Dans cet article, qu'est-ce que l'ischémie cérébrale, dans quelles maladies on peut l'observer, qu'il est dangereux. Que peut-on faire pour la récupération?

L'ischémie cérébrale est une affection pathologique caractérisée par un apport sanguin insuffisant, qui ne garantit pas un métabolisme normal du système nerveux central. La maladie entraîne un apport insuffisant d'oxygène (hypoxie) dans les tissus cérébraux, ce qui peut provoquer la mort de ses cellules.

Dans la plupart des cas, l'ischémie cérébrale est associée à un accident vasculaire cérébral, mais elle est également observée dans d'autres maladies. C'est une condition assez dangereuse qui peut causer la mort d'une partie ou de la totalité du cerveau. Le pronostic dépend de la cause de la maladie, de sa durée et de sa gravité. Dans certains cas, avec la restauration rapide de l'approvisionnement en sang peut compléter la récupération.

Les neurologues, les neurochirurgiens et les anesthésiologistes s’occupent du problème de l’ischémie cérébrale.

Types d'ischémie cérébrale

En fonction de la distribution du manque d'approvisionnement en sang, attribuez une ischémie cérébrale focale et globale.

  1. La focale apparaît lorsque la lumière d'un vaisseau sanguin se chevauche avec un thrombus ou une embole, ce qui provoque une détérioration de l'apport sanguin à une certaine partie du cerveau et le danger de mort cellulaire dans cette zone apparaît.
  2. L'ischémie cérébrale globale - qu'est-ce que c'est? Cela se produit lors d'un arrêt ou d'une forte détérioration de l'irrigation sanguine cérébrale. Cette situation est observée lors d’un arrêt cardiaque ou d’une baisse importante de la pression artérielle.

Causes de la pathologie

Les pathologies focales et globales ont des causes d'origine différentes.

Causes de l'ischémie cérébrale focale

La cause la plus courante est l'athérosclérose - une maladie dans laquelle des plaques apparaissent dans la paroi interne des artères et consistent en graisses, cholestérol, sels de calcium et cellules. Lorsque le vaisseau recouvrant la plaque d'athérosclérose éclate, un thrombus se forme à cet endroit, bloquant la lumière de l'artère et conduisant au développement d'une ischémie focale dans le cerveau, fournie par le vaisseau affecté.

Une autre cause fréquente est l’embolie, dans laquelle les artères cérébrales chevauchent l’embole - un thrombus formé à un autre endroit et emprisonné avec du sang dans les vaisseaux cérébraux. Les artères carotides et le cœur sont les principales sources d'embolies conduisant à une ischémie cérébrale focale.

Les arythmies cardiaques (par exemple, la fibrillation auriculaire), les cardiopathies valvulaires, les inflammations de la paroi interne du cœur (endothélium), les valvules artificielles et les tumeurs du cœur peuvent être à l'origine de la formation de caillots sanguins dans le cœur. Dans les artères carotides, les thrombus sont le plus souvent formés en raison de lésions athéroscléreuses de ces vaisseaux.

Ces caillots peuvent se briser en particules et se détacher des parois du cœur ou des artères carotides, ce qui entraîne leur migration dans les vaisseaux cérébraux. Ayant atteint l'artère de petit diamètre, l'embole se coince dans sa lumière et arrête le flux de sang qui la traverse, provoquant le développement d'une ischémie focale.

Causes de l'ischémie cérébrale globale

Cette condition se développe en raison de la cessation complète ou de la détérioration marquée du flux sanguin cérébral. Cette situation peut survenir lors d’un arrêt cardiaque, d’une chute brutale de la pression artérielle. Les causes de cessation de l'activité cardiaque comprennent l'infarctus du myocarde, les maladies coronariennes, la cardiomyopathie, les malformations cardiaques congénitales et acquises et certains troubles du rythme cardiaque. Des réactions allergiques graves, une perte de sang, un choc douloureux, une insuffisance cardiovasculaire aiguë, de graves arythmies cardiaques, une septicémie (empoisonnement du sang) et d'autres maladies dangereuses peuvent entraîner une chute extrême de la pression artérielle.

Symptômes caractéristiques

Les symptômes de l'ischémie focale dépendent de la région du cerveau où la circulation sanguine est altérée.

  • Si les branches de l'artère carotide interne sont obstruées, des symptômes tels que la cécité d'un œil, une faiblesse de la jambe ou du bras, une faiblesse de la moitié du corps peuvent en résulter.
  • L'ischémie dans les régions postérieures du cerveau, alimentée par les branches de l'artère vertébrale, peut provoquer des vertiges, une vision double et une faiblesse des deux côtés du corps.
  • Les autres symptômes comprennent des problèmes d'élocution, une perte de coordination.

Les symptômes peuvent être légers ou graves. Dans les cas graves, même avec le type focal de la maladie, les patients peuvent développer des troubles de la conscience. La durée des symptômes peut varier de quelques secondes à plusieurs heures (avec un accident ischémique transitoire) ou même plus longtemps (avec le développement d'un accident vasculaire cérébral). Avec des lésions cérébrales irréversibles, les signes d'un accident vasculaire cérébral peuvent rester pour toujours.

L'ischémie globale n'a pas de symptômes focaux. La cessation de l'apport sanguin à l'ensemble du cerveau pendant plus de 10 secondes entraîne une perte de conscience et une durée supérieure à plusieurs minutes entraîne généralement des lésions irréversibles des tissus. C’est en raison de l’irréversibilité des effets de l’ischémie cérébrale globale que l’identification des symptômes et le traitement le plus rapidement possible revêtent une si grande importance.

Diagnostics

L'ischémie est généralement diagnostiquée lors d'un examen physique et à l'aide de techniques d'imagerie cérébrale.

Même en présence de signes évidents d'ischémie focale, il est nécessaire d'effectuer un scanner du cerveau avec lequel ils tentent de déterminer:

  1. Le tableau clinique existant est-il causé par une ischémie ou une hémorragie cérébrale?
  2. Quelle partie du cerveau a souffert?
  3. Quelle est la gravité de la maladie?

Idéalement, chaque personne présentant des signes d'ischémie devrait subir un scanner cérébral dans l'heure qui suit son arrivée à l'hôpital.

Les tests précoces sont particulièrement importants pour les patients qui:

  • convient au traitement avec des médicaments qui dissolvent les caillots sanguins (thrombolytiques);
  • prenant déjà des médicaments qui réduisent la coagulation du sang;
  • avoir un trouble de la conscience.

Pour l'examen du cerveau chez les patients atteints d'ischémie, deux méthodes de balayage principales sont utilisées:

  1. La tomodensitométrie (CT) est une méthode de numérisation basée sur le traitement informatique de plusieurs images de rayons X qui vous permet de créer une image détaillée du cerveau et de détecter les zones à problèmes. Parfois, lors de cet examen, afin d’augmenter sa valeur diagnostique, un contraste spécial est injecté par voie intraveineuse au patient.

  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une méthode de balayage du cerveau qui utilise des champs magnétiques et des ondes radio puissants pour obtenir des images détaillées des tissus. Ce test est généralement utilisé chez les personnes présentant des symptômes plus complexes lorsque la taille et la position de la lésion sont inconnues. Il est également utilisé chez les personnes atteintes d'attaque ischémique transitoire. Ce type de scanner cérébral permet une évaluation plus détaillée de ses tissus et la détection de petites zones endommagées ou localisées de manière inhabituelle. Comme avec la tomodensitométrie, certains patients reçoivent un agent de contraste pour améliorer la valeur diagnostique de l'IRM.

