausée
  • Yeux brouillés, "mouches".
  • "Inhibition", matité de conscience, réaction lente.
  • Très rarement, mais il arrive qu'un microstroke provoque un évanouissement.

Dans la plupart des cas, tous ces symptômes se font sentir non pas immédiatement, mais plusieurs heures après l’impact. Ce qui rend le micro-résultat encore plus insidieux, dont les conséquences sont beaucoup plus faciles à prévenir si le mal est identifié rapidement.

Symptômes de microstroke chez les hommes

Outre les symptômes généraux, il existe des signes spécifiques, caractéristiques des hommes plus souvent ou plus caractéristiques des femmes. Un «visage masculin» d'un micro-accident vasculaire cérébral ressemble à ceci:

  • Faiblesse dans les bras et les jambes.
  • Une boule dans la gorge qui ne "gobe pas".
  • Image divisée.
  • Changer de démarche.
  • Augmentation de la pression artérielle.
  • Sentiment de léthargie et de fatigue.
  • Des frissons se font sentir sur la peau.

Les hommes ont généralement tendance à être moins soucieux de leur santé. Et, bien sûr, ils ne font pas attention aux symptômes tels que maux de tête, fatigue et image déchirée... Il suffit de penser - le syndrome de la gueule de bois se manifeste beaucoup plus sévèrement, et rien - personne n'est décédé. Alors, ils réfléchissent souvent et s’imposent une menace réelle. Les conséquences d'un microstroke chez les hommes se produisent plus souvent et sont plus tangibles que chez les femmes.

Symptômes de microstroke chez les femmes

Les symptômes de microstroke, caractéristiques de la moitié féminine de la population, sont décrits comme suit:

  • Difficulté à essayer de sourire.
  • Il est difficile de tenir vos bras au-dessus de votre tête.
  • Hoquet
  • Forte douleur au côté gauche ou droit du visage ou du torse.
  • Palpitations cardiaques.
  • Bouche sèche.
  • Respiration difficile, essoufflement.

Causes courantes de microstroke

Quelles sont les causes d'un micro-choc dont les conséquences peuvent sérieusement affecter la qualité de la vie et même la menacer?

Comme la plupart des maladies, les personnes risquent de ne pas être attentives à elles-mêmes. De mauvaises habitudes telles que l'alcoolisme, le tabagisme et la passion pour des aliments riches en matières grasses ont considérablement «rajeuni» les microstrokes. Si avant la maladie était propre aux personnes âgées de plus de 60 ans, alors aujourd'hui, même les jeunes de 30 ans sont sous la menace d'un pistolet. La situation est également compliquée par un mauvais environnement, un rythme de vie insensé, un stress chronique, etc.

En outre, les patients hypertendus, les diabétiques, les personnes ayant subi un infarctus du myocarde, les patients souffrant d'athérosclérose, de divers types d'arythmie et d'autres maladies cardiovasculaires sont à risque.

Les micro-accidents vasculaires cérébraux doivent se méfier des personnes névrosées et des personnes névrosées. Ils doivent être particulièrement attentifs au moindre symptôme indiquant une violation de la circulation sanguine dans le cerveau. Même si seuls certains des symptômes mentionnés ci-dessus sont présents, il est conseillé de recourir de toute urgence à des soins médicaux.

Et il est très important de se rappeler qu’il est plus facile de prévenir les problèmes de vaisseaux sanguins que d’éliminer les conséquences par la suite (après un micro-AVC, elles sont très visibles).

Causes de microstrokes chez les hommes

De la même manière que les symptômes, les causes de la microstroke chez l'homme ont leurs propres caractéristiques. Et ils sont bien sûr liés au mode de vie de la moitié forte de l’humanité.

Par exemple, la plupart des hommes aiment la nourriture copieuse et abondante. Et coûtant souvent un ou deux repas par jour, mais avant un échec. C'est très nocif pour les navires. Surtout si les produits semi-finis agissent comme des «aliments pour animaux».