    Un examen plus approfondi vise à détecter les causes de la maladie. Il comprend:

    • Échographie des artères carotides - aide à détecter le rétrécissement des vaisseaux alimentant le cerveau.
    • L'échocardiographie est une méthode d'échographie cardiaque permettant d'évaluer son fonctionnement et sa taille, ainsi que de détecter des caillots sanguins.
    • Électrocardiographie - vous permet d'évaluer l'activité électrique du muscle cardiaque, d'identifier les violations de la conductivité et du rythme pouvant entraîner la formation de caillots sanguins dans la cavité cardiaque ou provoquer une ischémie cérébrale globale.
    • Angiographie cérébrale - examen radiologique des vaisseaux cérébraux après l’injection d’un agent de contraste.
    • Des analyses de sang pour déterminer les niveaux de cholestérol et de glucose, des indicateurs de la coagulation sanguine.

    Traitement

    Le traitement doit être orienté vers l'amélioration immédiate du débit sanguin dans la zone touchée. Cela s'applique aux formes d'ischémie tant focales que globales.

    Thérapie pour l'ischémie globale

    Pour améliorer l'apport sanguin au cerveau pendant l'ischémie globale, il est nécessaire d'éliminer la cause de son développement, c'est-à-dire de rétablir une activité cardiaque normale et d'augmenter la pression artérielle. Pour ce faire, une réanimation cardio-pulmonaire est pratiquée pendant un arrêt cardiaque et, en cas de chute de tension, les causes de cette affection sont éliminées et des médicaments sont introduits pour en augmenter le niveau. Sans atteindre ces objectifs nécessaires (rétablissement de l'activité cardiaque et élévation de la pression artérielle), aucun traitement supplémentaire visant à lutter contre les effets de l'ischémie cérébrale globale n'a aucun sens.

    Dans les cas graves, la plupart des patients développent un gonflement du cerveau. Dans de tels cas, les médicaments sont utilisés pour réduire la pression intracrânienne, le plus souvent - fait signe.

    Mais de nombreux médicaments auxquels médecins et scientifiques attribuent les propriétés d'amélioration de la circulation et du métabolisme cérébraux dans les cellules cérébrales (par exemple, le piracétam, la cortexine, l'actovegine, le céraxon) ne pourraient pas prouver leur efficacité en recherche scientifique.

    Traitement spécifique de l'ischémie focale

    Pour l'ischémie cérébrale focale, une combinaison de médicaments est généralement utilisée pour le traitement. Certains d'entre eux sont prescrits immédiatement après le diagnostic et pour une courte période, tandis que d'autres doivent être pris pendant une très longue période.

    Le traitement vise à rétablir immédiatement le flux sanguin dans l'artère touchée. Si vous commencez à traiter correctement les accidents vasculaires cérébraux ischémiques dans les 4,5 premières heures suivant l'apparition des symptômes, vous pouvez sauvegarder une partie des cellules cérébrales et améliorer le pronostic neurologique du patient.

    Pour rétablir le flux sanguin dans l'artère cérébrale touchée, appliquez:

    1. La thrombolyse est une méthode de traitement par laquelle les médecins dissolvent les caillots sanguins qui bloquent les vaisseaux sanguins. Pour la thrombolyse avec ischémie focale, des préparations spéciales (thrombolytiques) sont utilisées - alteplase (Aktilize), teneteplaza (Metilize). Avant l'introduction de ces médicaments, il est impératif de réaliser un scanner ou une IRM pour confirmer le diagnostic d'ischémie.

  • La thrombectomie est une intervention chirurgicale mini-invasive permettant aux médecins de retirer un thrombus du vaisseau affecté. Cette méthode n'est efficace que pour traiter les accidents ischémiques cérébraux causés par la formation de caillots dans les grandes artères du cerveau.

    En cas d'ischémie focale provoquée par un rétrécissement de la plaque d'athérosclérose de l'artère carotide, une opération peut être réalisée pour la retirer. Cette opération s'appelle une endartériectomie carotidienne.

    Autres médicaments utilisés pour prévenir les épisodes d'ischémie cérébrale focale à l'avenir:

    • Les agents antiplaquettaires sont des médicaments qui agissent sur les plaquettes afin de supprimer leur agrégation (collage) et de réduire le risque de formation de nouveaux caillots sanguins dans les vaisseaux. Le remède le plus connu dans ce groupe est l'aspirine, prescrite à faible dose. Ce médicament est prescrit à la plupart des patients pour prévenir de nouveaux épisodes de la maladie. En plus de l'aspirine, le clopidogrel et le ticagrélor peuvent également être utilisés.
    • Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la formation de caillots sanguins en agissant sur les facteurs de la coagulation du sang. Dans la période aiguë d'ischémie, une forme injectable d'anticoagulants est prescrite - héparine, énoxaparine, daltéparine. Les médicaments à long terme sont disponibles sous forme de comprimés. Ils comprennent la warfarine, le dabigatran et le rivaroxaban. Ils sont prescrits aux patients présentant des troubles du rythme cardiaque (fibrillation auriculaire) et une thrombose veineuse profonde.
    • Antihypertenseurs - médicaments utilisés pour réduire l'hypertension artérielle. Ils comprennent les diététiques thiazidiques (indapamide, hydrochlorothiazide), les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de angens (ramipr, perindopril), les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine (losartan, bricolage), enregistrer la suite
    • Statines - médicaments qui réduisent le cholestérol dans le sang. L'atorvastatine et la rosuvastatine leur appartiennent.

    Rééducation après une ischémie cérébrale

    L'ischémie cérébrale grave peut causer des dommages physiques et émotionnels temporaires ou permanents à une personne. Après une période aiguë, la rééducation commence. Elle comprend:

    1. Orthophonie - pour éliminer ou atténuer les problèmes de reproduction ou de compréhension de la parole conversationnelle.
    2. Physiothérapie - aide le patient à rétablir la mobilité et la coordination des membres affectés.
    3. Thérapie par le travail - aide le patient à améliorer sa capacité à effectuer les tâches quotidiennes, notamment prendre un bain, cuisiner et manger, s'habiller, lire et écrire.
    4. Soutien d'amis et de parents - fournit un environnement confortable et convivial, ce qui est très important pour une guérison réussie de l'ischémie cérébrale.

    Prévisions

    Le pronostic dépend de la gravité de la maladie, de l'état de santé général et de l'âge du patient. Les statistiques indiquent qu'environ 75% des patients survivent un an après un AVC ischémique.

    Ischémie cérébrale chronique

    Ischémie cérébrale chronique - insuffisance cérébrovasculaire due à une détérioration progressive de l'apport sanguin au tissu cérébral. Le tableau clinique de l'ischémie cérébrale chronique comprend des maux de tête, des vertiges, une diminution des fonctions cognitives, une labilité émotionnelle, des troubles de la motricité et de la coordination. Le diagnostic est établi sur la base des symptômes et de l'USDG / UZDS des vaisseaux cérébraux, de la tomodensitométrie ou de l'IRM du cerveau, d'études sur l'hémostasiogramme. Le traitement de l'ischémie cérébrale chronique implique la conduite d'un traitement antihypertenseur, hypolipidémiant, antiplaquettaire; si nécessaire, la tactique chirurgicale est choisie.

    Ischémie cérébrale chronique

    ischémie cérébrale chronique - progresse lentement un dysfonctionnement cérébral résultant du fait de diffuser et / ou melkoochagovogo des dommages aux tissus du cerveau dans des conditions d'une défaillance à long terme de l'approvisionnement sanguin cérébral. Le terme « ischémie cérébrale chronique » comprend: encéphalopathie, une maladie chronique du cerveau ischémique, encéphalopathie vasculaire, insuffisance vasculaire cérébrale, encéphalopathie artériosclérose, vasculaires (artériosclérose), parkinsonisme secondaire, la démence vasculaire, l'épilepsie vasculaire (fin). Parmi les noms ci-dessus, le terme "encéphalopathie dyscirculatoire" est le plus souvent utilisé en neurologie moderne.

    Raisons

    L'athérosclérose et l'hypertension artérielle sont parmi les principaux facteurs étiologiques, et une combinaison de ces deux conditions est souvent détectée. Par ischémie cérébrale chronique peut causer la circulation et d'autres maladies cardio-vasculaires, en particulier accompagnée de signes d'insuffisance cardiaque chronique, les troubles du rythme cardiaque (arythmie à la fois permanents et paroxystique), ce qui conduit souvent à une baisse de l'hémodynamique systémique. Il a une valeur et une anomalie des vaisseaux sanguins du cerveau, du cou, des épaules, de l'aorte (en particulier son arc), qui ne peut se produire jusqu'à ce que le développement dans ces athéroscléreuses des vaisseaux, processus hypertendu, ou autrement acquis.

    Récemment, la pathologie veineuse, non seulement intra-intra, mais également extracrânienne, joue un rôle important dans le développement de l'ischémie cérébrale chronique. La compression des vaisseaux, artériels et veineux, peut jouer un certain rôle dans la formation de l'ischémie cérébrale chronique. Il est nécessaire de prendre en compte non seulement l'effet spondylogène, mais également la compression par des structures voisines altérées (muscles, tumeurs, anévrismes). L'amylose cérébrale (chez les patients âgés) est une autre cause d'ischémie cérébrale chronique.

    L'encéphalopathie cliniquement décelable est généralement d'étiologie mixte. En présence des principaux facteurs de développement de l'ischémie cérébrale chronique, le reste de la variété des causes de cette pathologie peut être interprété comme des causes additionnelles. L'attribution de facteurs supplémentaires aggravant de manière significative l'évolution de l'ischémie cérébrale chronique est nécessaire au développement du concept correct de traitement étiopathogénétique et symptomatique.

    L'athérosclérose et l'hypertension artérielle sont les principales causes de l'ischémie cérébrale chronique. Autres causes d'ischémie cérébrale chronique: maladies cardiovasculaires (avec signes de CSU); troubles du rythme cardiaque, des anomalies vasculaires, l'angiopathie héréditaire, pathologie veineuse, compression vasculaire, hypotension, amyloïdose cérébrale, vascularite systémique, le diabète, les maladies du sang.

    Ces dernières années, deux variantes pathogéniques majeures de l'ischémie cérébrale chronique sont considérées, sur la base des caractéristiques morphologiques suivantes: la nature de la lésion et la localisation prédominante. Avec les lésions bilatérales diffuses de la substance blanche, on isole la variante leucoencéphalopathique (ou Biswanger sous-corticale) de l'encéphalopathie dyscirculatoire. La seconde est une variante lacunaire avec plusieurs foyers lacunaires. Cependant, dans la pratique, les variantes mixtes sont assez courantes.

    La variante lacunaire est souvent causée par l’occlusion directe de petits vaisseaux. Dans la pathogenèse des lésions diffuses de la substance blanche, des épisodes répétés de déclin hémodynamique systémique, d'hypotension artérielle, jouent un rôle prépondérant. La cause de la chute de la pression artérielle peut être un traitement antihypertenseur inadéquat, une diminution de l'insuffisance cardiaque. En outre, la toux persistante, la chirurgie et l'hypotension orthostatique (avec dystonie végétative-vasculaire) revêtent une grande importance.

    Dans des conditions de hypoperfusion chronique - principal lien pathogénique ischémie cérébrale chronique - épuisement se produit des mécanismes de compensation, réduit l'alimentation en énergie du cerveau. Principalement développé des troubles fonctionnels, puis les troubles irréversibles morphologiques: le ralentissement de la circulation sanguine cérébrale, une diminution du glucose et de l'oxygène dans le sang, le stress oxydatif, la stase capillaire, la tendance à la thrombose, la dépolarisation de la membrane cellulaire.

    Les symptômes

    Les principales manifestations cliniques de l'ischémie cérébrale chronique sont les troubles du mouvement polyformaux, les troubles de la mémoire et la capacité d'apprentissage, les perturbations dans la sphère émotionnelle. Cliniquement, les caractéristiques de l’ischémie cérébrale chronique - évolution progressive, stadification, syndromicité. Il convient de noter la relation inverse entre la présence de plaintes, reflétant en particulier la capacité d'activité cognitive (attention, mémoire), et la sévérité de l'ischémie cérébrale chronique: plus les fonctions cognitives souffrent, moins le nombre de plaintes est élevé. Ainsi, les manifestations subjectives sous la forme de plaintes ne peuvent refléter ni la gravité ni la nature du processus.

    Le noyau du tableau clinique de l'encéphalopathie dyscirculatoire est actuellement reconnu comme une déficience cognitive, déjà détecté au stade I et augmentant progressivement jusqu'au stade III. Parallèlement, le développement des troubles émotionnels (inertie, instabilité émotionnelle, perte d'intérêt), une variété de troubles du mouvement (de la programmation et de contrôle à la performance en tant que neokineticheskih complexe, une plus grande automatisation, les mouvements réflexes simples thaïlandais).

    Stades de l'encéphalopathie dyscirculatoire

    Stade I Les plaintes ci-dessus sont combinées à des symptômes neurologiques microfocaux diffus sous forme d'anisoréflexie, réflexes non grossiers de l'automatisme oral. De légers changements de démarche (marche lente, petites marches), une stabilité réduite et une incertitude sont possibles lors de la réalisation des tests de coordination. Des troubles de la personnalité émotionnelle (irritabilité, labilité émotionnelle, traits anxieux et dépressifs) sont souvent notés. Déjà à ce stade, des troubles cognitifs légers de type neurodynamique apparaissent: épuisement, fluctuations de l'attention, décélération et inertie de l'activité intellectuelle. Les patients doivent faire face à des tests neuropsychologiques et à des travaux qui ne doivent pas nécessairement prendre en compte le moment de l'exécution. L'activité vitale des patients n'est pas limitée.