Nourriture abondante chez beaucoup d'hommes modernes combinée à un style de vie sédentaire. Dans l'après-midi, ils s'installent dans les bureaux devant les ordinateurs, puis rentrent chez eux à la maison et passent la soirée à la télévision avec un énorme plateau de nourriture et une bouteille de bière (le cas échéant). À propos, l'excès d'alcool et le tabagisme jouent également un rôle important dans la "finition" complexe du corps. Il n’est donc pas surprenant qu’à l’âge de 30 ans, un habitant ordinaire de la planète souffre d’obésité, d’hypertension et coure le risque de s’endormir avec un micro-AVC, voire un AVC.

Autre facteur important: les hommes sont plus contenus que leurs moitiés. Ils ont tendance à porter toutes les expériences en eux-mêmes. Et cela se heurte à des problèmes de cœur et de vaisseaux sanguins.

Un effort physique excessif, tout comme leur absence, peut provoquer un coup dur. Mais, fasciné par la proie du "mammouth", le héros ne prête souvent pas attention à l'indisposition et continue de s'épuiser en travail. Est-ce dangereux de porter un micro-coup sur les jambes? Les conséquences peuvent être très graves.

Causes de microstroke chez les femmes

Certains facteurs spécifiques provoquent des problèmes de circulation cérébrale et chez les femmes.

Le sexe faible est plus susceptible au stress et plus dur le supporte, ce qui rapproche le microstroke. En outre, les femmes sont plus susceptibles de souffrir de migraines qui affectent la santé des vaisseaux cérébraux. ont tendance à insister sur les difficultés, à "digérer" péniblement des informations déplaisantes, qui conduisent à des névroses, et donc à des micro-insultes. Augmenter le risque et les changements hormonaux causés par la grossesse, la prise de contraceptifs oraux et la ménopause. Et des régimes épuisants, que de si belles dames aiment essayer, complètent la «peinture à l'huile». Poussé à "désespérer" le corps échoue.

Les effets de microstrokes

Les effets de la microstroke chez les femmes et les hommes sont similaires. Ils peuvent se manifester par une augmentation de l'irritabilité, des larmoiements, des troubles de la mémoire, de l'apathie et même de la dépression. Mais ce n'est pas le pire.

Bien pire, quand il n'y a pas de conséquences évidentes, et après un certain temps, un véritable AVC frappe une personne. La dure statistique dit que dans soixante pour cent des cent, le deuxième micro-AVC est suivi du deuxième, suivi du troisième. Et ainsi de suite jusqu'à l'épuisement complet du système vasculaire cérébral. À chaque fois, la victime se sent de plus en plus mal, ne comprenant pas ce qui se passe exactement avec elle. Et quand un coup frappe, il est trop tard pour faire quoi que ce soit.

C'est pourquoi les médecins recommandent vivement aux hommes et aux femmes de consulter un médecin au moindre soupçon de microstroke.

Thérapie

Dans le traitement de la microstroke, le facteur temps est très important. Toutes les manipulations doivent être effectuées dans les trois heures après le blocage du navire. Plus tard, pour fournir des soins médicaux beaucoup plus de points.

Le patient qui a demandé de l'aide à temps recevra un traitement complexe qui minimise les «pertes». Il comprend généralement:

  • médicaments vasodilatateurs;
  • des agents qui améliorent la circulation sanguine dans les vaisseaux;
  • médicaments qui empêchent l'adhésion des plaquettes;
  • des moyens qui renforcent les cellules du cerveau et les protègent de la nécrose.

En outre, on doit prescrire au patient un régime spécial, peindre un traitement de physiothérapie, des massages, etc. Une excellente méthode populaire de traitement et de prévention de la microstroke est la pomme de pin ordinaire. La teinture d’eux a un effet vraiment magique sur les tissus cérébraux.