    Étape II Il se caractérise par une augmentation des symptômes neurologiques avec la formation possible d'un syndrome léger mais dominant. Des troubles extrapyramidaux distincts, un syndrome pseudobulbaire incomplet, une ataxie et un dysfonctionnement du système nerveux central (prozo et glossospares) sont identifiés. Les plaintes sont moins prononcées et moins importantes pour le patient. Les troubles émotionnels sont exacerbés. La fonction cognitive augmente à un degré modéré, les troubles neurodynamiques sont complétés par une dysrégulation (syndrome fronto-sous-cortical). La capacité de planifier et de contrôler leurs actions se dégrade. L'exécution de tâches, qui ne sont pas limitées dans le temps, est violée, mais la possibilité de compenser est conservée (il est toujours possible d'utiliser des invites). Signes possibles de déclin de l'adaptation sociale et professionnelle.

    Étape III. Il présente une manifestation éclatante de plusieurs syndromes neurologiques. Violation de la marche et de l'équilibre (chutes fréquentes), incontinence urinaire, syndrome de Parkinson. En raison de la réduction des critiques à son état, le nombre de plaintes diminue. Les troubles du comportement et de la personnalité se manifestent sous forme d'explosivité, de désinhibition, de syndrome apathique-abulique et de troubles psychotiques. Outre les syndromes cognitifs neurodynamiques et dysrégulateurs, des troubles opérationnels (élocution, mémoire, pensée, praxis) apparaissent, pouvant se transformer en démence. Dans de tels cas, les patients sont lentement inadaptés, ce qui se manifeste dans les activités professionnelles, sociales et même quotidiennes. Le handicap est souvent déclaré. Au fil du temps, la capacité de libre-service est perdue.

    Diagnostics

    Pour le cerveau de l'ischémie chronique caractérisée par les composants suivants anamnèse: infarctus du myocarde, la maladie cardiaque coronaire, l'angine de poitrine, de l'hypertension (avec une maladie rénale, coeur, rétine, cerveau), l'artère périphérique des extrémités, le diabète. L'examen physique effectué pour détecter les maladies du système cardio-vasculaire et comprend: la définition de l'ondulation conservation et de symétrie dans les vaisseaux des membres et de la tête, la mesure de la pression artérielle des 4 membres, auscultation du cœur et l'aorte abdominale pour détecter les arythmies cardiaques.

    Les études de laboratoire ont pour but de déterminer les causes du développement de l’ischémie cérébrale chronique et de ses mécanismes pathogénétiques. Recommandé d'effectuer une analyse générale du sang, du TPI, de la détermination du taux de sucre dans le sang, du spectre lipidique. Pour déterminer le degré de dommages à la question du cerveau et les vaisseaux sanguins, ainsi que les maladies de fond identification recommande que les examens instrumentaux suivants: ECG, ophtalmoscopie, échocardiographie, la colonne cervicale spondylography, artères cérébrales UZDG, duplex et balayage triplex extra- et vaisseaux intracrâniens. Dans de rares cas, une angiographie des vaisseaux cérébraux est présentée (pour détecter des anomalies vasculaires).

    Les symptômes ci-dessus, caractéristiques de l'ischémie cérébrale chronique, peuvent également survenir dans diverses maladies somatiques et processus oncologiques. En outre, ces plaintes sont souvent incluses dans le complexe de symptômes de troubles mentaux limites et de processus mentaux endogènes. Le diagnostic différentiel de l'ischémie cérébrale chronique associée à diverses maladies neurodégénératives, généralement caractérisées par des troubles cognitifs et toute manifestation neurologique focale, pose de grandes difficultés. Ces maladies comprennent la paralysie supranucléaire progressive, la dégénérescence corticobasale, l’atrophie multisystémique, la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer. En outre, il est souvent nécessaire de différencier l'ischémie cérébrale chronique d'une tumeur cérébrale, de l'hydrocéphalie normotensive, de la dysbasie idiopathique et de l'ataxie.

    Traitement

    Le but du traitement de l'ischémie cérébrale chronique est de stabiliser le processus destructeur de l'ischémie cérébrale, d'arrêter le taux de progression, d'activer les mécanismes sanogénétiques pour compenser les fonctions, de prévenir les accidents ischémiques (à la fois primaires et répétés) et de traiter les processus somatiques associés.

    L'ischémie cérébrale chronique n'est pas considérée comme une indication absolue d'hospitalisation dans le cas où son évolution n'était pas compliquée par le développement d'un accident vasculaire cérébral ou d'une pathologie somatique sévère. De plus, en présence d'une déficience cognitive, le retrait d'un patient de son environnement habituel peut aggraver l'évolution de la maladie. Le traitement des patients atteints d'ischémie cérébrale chronique doit être effectué par un neurologue en consultation externe. Lorsque le stade III de la maladie cérébrovasculaire est atteint, le clientélisme est recommandé.

    Le traitement médicamenteux de l’ischémie cérébrale chronique s’effectue de deux manières. Le premier est la normalisation de la perfusion cérébrale en affectant différents niveaux du système cardiovasculaire. La seconde est l’effet sur l’hémostase plaquettaire. Les deux directions contribuent à l'optimisation du flux sanguin cérébral, tout en assurant une fonction neuroprotectrice.

    Traitement antihypertenseur. Le maintien d'une pression artérielle adéquate joue un rôle important dans la prévention et la stabilisation de l'ischémie cérébrale chronique. Lors de la prescription d'antihypertenseurs, il convient d'éviter les fortes fluctuations de la pression artérielle, le développement d'une ischémie cérébrale chronique perturbant les mécanismes d'autorégulation du flux sanguin cérébral. Parmi les médicaments antihypertenseurs développés et introduits dans la pratique clinique, il convient de distinguer deux groupes pharmacologiques: les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II. Ceux-ci et d'autres ont non seulement un effet angio-hypertenseur, mais également un effet angioprotecteur, protégeant les organes cibles atteints d'hypertension artérielle (cœur, rein, cerveau). L’efficacité antihypertensive de ces groupes de médicaments augmente lorsqu’ils sont associés à d’autres antihypertenseurs (indapamide, hydrochlorothiazide).

    Traitement hypolipidémiant. Chez les patients présentant une lésion athéroscléreuse des vaisseaux cérébraux et une dyslipidémie, en plus du régime alimentaire (restriction des graisses animales), il est conseillé de prescrire des anti-lipides (statines - simvastatine, atorvastatine). En plus de leur action principale, ils aident à améliorer la fonction endothéliale, à réduire la viscosité du sang et ont un effet antioxydant.

    Traitement antiplaquettaire. L'ischémie cérébrale chronique s'accompagne de l'activation de l'hémostase plaquettes-vasculaire. Des médicaments antiplaquettaires, tels que l'acide acétylsalicylique, sont donc nécessaires. Si nécessaire, d'autres agents antiplaquettaires sont ajoutés au traitement (clopidogrel, dipyridamole).

    Préparations de l'action combinée. Compte tenu de la diversité des mécanismes sous-jacents à l'ischémie cérébrale chronique, outre le traitement de base décrit ci-dessus, il est prescrit aux patients des agents normalisant les propriétés rhéologiques du sang, du débit veineux, de la microcirculation, possédant des propriétés angioprotectrices et neurotrophes. Par exemple: vinpocétine (150 à 300 mg / jour); extrait de feuilles de ginkgo biloba (120-180 mg / jour); cinnarizine + piracétam (75 mg et 1,2 g / jour, respectivement); Piracetam + Vinpocetine (1,2 g et 15 mg / jour, respectivement); Nicergoline (15-30 mg / jour); pentoxifylline (300 mg / jour). Ces médicaments sont prescrits deux fois par an sous forme de cours pendant 2-3 mois.