Microstroke pour enfants: symptômes et effets

Récemment, le monde est de plus en plus confronté à un problème très grave: les enfants souffrent des maladies des personnes âgées! L'oncologie, les maladies endocriniennes, ainsi que les microstrokes, dont les conséquences pour un petit homme peuvent se révéler irréversibles, sont en train de rajeunir rapidement.

Les cardiopathies congénitales ou les traumatismes à la naissance sont souvent les causes des micro-accidents vasculaires cérébraux chez les nourrissons. Les enfants plus âgés sont exposés à la malnutrition (chips, craquelins, restauration rapide, etc.), à la surcharge scolaire et à toutes sortes de maladies héréditaires.

Les symptômes de la microstroke chez l'enfant et l'adolescent ne diffèrent pas beaucoup de ceux chez l'adulte. L'essentiel est de les remarquer à temps et de commencer le traitement. Sinon, l'enfant pourrait être handicapé ou même mourir (surtout lorsqu'il s'agit de nouveau-nés).

En général, il existe de nombreuses informations sur la microstroke (ses effets et son traitement sont également des informations importantes pour les patients). Elle ne manque pas et tout le monde peut l’utiliser pour de bon. Il reste pour les petits - un peu plus attentifs à leur santé, un peu mieux de prendre soin de leur bien-aimé, le seul et unique.

Quelles sont les conséquences d'un microstroke?

Il existe différentes options pour les effets d’un microstroke, qui sont directement influencées par l’âge de la personne et la durée des soins médicaux. Il peut également être affecté par la présence de maladies chroniques chez le patient.

Si les complications peuvent ne pas survenir lors du transfert d'un micro-AVC ischémique, dans le cas d'une forme hémorragique d'un micro-AVC, les conséquences devront être traitées pendant au moins 2 semaines ou un mois entier.

Les conséquences

Que se passe-t-il après un microstroke:

  • la mémoire est perturbée;
  • il est impossible de concentrer l'attention;
  • la parole se détériore, il est difficile de comprendre ce que dit le patient;
  • il y a une faiblesse musculaire;
  • il y a violation de l'activité motrice;
  • trouble mental, exprimé dans la démence, irritabilité, larmoiement;
  • l'apparition d'encéphalopathie dyscirculatoire et de la sclérose cérébrale;
  • apparition possible d'un accident vasculaire cérébral.

L'accident vasculaire cérébral est la complication la plus terrible pouvant survenir après un microstroke. Il peut se développer de manière ischémique (tissu nécrotique dans le cerveau) ou hémorragique (hémorragie due à la rupture de vaisseaux sanguins), généralement dans les 3 jours suivant un micro-accident vasculaire cérébral.

Les cellules et les tissus du cerveau mourront. Le patient aura une parésie ou une paralysie avec perte totale ou partielle de la sensibilité. Peut-être que la déglutition sera altérée et qu'une personne aura besoin de soins constants. Parfois, après le premier microstroke, un deuxième et un troisième microstroke se produisent. Cette évolution de la maladie est appelée attaque ischémique transitoire. Les médecins notent que dans ce cas, le développement d'un accident vasculaire cérébral est possible chez 30 personnes sur 100.

Que peut causer un accident vasculaire cérébral?

Facteurs contribuant au développement d'un accident vasculaire cérébral après un microstroke:

  • la présence d'hypertension (pression dans 140/90);
  • il y a du diabète;
  • âge avancé (à partir de 60 ans);
  • la présence de faiblesse dans une moitié du corps;
  • a noté le fait que la parole est perturbée et non restaurée;
  • période du microstroke (moins de 1 heure ou plus).