    Traitement chirurgical. Dans l'ischémie cérébrale chronique, une intervention chirurgicale est considérée comme le développement d'une lésion occlusive-sténotique des artères principales de la tête. Dans de tels cas, des opérations de reconstruction sont effectuées sur les artères carotides internes - endartériectomie carotidienne, endoprothèse de la carotide.

    Pronostic et prévention

    Un diagnostic opportun et un traitement adéquat peuvent arrêter la progression de l'ischémie cérébrale chronique. Dans le cas d’une évolution grave de la maladie, aggravée par des comorbidités (hypertension, diabète sucré, etc.), la capacité du patient à travailler (invalidité incluse) est réduite.

    Les mesures préventives visant à prévenir la survenue d'une ischémie cérébrale chronique doivent être mises en œuvre dès le plus jeune âge. Facteurs de risque: obésité, hypodynamie, alcoolisme, tabagisme, situations de stress, etc. Le traitement de maladies telles que l'hypertension, le diabète, l'athérosclérose doit être effectué exclusivement sous le contrôle d'un médecin spécialiste. Aux premières manifestations d'ischémie cérébrale chronique, il est nécessaire de limiter la consommation d'alcool et de tabac, de réduire le volume d'activité physique et d'éviter une exposition prolongée au soleil.

    Ischémie cérébrale: de quoi s'agit-il et comment la traiter?

    L'oxygène est nécessaire pour maintenir la santé du cerveau, comme tous les autres organes. Si son apport sanguin est perturbé, il cesse de faire face à leurs fonctions. L'ischémie du cerveau est formée. À long terme, cette maladie devient chronique et entraîne des conséquences graves - allant jusqu'à l'épilepsie, la paralysie et les accidents vasculaires cérébraux.

    Raisons

    La principale raison du développement de l'ischémie cérébrale du cerveau, les médecins appellent l'athérosclérose des vaisseaux sanguins du corps. Ses parois internes sont rapidement envahies par des dépôts graisseux qui commencent à toucher tout le corps. Les lacunes vasculaires sont réduites et la circulation sanguine devient difficile.

    L'ischémie cérébrale peut également provoquer diverses maladies cardiovasculaires, surtout si elles s'accompagnent d'une insuffisance cardiaque chronique. Parmi ces pathologies distinguent:

    troubles du rythme cardiaque;

    pathologie du système veineux;

    hypertension et hypotension;

    maladies du système circulatoire;

    La médecine moderne identifie deux variantes pathogénétiques de l'évolution de l'ischémie chronique, qui diffèrent par la nature et la zone dans lesquelles se développent le plus de dommages. La variante lacunaire de la maladie est due à l'occlusion de petits vaisseaux cérébraux. Les attaques diffuses de chutes de pression soudaines conduisent à une lésion diffuse.

    Ils peuvent être déclenchés par un traitement inapproprié de l'hypertension ou par une diminution du débit cardiaque. La toux, la chirurgie et l'hypotension orthostatique en présence d'une dystonie concomitante végétative-vasculaire deviennent également des facteurs provoquants.

    Une ischémie cérébrale est de plus en plus diagnostiquée chez le nouveau-né. Comme chez l'adulte, cette maladie se développe chez les nourrissons par manque d'oxygène, mais elle est généralement causée par des facteurs associés aux caractéristiques de la gestation pendant la grossesse et du processus de l'accouchement:

    toxémie sévère en fin de gestation;

    placenta praevia ou exfoliation;

    violation de la circulation utéro-placentaire;

    anomalies congénitales du système cardiovasculaire;

    Manifestations cliniques de la maladie

    L'ischémie cérébrale chronique est la maladie neurologique la plus répandue à laquelle les personnes âgées sont plus exposées. Il existe de nombreuses manifestations cliniques de la pathologie associées à sa cause fondamentale et à la localisation de la lésion. La même personne alterne souvent des périodes d’altération marquée de l’activité cérébrale et de bien-être relatif. Variantes observées et analogues de la maladie, dans lesquelles la condition humaine se détériore continuellement, conduisant à une démence complète.

    Le début du développement de l'ischémie cérébrale est indiqué par des défaillances de la mémoire, une absence d'esprit, une irritabilité et des problèmes de sommeil nocturne. Les personnes âgées retiennent généralement ces symptômes pour cause d’âge et de simple fatigue. Ils traînent donc chez le médecin. Dans de telles conditions, le manque d'oxygène dans le cerveau progresse, ce qui entraîne une diminution de l'efficacité.

    Il est particulièrement important de diagnostiquer rapidement la maladie ischémique cérébrale chez le nouveau-né, car sinon, le développement du bébé sera difficile, il commencera à prendre du retard par rapport à ses pairs. Les parents doivent être alertes si l'enfant:

    pleurer sans raison et frémir;

    a une couleur de marbre;

    a une grosse tête et une fontanelle augmentée;

  • suce faiblement et avale difficilement.
  • Étapes de l'ischémie cérébrale

    Les médecins distinguent plusieurs stades d'ischémie cérébrale. La classification est basée sur les manifestations cliniques de la maladie et la gravité des troubles neurologiques.

    Première étape

    La maladie coronarienne du premier degré est caractérisée par:

    maux de tête récurrents;

    sensation de lourdeur dans la tête;

    détérioration de la concentration;

    Les plaintes des patients au stade initial de l'ischémie cérébrale ne sont pas spécifiques. Ils font rarement attention, mais c'est faux. Il est important de consulter un médecin au début de l'ischémie car ce n'est qu'en l'absence de troubles neurologiques que la maladie peut être complètement guérie.

    Deuxième étape

    Au fur et à mesure que l'ischémie progresse, de graves déviations des fonctions du système nerveux central se développent. Ceci est indiqué par les symptômes suivants:

    altération de la mémoire globale;

    manque de coordination des mouvements;

    sautes d'humeur;

    Dans la deuxième phase de la maladie, les lésions focales de la substance blanche se manifestent sous forme de réflexes pathologiques et de troubles intellectuels prononcés. Les patients à ce stade ne peuvent plus se livrer à un travail mental.

    Troisième étape

    Avec l'apparition de la troisième phase de la maladie, des troubles neurologiques graves et des symptômes de lésion cérébrale de nature organique sont enregistrés:

    invalidité totale;

    Les patients au stade avancé d'ischémie peuvent n'avoir pratiquement aucun problème, mais cela ne signifie pas qu'ils se sentent bien. En raison de la démence développée chez les patients, il n’est pas possible d’expliquer clairement au médecin ce qui les préoccupe au juste. Cependant, un neurologue expérimenté peut facilement faire le bon diagnostic, guidé par le tableau clinique caractéristique de la maladie et les résultats des méthodes de recherche modernes.

    Attaque ischémique

    Séparément, les experts distinguent un tel état d’attaque ischémique (dans la vie de tous les jours, on parle de microstroke). Cette condition est accompagnée de:

    paralysie de la moitié du corps ou d'une zone spécifique;

    accès locaux de perte de sensibilité;

    L'attaque ischémique a généralement lieu dans la journée, sinon un AVC est diagnostiqué.