Les médecins préviennent que plus le microstroke dure longtemps, plus le risque d'accident vasculaire cérébral est élevé. Il est nécessaire d’envisager et d’ajuster le traitement du patient en tenant compte des facteurs aggravants mentionnés ci-dessus. Certaines personnes portent un micro-coup sur les jambes, interdisant aux parents d'appeler un médecin. Même si la maladie passait sans drogue, le cerveau du patient était toujours blessé. Après tout, les neurones du cerveau manquent d'oxygène, ce qui engendre une détérioration de la mémoire et le développement de la démence. Un accident vasculaire cérébral peut survenir 3 mois après le microstroke. Le risque d'accident vasculaire cérébral pour ceux qui n'ont pas demandé de l'aide et qui ont subi un micro-AVC aux jambes est beaucoup plus grand. Après tout, de graves maux de tête, une paralysie, une défécation involontaire et des mictions peuvent survenir. Des cas de perte totale de conscience et de chute dans le coma sont décrits.

Coup silencieux

Nos lecteurs conseillent!

Notre lectrice habituelle a partagé une méthode efficace qui l'a aidée à se débarrasser de l'hypertension. Il semblait que rien ne pourrait aider, cependant, une méthode efficace, recommandée par Elena Malysheva. Plus sur cette méthode

Une des conséquences après avoir subi un microstroke est une violation de la circulation cérébrale, qui se produit sans symptômes visibles. Cette condition porte le nom de trait "silencieux", ce qui n’est pas moins dangereux que la normale. Ses effets ne sont pas différents d'un accident vasculaire cérébral avec des symptômes classiques.

Lisez ce qu'est un microstroke dans l'article sur le lien. En savoir plus sur les causes, les symptômes et la prévention.

Comment restaurer la parole après un AVC: http://vashagolova.com/bolezni/insult/reabilitatsiya/kak-vosstanovit-rech.html.

Rééducation des patients

Que désignent les médecins pour réhabiliter les patients:

  • médicaments anti-rechute;
  • un cours de physiothérapie;
  • séances de massage thérapeutique;
  • exercices de respiration spéciaux;
  • exercice physique;
  • Économiser les conditions de travail et de repos.

Les patients qui subissent un AVC présentent souvent des symptômes tels que des difficultés à avaler, une élocution complètement rétablie, un manque de mémoire, une faiblesse des muscles, un sentiment de peur et d'irritabilité. Des neuropathologues, des psychologues et des psychiatres, ainsi que des docteurs en thérapie physique travaillent avec de tels patients. Il est absolument nécessaire de suivre un cours de rééducation, car à la maison, il est impossible d’obtenir un traitement de restauration à part entière. Dans des cliniques coûteuses en Israël et en Allemagne, la thérapie par cellules souches est utilisée pour éliminer les effets d'un micro-AVC et prévenir les récidives. Dans notre pays, il existe des centres spéciaux de rééducation pour les victimes de microstroke ou d’accident vasculaire cérébral. Ils traitent les patients dans des programmes complets sur simulateurs, dans des piscines. Parfois, les patients doivent réapprendre à marcher et à parler. Il n'est pas toujours possible pour les personnes de restaurer les fonctions d'organes perdus à cause d'une maladie. C'est terrible quand, après un accident vasculaire cérébral, les personnes deviennent incapables de se servir elles-mêmes et deviennent un fardeau pour leurs proches. En règle générale, les personnes handicapées sont des hommes qui ont travaillé toute leur vie et soutenu leur famille.

Restauration à la maison

Tout le monde ne peut se permettre des activités de réadaptation coûteuses dans des cliniques privées coûtant entre 80 000 et 150 000 roubles. Ce que les médecins recommandent à la maison:

  1. But des vasodilatateurs et des médicaments nootropes.
  2. Utilisé des médicaments pour la normalisation du métabolisme des graisses (classe de médicaments des statines).
  3. Le but d'augmenter l'activité des préparations enzymatiques et de l'acide nicotinique.
  4. Un traitement de physiothérapie est fourni (acupuncture, moxibustion, massage, traitement au laser).

Déjà dans les premières heures après la période aiguë, il est nécessaire de commencer le «traitement par position», qui consiste à modifier la position du corps du patient et à prévenir les escarres.

Sortir du lit

Tout d'abord, le médecin vous permet de vous asseoir pendant quelques minutes, puis de vous lever du lit en vous tenant au support.

Apprendre à marcher

Chaque jour, vous devez réapprendre à marcher en augmentant le temps passé malade.

Trouble de la parole

  • répondez oui ou non (ne posez pas de phrases complexes);
  • parlez lentement (donnez-lui le temps);
  • utiliser les services d'un orthophoniste.

L'ingestion est cassée

Comment faciliter l'ingestion de nourriture:

  • donner des aliments liquides (soupes en purée avec des épices pour stimuler la digestion);
  • effectuer des exercices pour stimuler les muscles.

La chose la plus importante dans le processus de réadaptation est d’apprendre au patient à se servir lui-même. Pour la première fois, vous avez besoin de l'aide de parents ou d'infirmières lors de la toilette d'un patient lors de la réalisation de procédures d'hygiène. Après un microstroke, il est utile de se procurer un bracelet de jade noir "Bianchi". Le développement de ces bracelets par des médecins chinois a été testé au centre de cardiologie de Berlin. Reçu un certificat de l'Union européenne.

Bien sûr, le port d'un bracelet ne détruira pas les plaques de cholestérol déjà formées, mais il est prouvé qu'aucune nouvelle ne se forme. Puisqu'ils normalisent le flux sanguin, il est utile de les porter après un AVC. Les troubles du corps peuvent être guéris pendant quatre semaines et la personne retrouvera son ancien rythme vital. Très important est l'humeur du patient pour la récupération. Il est important de faire tous les exercices et c’est un travail ardu, non seulement pour le patient, mais également pour les proches. Si une personne a plus de 70 ans, la rééducation, selon les médecins, est impossible. À la suite de microstroke répétés, selon les statistiques, 25% des personnes décèdent. Plus d'un an après un accident vasculaire cérébral, seules 35% des personnes peuvent vivre.

Quelles sont les conséquences des complications après microstrokes?

Un microstroke est une violation aiguë de la circulation cérébrale dans les petits vaisseaux. La nécrose des tissus résulte d'un blocage de la lumière du vaisseau par un thrombus ou d'un angiospasme grave.

Comparés aux accidents vasculaires cérébraux conventionnels, les modifications nécrotiques sont minimes, les patients peuvent récupérer complètement et mener la même vie.

À première vue, la maladie semble effrayante, mais en réalité, elle est très insidieuse. Les premiers symptômes peuvent être si insignifiants que la personne n'y prête simplement pas attention. Pourtant, ce signal alarmant est le précurseur d'une catastrophe vasculaire sous la forme d'un accident vasculaire cérébral étendu.

Symptômes cliniques et groupe à risque

Les médecins identifient un certain nombre de maladies qui augmentent le risque de développer un micro-AVC. Ceux-ci comprennent:

  1. Hypertension, en particulier lors de crises hypertensives fréquentes.
  2. Athérosclérose des vaisseaux cérébraux (contribue au rétrécissement de la lumière des vaisseaux sanguins à la suite du dépôt de cholestérol et de la formation d'une plaque d'athérosclérose, qui fait obstacle à une circulation sanguine normale).
  3. Troubles du rythme cardiaque (fibrillation auriculaire, tachyarythmie, bradyarythmie).
  4. Conditions post-infarctus.

En médecine, il existe également des groupes de patients plus sujets aux hémorragies. Le groupe de risque comprend:

  1. Les personnes de plus de 60 ans, cependant, de nos jours, à l’âge de 35 ans, il existe déjà un certain nombre de maladies hémorragiques, ce qui augmente considérablement le risque d’AVC antérieurs.
  2. Les alcooliques et les fumeurs.
  3. Les personnes souffrant de surpoids, la base du régime qui comprend beaucoup d'aliments gras et frits.
  4. Personnes présentant une météorosensibilité accrue (vasospasmes fréquents).
  5. Patients souffrant de diabète.
  6. Personnes exposées à un stress constant et à une fatigue chronique.
  7. Les personnes ayant un effort physique excessif.
  8. Mode de vie inactif et sédentaire. L'absence d'effort physique adéquat affecte négativement l'état des vaisseaux, ils perdent leur tonus, ce qui ralentit la circulation sanguine et la formation de caillots sanguins.