    Caractère pointu

    L'ischémie cérébrale aiguë est caractérisée par une lésion d'un organe focal. La maladie survient le plus souvent en raison de l'athérosclérose. En raison de troubles du métabolisme des graisses, les plaques vasculaires se rompent et leur contenu s’échappe. Des caillots sanguins formés bloquent le flux sanguin, ce qui entraîne la nécrose dans la partie correspondante du cerveau, appelée en médecine infarctus cérébral. Dans le même temps, on observe des troubles neurologiques graves:

    insensibilité et immobilité d'une certaine partie du corps;

  • incapacité à se servir soi-même.
  • Si la lésion touche les centres nerveux vitaux du tronc cérébral, la mort est possible.

    Complications de la maladie

    Les formes lancées d'ischémie cérébrale provoquent de graves conséquences. Ils s'expriment non seulement dans l'évolution de la maladie sous-jacente, mais également dans l'apparition de nouvelles pathologies dans son contexte:

    sclérose des vaisseaux cérébraux;

    paresthésie (troubles de la sensibilité);

    Un accident vasculaire cérébral entraîne le ramollissement et la mort d'une certaine partie du tissu cérébral. Les cellules nerveuses perdues se reconstituent avec la tige. Bien que les médecins expriment des opinions contradictoires sur cette technique, celle-ci est pratiquée par de nombreuses cliniques modernes.

    L'encéphalopathie est caractérisée par des lésions cérébrales organiques se produisant sans processus inflammatoire. En raison de la dégénérescence du tissu cérébral, les neurones et la substance intercellulaire sont détruits. L'affection affecte la partie du corps qui est opposée au site de la maladie. Avec la destruction d'un grand nombre de neurones, une paralysie des membres peut survenir, à la suite de laquelle une personne sera complètement immobilisée.

    La paresthésie s'accompagne généralement de sensations de rampement et de picotement aggravées pendant l'exercice. Lorsque le patient est conscient, il comprend ce qui lui arrive, mais perd la parole.

    Si vous commencez une maladie cérébrale ischémique chez le nourrisson, l'enfant peut développer un retard mental, à cause duquel il sera difficile pour lui d'apprendre avec ses pairs. Par conséquent, il est très important qu'une femme pendant la grossesse accède régulièrement au gynécologue et respecte toutes ses recommandations.

    Méthodes de diagnostic

    Le diagnostic de l'ischémie cérébrale est difficile car il a beaucoup en commun avec la maladie d'Alzheimer, la tumeur cérébrale, la maladie de Parkinson, l'atrophie multisystémique et d'autres pathologies. En outre, les manifestations de la maladie coronarienne sont souvent confondues avec les changements typiques survenant chez les personnes âgées.

    En général, afin de diagnostiquer correctement la maladie, il est important que le médecin obtienne des informations détaillées des proches du patient sur les changements qui se produisent dans son comportement et son bien-être. Le patient lui-même est généralement ralenti et son esprit est confus. Il est donc impossible de dresser un tableau clinique complet uniquement avec ses mots.

    Pour éliminer cette erreur, les neurologues utilisent des diagnostics complexes, en utilisant différentes méthodes de recherche. Tout d'abord, un examen physique du patient. Pour identifier son statut neurologique, un neurologue évalue:

    Ischémie cérébrale: causes, symptômes et traitement. Ischémie cérébrale chronique

    En ce qui concerne le médecin, les personnes se plaignent souvent de fatigue, de troubles de la mémoire, de maux de tête, de mauvaise humeur, d’insomnie. Les médecins entendent parler de ces symptômes quotidiennement. Après tout, de temps en temps, ils dérangent tout le monde. Parfois, ces symptômes disparaissent d'eux-mêmes et rapidement, mais dans certains cas, leur durée et leur progression sont notées. Attention Après tout, nous pouvons parler de la violation de la circulation sanguine dans les tissus cérébraux. Cette maladie s'appelle l'ischémie cérébrale. C'est l'un des maux graves et dangereux.

    Qu'est-ce qu'une maladie?

    Ischémie du cerveau - une maladie chronique grave. C'est ce qu'on appelle une violation de l'alimentation en oxygène du corps. Tous les systèmes humains en souffrent. Mais le cerveau réagit en premier.

    Le mécanisme de la maladie est très simple. Les vaisseaux sanguins sont sensibles à l'accumulation de cholestérol. En toute connaissance de cause, les nutritionnistes préconisent l'utilisation limitée de produits qui en contiennent Bien sûr, le flux sanguin normal à travers les vaisseaux "bouchés" est absolument impossible. L'athérosclérose chronique se produit. Il se caractérise par le blocage des vaisseaux sanguins.

    La fonction principale des navires - transport - est perdue. À travers les vaisseaux sanguins obstrués par des plaques de cholestérol, le sang ne peut pas enrichir suffisamment le corps en oxygène. Cette famine est le stress le plus dur pour tous les tissus humains. Il convient de noter que le cerveau est le plus gros consommateur d'oxygène. C'est pourquoi ce jeûne est désastreux pour lui. Dans le même temps, les conséquences provoquées par l'ischémie vasculaire cérébrale peuvent être fatales. Après tout, ces cellules ne sont pas restaurées.

    Les causes

    Toute une série de facteurs externes et internes peuvent provoquer le développement d'une maladie aussi grave que l'ischémie cérébrale. Le traitement, qui n'a pas été commencé à temps, se termine très mal. C'est pourquoi il est important de diagnostiquer la maladie à ses débuts. Et, bien sûr, n'hésitez pas avec un traitement.

    Les principales causes d'ischémie chez les adultes comprennent:

    • Athérosclérose L'accumulation de graisse corporelle réduit considérablement la lumière, empêchant ainsi le flux sanguin.
    • L'émergence de caillots sanguins. Pas moins rare cause de maladie. Le blocage complet de l'artère cérébrale par un caillot sanguin bloque complètement le transport nécessaire.
    • Insuffisance cardiaque. L'un des principaux facteurs de provocation. L'échec aigu, l'arythmie cardiaque conduisent à l'ischémie.
    • L'hypertension.

    Cependant, ce n'est pas toutes les raisons pour lesquelles une maladie grave peut se développer.

    Parmi les sources supplémentaires de la maladie, les médecins incluent de tels facteurs

    • problèmes cardiovasculaires;
    • troubles sanguins;
    • vascularite;
    • troubles de la colonne vertébrale;
    • la tachycardie;
    • intoxication au gaz (monoxyde de carbone);
    • l'anémie.

    Le groupe à risque pour la survenue de cette maladie est que les médecins recrutent des personnes âgées, des patients diagnostiqués avec le diabète. Il convient de noter que les docteurs en malnutrition et les fumeurs sont également considérés comme un groupe à risque.

    Formes de la maladie

    En médecine, il existe deux catégories de maladies:

    • Ischémie cérébrale aiguë. Son apparition est associée à une privation aiguë d'oxygène. Cela nécessite un traitement immédiat. Sinon, des attaques ischémiques se produisent. Les crises sont possibles, caractérisées par une perte de sensibilité de certaines zones, une paralysie de certaines parties du corps, une cécité temporaire.
    • Ischémie cérébrale chronique. Cette forme de la maladie se développe progressivement. En règle générale, l'impulsion à suivre son cours est la phase aiguë, à laquelle on n'a pas accordé suffisamment d'importance dans le temps. Non traité, il progresse progressivement et conduit à des conséquences plutôt indésirables. L'accident vasculaire cérébral peut être l'apogée de la maladie. Parfois - infarctus du myocarde.