Les symptômes de l’accident vasculaire cérébral et de l’hémorragie ponctuelle sont très similaires; par conséquent, avec les premiers symptômes d’indisposition, il est urgent de faire appel à une ambulance.

Le patient est mis au lit avec la tête levée et fournit de l'air frais. Vous pouvez mettre une serviette trempée dans de l’eau froide ou un sac de glace sur le front.

  1. Mal de tête soudain sévère (non soulagé par des analgésiques).
  2. Vertige vif.
  3. Nausée
  4. Vomissements.
  5. Mauvaise perception du monde.

Symptômes non spécifiques d'accident vasculaire cérébral aigu:

  1. Engourdissement du visage, des membres supérieurs ou inférieurs.
  2. Un sourire tordu et tendu. La langue à la suite de spasmes va sur le côté.
  3. La faiblesse des muscles des mains, le patient ne peut pas les soulever et se tenir devant lui pendant 10 secondes.
  4. Une augmentation de la pression artérielle.
  5. Problèmes de coordination des mouvements (instabilité de la marche, maintien de l'équilibre difficile).
  6. Réaction aux lumières vives et aux sons forts.

Parmi les symptômes supplémentaires d'un microstroke, les plus communs sont:

  1. Sentiment de faiblesse sans cause.
  2. Parfois, il y a une perte de conscience (pour une courte période).
  3. Problèmes d'élocution. Discours brouillé, lent, étiré (mots difficiles à prononcer).
  4. Diminution temporaire de l'acuité visuelle.

Conséquences d'un micro-AVC chez les personnes âgées

Les manifestations d'une déficience neurologique dépendent de la localisation de la zone dans laquelle des troubles circulatoires se sont produits. Et sa gravité - du fait du volume de cellules cérébrales ayant subi une nécrose, il est devenu impossible d’exécuter les fonctions qui leur sont assignées. Par exemple:

  1. Si la lésion est située dans le tronc cérébral, le patient présentera des signes de paralysie centrale ou de troubles de la sensibilité à la conduction à l'endroit opposé de la lésion sur le côté du corps.
  2. Dans le cas de la localisation d'un problème vasculaire dans la zone du pont, il y a une paralysie du regard dirigé vers le centre, parfois accompagné d'une rotation combinée des yeux dans la direction opposée.
  3. En raison des dommages causés aux régions de la moelle épinière, la paralysie périphérique est associée à une hémiparésie des membres opposés et à une paralysie du palais mou et des cordes vocales. Dans ce cas, l'auto-mouvement est très difficile, il y a aussi des problèmes d'élocution, il devient trouble ou complètement absent. Les patients ont besoin d'aide.
  4. Avec la localisation du processus dans le cervelet apparaît intense maux de tête dans la région occipitale de la tête, vertiges, diminution de la pression artérielle, vomissements (à plusieurs reprises), atonie musculaire, pouls devient rare, processus respiratoire est perturbé.
  5. Lorsqu'un accident vasculaire cérébral embolique développe une sensibilité sensorielle (compréhension de la parole altérée, les patients peuvent parler, mais ils ne comprennent pas du tout leurs mots) ou moteur (il n'est pas possible de prononcer des mots): aphasie, hémiparésie, crises épileptiques généralisées ou partielles (focales).
  6. Dans le cas de lésions lacunaires, il n’ya pas de troubles de la conscience sous forme de crises épileptiques ou de perte de champs de vision - c’est une variante motrice de la maladie. Si la lésion est située dans le pédicule postérieur de la capsule interne ou dans la couronne radieuse du cerveau, le patient développe une hémiparésie et une hémi-hypesthésie.

Un accident vasculaire cérébral dans le bassin vertébrobasilaire entraîne une altération des mouvements oculaires, une détérioration de la sensibilité, un trouble bilatéral des mouvements, une lésion du nerf crânien et une hémiplégie controlatérale se développent (perte complète des mouvements volontaires de la jambe et du bras sur un côté du corps). Les muscles des membres paralysés sont en hypertonicité, les réflexes sont fortement renforcés (il est tout simplement impossible de plier ou de plier le membre affecté).

L'immobilité des extrémités est souvent associée à des troubles des muscles mimiques identiques et parfois du côté opposé (le visage du patient ressemble à un masque). Les membres affectés sont gonflés, froids, de couleur bleuâtre (cyanose). De plus, l'ataxie cérébelleuse se développe et se manifeste par des troubles de la démarche, une asymétrie des mouvements, des tremblements de la tête et du tronc, ainsi qu'une hypotension musculaire, un discours scandé et une modification de l'écriture (macrographie rapide).

Les conséquences de cette lésion sont le nystagmus - il s'agit d'un mouvement oculaire oscillatoire à haute fréquence involontaire. La fréquence des mouvements dans les cas graves est de plusieurs centaines par minute.

En outre, les conséquences d'un microstroke dépendent de la rapidité des soins d'urgence, de la durée de l'ischémie, de la présence de comorbidités et de l'âge du patient. Par exemple, après une petite violation de la circulation cérébrale de type ischémique dans la population valide, il n’ya en règle générale aucun changement tangible de l’état de santé.

Les conséquences de lésions cérébrales hémorragiques mineures associées aux premiers soins et à un traitement médical qualifié peuvent disparaître complètement en l'espace de deux à trois semaines.

Ou être exprimé à un degré modéré et manifester une violation de la mémoire et de la concentration, une détérioration de l'appareil vocal, une légère diminution de l'activité motrice.

Les conséquences graves d'un accident vasculaire cérébral incluent:

encéphalopathie circulatoire chronique. Il s’agit d’une lésion cérébrale multifocale ou vasculaire diffuse accompagnée d’une maladie évoluant lentement. Cliniquement, il se manifeste par des vertiges, des nausées et des sauts fréquents de la pression artérielle. En plus des troubles de la mémoire, de la pensée, de l'attention, de la marche et de la stabilité, de petits mouvements séquentiels, développent davantage la spasticité musculaire, le parkinsonisme, l'hypokinésie.

Les patients remarquent des difficultés importantes pour manger: le processus de mastication est très lent, la déglutition est difficile. La voix devient dure, la parole ralentit, un rire violent ou des pleurs apparaissent et la démence vasculaire (démence) se développe plus tard. Les stades avancés de la maladie sont caractérisés par un dysfonctionnement des organes pelviens (incontinence d'urine et / ou de fèces).

  • sclérose du cerveau. Complication assez grave conduisant à la formation d'un déficit neurologique persistant. En raison du blocage partiel de la lumière des gros vaisseaux par les plaques de cholestérol, le flux sanguin ralentit de manière significative et, une fois complètement bloqué, il s’arrête complètement, entraînant une nécrose (nécrose tissulaire), sur le site duquel la sclérose se développe (croissance du tissu conjonctif fibreux grossier).
  • La conséquence la plus grave est la survenue d'un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique étendu. La possibilité de leur développement augmente considérablement en raison des deuxième et troisième troubles circulatoires cérébraux. Dans ce cas, la restauration des fonctions corporelles perdues n'est pas possible. Une déglutition difficile, une altération de la parole, une perte de sensibilité, une parésie, une paralysie, une perte de capacité à prendre soin de soi aggravent de manière significative la qualité de vie des patients.