    Symptômes caractéristiques

    Le symptôme le plus important de la maladie est une fatigue rapide pendant le fonctionnement actif du cerveau. Par la suite, l’oubli et une altération grave de la mémoire sont ajoutés.

    Les principaux symptômes de l'ischémie cérébrale:

    • la faiblesse;
    • des vertiges;
    • fatigue
    • des nausées;
    • évanouissement;
    • maux de tête, se transformant souvent en migraine;
    • troubles du sommeil;
    • irritabilité;
    • chute de pression;
    • l'hyperexcitabilité;
    • troubles de la parole.

    Il est important de comprendre que la maladie a plusieurs degrés de développement. Les signes ci-dessus sont les principaux qui se produisent chez une personne chez qui on diagnostique une ischémie cérébrale. Symptômes, le traitement dépend directement de l'étendue de la maladie. Et chaque nouvelle étape ajoute aux principales manifestations de symptômes supplémentaires caractéristiques de cette maladie.

    Étendue de la maladie

    Il y a trois étapes. Chacun d’eux se caractérise, comme déjà mentionné, par des symptômes supplémentaires. En conséquence, le traitement nécessaire varie également. Il est extrêmement important de ne pas déclencher la maladie. Aux premiers symptômes devrait consulter un médecin afin de ne pas manquer le moment du développement d'une maladie grave.

    1. Ischémie du cerveau 1 degré. En général, l'état de santé du patient est assez normal. Parfois, il y a une légère indisposition, des frissons, des vertiges. Après le travail physique, douleur aux mains. Dans certains cas, un changement de démarche est observé. La personne, comme «podsharkivaet», fait de plus petites étapes. Les environs peuvent remarquer un changement de tempérament et de caractère du patient. En règle générale, l’ischémie cérébrale à 1 degré provoque chez le patient un sentiment inexplicable d’anxiété, une irritabilité constante et parfois même une dépression. Si vous observez une personne de plus près, vous pouvez identifier votre distraction. Il est très difficile pour le patient de concentrer son attention, de se concentrer. La pensée lente est également caractéristique.
    2. Ischémie du cerveau à 2 degrés. Cette étape est caractérisée par une augmentation des symptômes. Une personne ressent la progression des maux de tête, des nausées. Les troubles du comportement sont exprimés plus clairement et sont déjà assez perceptibles. Il y a une perte de compétences quotidiennes et professionnelles. La capacité de planifier des actions est de plus en plus difficile. Dans ce cas, le comportement critique envers l'estime de soi diminue.
    3. Ischémie du cerveau à 3 degrés. L'inactivité absolue concernant le traitement est amenée à ce stade. Lésion aiguë révélée de presque toutes les fonctions neurologiques. Le patient est atteint du syndrome de Parkinson, les fonctions motrices de tous les membres sont altérées, on observe une incontinence urinaire. La diminution de la capacité de contrôler les jambes et la perte d'équilibre entraîne des difficultés pour marcher. Dans certains cas, le mouvement est complètement impossible. Un tel patient perd son orientation dans l'espace. Parfois, il ne comprend pas suffisamment s'il est debout, couché ou assis. La parole est grandement perturbée, la mémoire est perdue, la pensée est absente. Les troubles mentaux atteignent leur apogée, on peut parfois observer une désintégration complète de la personnalité.

    Diagnostic de la maladie

    Malheureusement, il est très difficile d'identifier la maladie au stade initial. L'ischémie des vaisseaux cérébraux peut ne causer aucune plainte chez le patient. Il faut comprendre que les vaisseaux sanguins n'ont pas de terminaison nerveuse, le développement de leur maladie passe donc inaperçu. Il n’ya des sentiments désagréables que lorsque les conséquences désagréables, en règle générale, sont déjà venues.

    Pour diagnostiquer, le médecin traitant étudie attentivement les symptômes en fonction des plaintes du patient. Vérifie attentivement la maladie afin de déterminer si une personne est à risque. En outre, l’ischémie cérébrale chronique est diagnostiquée à l’aide de diverses méthodes d’examen:

    • cardiographie;
    • tests de laboratoire (déterminés par le taux de cholestérol et la glycémie du patient);
    • examen physique (on mesure la pulsation des vaisseaux sanguins);
    • tomographie par ultrasons;
    • électroencéphalographie;
    • Tomographie Doppler.

    Cette dernière méthode d’examen est une étude unique et importante. Doppler est de mesurer la vitesse de circulation du sang. Ainsi, il devient possible de localiser des plaques de cholestérol dans les régions en ralentissement.

    Causes de la maladie chez les nouveau-nés

    L'ischémie est l'une des pathologies graves de l'enfance. Jusqu'à présent, la médecine n'a pas trouvé de médicaments efficaces pour se débarrasser de la maladie. Les causes de la maladie chez les enfants et les adultes varient considérablement.

    L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né est une conséquence de l'hypoxie qui survient à l'état intra-utérin ou lors de l'accouchement. Assez souvent, la maladie se développe chez les nourrissons dont la mère a plus de 35 ans.

    Les principaux facteurs provoquant la maladie:

    • grossesse multiple;
    • la toxicose tardive, qui se présente sous une forme sévère et s'accompagne d'une augmentation de la pression et de la présence de protéines dans l'urine;
    • exfoliation du placenta;
    • maladies et mauvaises habitudes de la mère;
    • naissance précoce ou tardive;
    • des défaillances de la circulation utéro-placentaire, ce qui provoque la nécrose du cerveau du bébé;
    • malformations cardiaques chez un enfant.

    En médecine, il existe trois degrés de sévérité:

    • Stade facile de l'ischémie. Le bébé peut être observé une dépression prononcée. Ou, au contraire, forte excitation, qui dure jusqu'à cinq à sept jours.
    • Ischémie modérée. Cette forme est généralement accompagnée de convulsions chez le nouveau-né. De tels symptômes peuvent être observés chez un enfant pendant une période suffisamment longue.
    • Ischémie sévère. Ces bébés sont immédiatement placés dans une unité de réanimation.

    Le diagnostic de l'ischémie cérébrale peut sembler terrible, mais le traitement appliqué par la médecine moderne permet d'obtenir un succès significatif. Les principales directions sont la restauration de la circulation sanguine dans le cerveau et la création de conditions propices au bon fonctionnement des zones non touchées.

    La principale chose à retenir est que seul un médecin expérimenté peut évaluer tous les signes, trouver les bonnes méthodes de traitement pour en minimiser les conséquences. Dans les cas moins graves, une intervention rapide éliminera complètement l'hypoxie du cerveau du nouveau-né.

    Traitement de la maladie

    Malheureusement, aucune méthode suffisamment efficace pour lutter contre la maladie n'a été trouvée. Si un ischémie cérébrale chronique est diagnostiquée chez un patient, le traitement ne doit être effectué que par un neurologue compétent.