    Dans la vieillesse, les effets d'un micro-accident vasculaire cérébral sont plus prononcés. Certains patients notent une diminution de la mémoire, une capacité de concentration, des troubles de la parole, des difficultés de mouvements.

    Il y a des plaintes de larmoiement accru et d'irritabilité, d'états dépressifs ou d'agressivité soudaine, le développement ultérieur de la démence est possible. Ces conséquences sont typiques chez les patients âgés ayant subi plus d'un microstroke.

    Les patients âgés ont très souvent plusieurs épisodes de circulation cérébrale consécutifs qui se terminent généralement par un coma post-AVC pouvant durer de quelques heures à plusieurs semaines.

    Plus le patient est inconscient, moins le rétablissement des fonctions originelles du corps est probable, plus le handicap est garanti.

    La plupart des gens doivent réapprendre à marcher, à parler et même à aller aux toilettes, les compétences de base et les fonctions sont irrémédiablement perdues. Le rétablissement minimum prendra des années.

    Complications subies un coup de pied

    Les effets d'une hémorragie ponctuelle sont impossibles à prédire. Surtout si une personne qui ne fait pas attention aux symptômes simples continue de mener une vie normale, ne pas se précipiter pour voir un médecin, souffre de plusieurs coups sur ses jambes. En pratique médicale, ces cas se terminent souvent par un accident vasculaire cérébral hémorragique ou ischémique important.

    Les conséquences de ces conditions pathologiques sont très graves et entraînent généralement l'invalidité ou le décès du patient. Les patients âgés de plus de 60 ans sont particulièrement difficiles à traiter en raison de la présence d'un grand nombre de maladies concomitantes (athérosclérose, maladie cardiaque, hypertension, etc.).

    Les conséquences graves résultant d'un microstroke peuvent être prévenues. Pour cela, vous devez mener une vie saine. Abandonnez les mauvaises habitudes (alcool, cigarettes).

    Utilisez de haute qualité, bon pour la nourriture pour le corps. Donner la préférence aux activités de plein air. Lorsque les symptômes d’anxiété apparaissent, ne les portez pas sur vos pieds, mais consultez immédiatement un médecin et suivez ses recommandations sans poser de questions. Notre santé dépend de nous.

    De Plus, Lisez Les Navires

    Pression et pouls normaux d'une personne par âge: tableau, anomalies

    Vous apprendrez de cet article: quelle pression est normale à différents âges. Quand un écart par rapport à la norme est considéré comme une pathologie, et quand - non.

    Tout sur le syndrome du système artériel vertébrobasilaire

    Tout le monde n'est pas familiarisé avec le syndrome du système artériel vertébrobasilaire, et peu de gens savent qu'il a un autre nom - «G45.0».

    Nous analysons la question de savoir comment nettoyer les vaisseaux sanguins du cerveau et quelles sont les options?

    Quand une personne mûrit, des substances nocives se déposent sur les parois de ses vaisseaux sanguins.

    Consultation des médecins en ligne

    Posez une question et obtenez un avis médical gratuit. Pour votre commodité, des consultations sont disponibles dans l'application mobile. N'oubliez pas de remercier les médecins qui vous ont aidé!

    Maladie variqueuse des membres inférieurs: traitement non médicamenteux

    La maladie variqueuse des membres inférieurs est une maladie chronique des veines superficielles des jambes, caractérisée par un allongement et une déformation sacculaire des vaisseaux, conduisant à une insuffisance veineuse chronique et à une progression constante.

    Auscultation des poumons chez un enfant

    En médecine, il existe une propédeutique qui implique un diagnostic primaire. Un tel diagnostic n'implique pas la réalisation de procédures spéciales. La présence de connaissances issues de ce domaine scientifique vous permet de poser un diagnostic sur la base d'un examen externe du patient ou de la prise en compte de caractéristiques faciles à installer sans utiliser de dispositifs spéciaux.