    En règle générale, la lutte contre la maladie comprend les mesures suivantes:

    1. Normalisation de la pression artérielle, méthodes préventives pour éviter les accidents vasculaires cérébraux, accidents ischémiques. À ces fins, utilisez une variété d’éclaircissants et de vasodilatateurs. Ces médicaments comprennent la "pentoxifylline", la "warfarine", etc.
    2. Restauration de la circulation sanguine dans les vaisseaux, amélioration du métabolisme. Omaron est considéré comme assez efficace. Il comprend le piracétam. À savoir, cette substance a un effet bénéfique sur les cellules en les restaurant et en améliorant considérablement la saturation en oxygène. Excellemment prouvé et le médicament "Encephabol", qui est largement utilisé dans le traitement des enfants atteints de maux semblables.
    3. Restauration des fonctions physiologiques et comportementales. À ces fins, nommés massage, magnétique et électrophorèse, thérapie d'exercice, thérapie de restauration.

    Cerebrolysin, un médicament pouvant améliorer l'activité cérébrale, est largement utilisé. Les médicaments destinés à maintenir la circulation sanguine sont Bilobil, Nimodipin.

    Si un patient présente une ischémie assez avancée des vaisseaux cérébraux, le traitement consiste en une intervention chirurgicale. L'objectif principal est l'élimination rapide des plaques sclérotiques. La chirurgie cérébrale est le type de chirurgie le plus complexe. Ils ont besoin du médecin de la plus haute compétence. De plus, ils sont souvent lourds de conséquences graves, parfois complètement imprévisibles.

    C'est pourquoi l'opération est un dernier recours. On n'y a recours que dans les cas où le traitement conservateur n'a pas donné de résultats positifs.

    Remèdes populaires

    Il est important de comprendre que, sans méthodes médicales appropriées, empêche la stabilisation de l'ischémie cérébrale. Les remèdes populaires ne peuvent être utilisés que comme méthodes de traitement supplémentaires. Sont considérés comme efficaces:

    • décoctions d'écorce de chêne;
    • jus de carotte frais;
    • décoctions de menthe;
    • adonis;
    • des compresses d'herbes diverses.

    Mesures préventives

    Comme mentionné précédemment, il n'y a aucun moyen de récupérer complètement de la maladie qui se présente sous une forme grave. À cet égard, la prévention de la maladie devient un facteur important.

    Excellent réduit le risque de développer une maladie aussi grave que l’ischémie cérébrale, un mode de vie actif. Les sports, l'activité physique provoquent une circulation sanguine accrue, stimulent le métabolisme. Cela empêche la formation de caillots sanguins, le dépôt de cholestérol et protège ainsi contre l'apparition de plaques.

    Le rejet complet de la nicotine et de l’alcool est tout à fait efficace. Cela élimine l'un des principaux facteurs de risque de l'apparition de la maladie.

    En raison du fait que les symptômes aux premiers stades peuvent ne pas apparaître ou être assez faiblement exprimés, l'examen médical général annuel devient un aspect important. Si nécessaire, des méthodes de diagnostic supplémentaires seront attribuées. Si un patient présente un risque accru d'ischémie, le médecin recommandera un traitement. En règle générale, cela inclut la réception des anticoagulants.

    L'hirudothérapie est un traitement très efficace, oublié injustement par le peuple. Avec l'aide de sangsues médicinales, les formations d'ischémie et de thrombose sont prévenues.

    Une grande importance est accordée à la prévention dite secondaire. Il implique le traitement opportun de la maladie cardiaque, l'hypertension.

    Bonne nutrition

    L'arme la plus importante contre la formation de plaques de cholestérol est de prévenir les composants nocifs de l'organisme. À cet égard, il est très important d’établir une nutrition adéquate. Développé beaucoup de régimes. Certains d'entre eux visent à réduire le cholestérol et la glycémie. Un nutritionniste professionnel sera en mesure de vous aider à trier cette variété. Il existe même des régimes spéciaux anti-cholestérol. Nous n'analyserons pas les options spécifiques.

    L'essentiel est de comprendre l'essentiel:

    • La proportion de graisse ne doit pas dépasser la troisième partie de l’alimentation.
    • Les glucides dans le corps ne sont reconstitués que par les fruits et les légumes. De la pâtisserie au sucre, la confiserie doit être complètement abandonnée.
    • Les graisses animales doivent être réduites au minimum. Le porc devrait être exclu de son menu, préférant les types de viande maigres, tels que la dinde, le poulet.
    • Devrait réduire la quantité de sel consommée. Il est nécessaire d’ajouter un peu de nourriture, il est préférable de retirer le sel de la table.
    • Il devrait réduire considérablement la quantité de nourriture consommée à la fois, tout en augmentant le nombre de ses réceptions. Les nutritionnistes recommandent de manger cinq ou six fois par jour.
    • Il est très important de contrôler strictement l'utilisation du cholestérol. Pour cela, vous devez connaître son contenu dans les produits. Par exemple, dans le foie (100 g), il y a 438 mg de cholestérol et dans la crème sure, le lait écrémé et le kéfir - 2 mg seulement.

    Conclusion

    Une personne qui passe beaucoup de temps au grand air à bien manger a une excellente santé. En effet, lors d'une promenade, il inspire de l'air frais contenant de l'oxygène. Ce composant est simplement nécessaire au bon fonctionnement de tous les systèmes internes. Ayant établi un régime «anti-cholestérol», un tel patient protégera ses vaisseaux contre la contamination. Cela signifie que rien ne met la circulation sanguine libre.

    Sinon, une ischémie cérébrale peut se développer. Cette maladie appartient au groupe de maladies qu'il est plus facile d'éviter que d'essayer de traiter plus tard. Ne négligez pas les méthodes simples de prévention, déplacez-vous activement. N'oubliez pas que vous devez prendre soin de votre santé lorsqu'elle n'est pas encore perdue.

    De Plus, Lisez Les Navires

    Méthodes efficaces de traitement de la thrombophlébite du membre inférieur à domicile

    La thrombophlébite est une maladie vasculaire entraînant une inflammation veineuse. Avec la maladie, la coagulation du sang est forte, la circulation sanguine est perturbée et un gonflement des extrémités se produit.

    Que signifie une ESR de 2 mm / h?

    Le contenu

    Pour un adulte, l'ESR 2 est presque toujours trop faible. Ce n'est pas nécessairement un signe de pathologie en développement dans le corps, mais c'est néanmoins l'un des résultats alarmants qui nécessitent des examens supplémentaires.

    Essoufflement dans l'insuffisance cardiaque, dont le traitement est compliqué par la maladie sous-jacente

    L'insuffisance cardiaque est toujours accompagnée d'un essoufflement. Même une personne en bonne santé après un effort intense éprouve un essoufflement.

    Symptômes et effets du petit infarctus du myocarde focal

    L'infarctus du myocarde focal se caractérise par un tableau clinique faible. En règle générale, il survient dans les cardiopathies ischémiques avec de petits foyers de nécrose musculaire.

    Pression et pouls normaux d'une personne par âge: tableau, anomalies

    Vous apprendrez de cet article: quelle pression est normale à différents âges. Quand un écart par rapport à la norme est considéré comme une pathologie, et quand - non.

    Augmentation du cholestérol LDL - que faire

    Bonjour chers lecteurs! L'article parle de cholestérol LDL. Discuter des raisons de son augmentation. Vous apprendrez quelles maladies sont à l'origine des dépôts d'alcool gras et comment réduire le cholestérol à la maison.